Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Van Eyck, Brueghel, Jordaens : chefs d’œuvre de l’art flamand et néerlandais

Agathe Lautréamont 2 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après avoir dédié une exposition exceptionnelle au peintre Jérôme Bosch, le Musée Noordbrabant de Bois-le-Duc se tourne vers un tout autre registre, et accueille jusqu’au 18 septembre 2016 un exceptionnel prêt de la part du Musée Brukenthal de Sibiu, en Roumanie. Ce prêt rare, d’une cinquantaine d’œuvres allant du XVe au XVIIIe siècle, et représente plus de trois siècles de créations fascinantes. Une superbe plongée dans les Beaux-Arts flamands, néerlandais et allemands…

van eyck

Jan van Eyck, L’homme au chaperon bleu, vers 1430 © Musée de Sibiu

Non sans une certaine fierté, le Musée Noordbrabant de Bois-le-Duc (‘s Hertogenbosch, pour être tout à fait précis) au sud des Pays-Bas a récemment ouvert sa toute nouvelle exposition temporaire, qui met en lumière des chefs d’œuvre saisissant et pourtant méconnus du grand public de noms illustres de la peinture comme Pieter Brueghel, Jan van Eyck ou encore Jacob Jordaens.

Pourtant, la tâche qu’il incombait à cet événement n’était pas des plus simples, puisqu’il consistait à prendre le relai de l’exposition « Jérôme Bosch : Visions de génie » organisée à l’occasion des 500 ans de la mort de l’artiste primitif, dont les toiles fascinent encore aujourd’hui. L’exposition, qualifiée par le journal britannique The Guardian comme « une des expositions les plus importantes du siècle » a tout de même attiré 421 700 visiteurs dans cette petite ville du Brabant ; un record d’affluence jamais connu par le musée en 180 ans d’existence !

Jacob Jordaens

Jacob Jordaens, Étude de trois femmes et un enfant, vers 1623 © Musée de Sibiu

Des trésors insoupçonnés

Si le musée de Bois-le-Duc ne s’attend pas à réitérer l’exploit pour cet été, le nouvel accrochage de l’institution néerlandaise a pourtant tout pour plaire ! Cinquante tableaux ont été prêtés au Noordbrabant , et la très grande majorité d’entre eux n’avaient encore jamais quitté leur musée roumain d’origine. Ce qui implique que la plupart des œuvres présentées au public néerlandais sont très peu connues, voire pas du tout.

Cette impressionnante collection d’œuvres d’art émanant d’artistes de pays du nord de l’Europe (Pieter Brueghel le jeune, Jacob Jordaens mais aussi des noms moins célèbres comme Frans Boels ou Abraham Janssens) a été savamment constituée par l’œil expert du Baron Samuel von Brukenthal, gouverneur de la Transylvanie et amateur d’art éclairé qui vécut au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

brueghel le jeune

Pïeter Brueghel le jeune, Paysage hivernal, 1631 © Musée de Sibiu

Esprit généreux

Collectionneur assoiffé de nouveauté, il sut s’entourer des meilleurs conseillers et se constituer un cénacle d’artistes dans son entourage afin de constituer une collection picturale exceptionnelle, et surprenante par sa grande qualité autant que dans la variété de ces thèmes.

Esprit éclairé, il décida à la fin de sa vie de constituer un musée à partir de sa collection, conscient de l’importance de l’art dans l’éducation des populations et de l’impact que la peinture pouvait avoir sur les différentes classes sociales. Ainsi naquit donc le Musée Brukenthal de Sibiu qui, en plus de contenir des tableaux précieux, conservait également livres, numismatique, antiquités et gravures. Un véritable cabinet de curiosité tardif !

bacchus2

Abraham Janssens, Cérès, Bacchus et Vénus, vers 1605-1615 © Musée de Sibiu

Richesse et talent

Cinq salles du Musée Noordbrabant sont ainsi dédiées à de saisissants accrochages, reflets du goût raffiné du collectionneur Brukenthal mais également excellent panorama de trois siècles d’ébullition créative, où tous les registres picturaux sont remarquablement représentés. Cette école des pays du nord de l’Europe appréciait grandement le paysage (actuellement mis à l’honneur par le Rijksmuseum d’Amsterdam), les portraits et les natures mortes essentiellement florales.

Mais d’autres genres sont superbement mis en avant, comme la peinture mythologique avec Cérès, Bacchus et Vénus de Jacob Jordaens, la peinture d’histoire avec Alexandre le Grand rencontre Diogène de Sinope du peintre flamand Jan Thomas van Yperen (1617-1673) ou encore la peinture religieuse avec Hans Memling et son œuvre Homme priant avec son fils disparu. Que l’on rencontre des œuvres internationalement célèbres comme L’homme au chaperon bleu de Jan van Eyck ou que l’on tombe face à de belles surprises comme Leonaert Bramer, la visite de la nouvelle exposition du Musée Noordbrabant de ‘s Hertogenbosch est une délicieuse plongée dans une période artistique aussi riche qu’intense.

Et si jamais une virée culturelle du côté des Pays-Bas vous tente, rendez-vous sur le site de l’office de tourisme des Pays-Bas qui nous a aimablement permis de couvrir l’exposition !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE