Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Héros, mécène, rebelle : Chantilly brosse le portrait du Grand Condé

Agathe Lautréamont 2 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qui était véritablement Louis II de Bourbon, prince de Condé, surnommé de ses pairs « Le Grand Condé » ? Grand soldat au génie militaire indéniable ? C’est possible. Un amateur d’art éclairé qui a su s’entourer des artistes de son temps ? C’est tout à fait probable. Un personnage flamboyant à même de rivaliser avec le monarque Louis XIV en personne ? Pas certain… Personnalité complexe et étrangement peu discutée par les historiens, le Grand Condé est ici réhabilité par « son » domaine, Chantilly qui, à partir de 1659, a été transformé en véritable centre artistique et culturel. Visite de l’exposition : Le Grand Condé : le rival du Roi-Soleil ?   

VISUEL 13

Antoine Coysevox, Buste de Louis II de Bourbon, cuirassé, 1688 © RMN – Grand Palais

Dans l’imposante salle du jeu de paume, entièrement réhabilitée en 2012, nous attend le Grand Condé. Ou plutôt, les deux facettes d’une même personnalité, influente et immanquable, qui a su traverser son siècle avec une aura prestigieuse, que tout un chacun respectait. Le parcours de la nouvelle exposition du Domaine de Chantilly se découpe en un diptyque, qui donnera en premier lieu à voir le personnage public puis dans un second temps, l’homme privé, discret mais toujours aussi influent dans l’ombre que lorsqu’il était dans la lumière.

Tout au long de l’accrochage, on retrouvera bien sûr la forme, écrasante, du Château de Chantilly, un palais indissociable de Condé puisqu’il contribua sensiblement à muer le domaine en un centre névralgique de la culture française du XVIIe siècle. Cette exposition, qui est d’ailleurs la première à être dédiée au sujet, est donc immanquable pour tous les amoureux du Grand Siècle !

Sous les auspices d’Hercule

VISUEL 5

Juste d’Egmont, Louis II de Bourbon, prince de Condé © RMN – Grand Palais

La première étape, nous l’avons vu, revient sur le personnage public qu’est le Grand Condé. Dans une scénographie donnant la part belle aux grandes peintures allégoriques, aux murs tendus de rouge (celui de la gloire, de la force, mais aussi du sang), on assiste à la montée en puissance du personnage, jusqu’à son zénith. En 1643, on découvre un Louis II de Bourbon très jeune, qui se retrouva précipité par la forces des choses sur le champ de bataille, où il eut l’occasion de faire ses armes (au sens propre comme au figuré) et où, déjà, il s’illustra par sa vaillance et sa tactique militaire imparable.

Tout autour d’imposants portraits qui vantent la gloire et la puissance du personnage, s’étalent des plans stratégiques, des toiles de batailles, une armure toujours rutilante, un drapeau pris aux adversaires. Après tout, nous sommes en pleine guerre de Trente Ans et la lutte contre les Habsbourg ne faiblissait pas. Pourtant, grâce à ses hauts faits d’arme, Condé glana très vite une réputation très méritée, une auréole de gloire que le principal intéressé ne tarda pas à exploiter afin de se lier, dans ses portraits, au personnage mythologique d’Hercule.

VISUEL 3

Juste d’Egmont (attribué à), Le Grand Condé et son fils, vers 1666 © Château de Versailles

Qu’il porte sur ses épaules la peau du lion de Némée, ou que le fils de Zeus soit affairé à peindre le portrait de Condé, le demi-dieu romain est absolument partout dans la propagande toute personnelle que s’est soigneusement taillé Louis II de Bourbon. Puis vient l’étape, inévitable puisqu’elle représente une charnière dans l’existence de Condé, de la Fronde, dont il prit un temps la tête avant de devenir exilé forcé aux Pays-Bas espagnols. Il ne revint dans les bonnes grâces de son cousin le Roi-Soleil que progressivement, à compter de 1659.

Protecteur des Arts et des Lettres

Si Louis II de Bourbon avait son pied-à-terre dans l’enceinte de Paris (l’hôtel de Condé), celui-ci n’hésita pas à s’installer à Chantilly au milieu de sa vie. Sous la houlette du prince de Sang Royal, le domaine au nord de Paris a opéré une mutation fulgurante, devenant une sorte de pendant plus libéral et tolérant au palais de Louis XIV, Versailles. Au sein de Chantilly, Condé s’assagit, se livrait à la lecture, dédia une part de sa fortune à la composition d’une collection d’œuvres d’art surprenante par la finesse de ses goûts et la modernité de ses choix.

jb

Pierre Mignard, Portrait de Molière © Chantilly, Musée Condé

C’est cette seconde facette de la personnalité du grand homme que l’exposition à Chantilly propose de dévoiler ; dans une scénographie bien plus lumineuse, légère, avenante. Pour embellir son château, il fit le choix judicieux des mêmes grands esprits qui travaillèrent au domaine de Versailles, à l’image d’André Le Nôtre qui fut chargé de la conception des jardins du parc. Puis, d’abord dans un souci de soigner son image de marque puis au fil du temps par amour véritable pour les Beaux-Arts, il devint l’ami et le mécène des artistes de son temps. Homme d’esprit, très cultivé, il s’entoura d’auteurs brillants comme Boileau, La Fontaine, Racine, Corneille et bien sûr, Molière. Le visiteur de l’accrochage a l’occasion d’admirer de somptueuses toiles de Van Dyck et Pierre Mignard ou encore des sanguines somptueuses de Charles Le Brun ; témoins des goûts raffinés du maître des lieux.

VISUEL 20

Jean-Léon Gérôme, Réception du Grand Condé par Louis XIV, 1878 © Musée d’Orsay

La touche finale de l’exposition effectue un bond dans le temps. Nous ne sommes plus au XVIIe siècle, mais au XIXe. Le dernier mot est laissé au peintre d’Histoire Jean-Léon Gérôme qui, dans une composition que l’on qualifierait aujourd’hui de cinématographique, rend un hommage vibrant au Grand Condé qui se présente face à son cousin Louis XIV, victorieux de nombreuses batailles publiques comme personnelles, toujours brillant malgré l’âge et la maladie.

LE GRAND CONDÉ

05/09/2016 > 02/01/2017

Musée Condé – Chateau de Chantilly

CHANTILLY

Du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, le Domaine de Chantilly mettra à l’honneur, dans la salle du Jeu de Paume, l’un des personnages ...

30
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE