Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Frank Gehry expose à la galerie Gagosian de Rome

Laura Bourdon 1 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Rayonnant sur la scène internationale, considéré comme l’un des architectes les plus influents de notre temps avec des créations aujourd’hui de valeur iconique, on le sait moins, mais Frank Gehry est aussi l’auteur de fascinants objets de design. Lumière sur une série toute flamboyante, qui a traversé les trois dernières décennies : celle des Fish Lamps, aujourd’hui mise à l’honneur à la galerie Gagosian de Rome. Une exposition visible jusqu’au 16 septembre. 

Sans titre

© Frank Gehry, Courtesy of the artist and Gagosian Gallery, Photo Josh White/JWPictures.com

Gehry a révolutionné l’esthétique architecturale et dynamisé le paysage urbain, fervent défenseur d’une approche déconstructiviste à laquelle il associe une utilisation créative de matériaux. A l’aune de la création de ses ensembles architecturaux spectaculaires, Gehry crée à partir des années 1950 des séries de formes tout aussi originales, ondulantes et courbes, faisant largement écho à ses plus grandes réalisations architecturales.

Fish Lamps : une série née d’une commande Formica

La série des Fish Lamps prend forme en 1983, suite à la commande de nouveaux objets de la société Formica dans le but de promouvoir un nouveau matériau : le plastique laminé ColorCore. Travaillant sur ce projet, Gehry fait tomber accidentellement une pièce qui se brise et vole en éclats sur le sol… Un accident qui lui vaudra une toute nouvelle idée : l’observation des éclats sur le sol lui rappelant les écailles d’un poisson. Une idée qui aboutira entre 1984 et 1986 à la naissance d’une série de délicates créatures à la douce poésie, lumineuse et en mouvement, à l’image précisément de la carpe Koï. Des créations à l’esthétique ondulante, témoignant déjà de la célèbre patte du futur grand architecte, chez qui le thème du poisson deviendra par ailleurs récurrent.

Photo-Joshua White-7146a

© Frank Gehry, Courtesy of the artist and Gagosian Gallery, Photographie de Josh White, JWPictures.com

Photo-Joshua White-7100

© Frank Gehry, Courtesy of the artist and Gagosian Gallery, Photographie de Josh White, JWPictures.com

Les Fish Lamps réinterprétées en 2012

2012 marque la revisite de la série des Fish Lamps par Gehry, qui décide d’y incorporer davantage de feuilles de formica. Tendance et sculpturale, c’est une dynamique nouvelle pour la série de poissons dont chaque pièce est unique, faite main, revêtant chacune une taille différente. Les pièces sont fixées au mur ou posées sur socle. Dans tous les cas le résultat est saisissant ! Résolument poétiques, ces créatures artificielles à la lumière douce et chaleureuse semblent flotter dans l’air, à l’image de la proposition de l’artiste Ai Weiwei au Bon Marché réalisée en janvier dernier. Gehry donne l’illusion du mouvement, à travers une armature pliée, courbée, pour un résultat vivant. Notons aussi le jeu de couleurs : évoluant du blanc à l’ambre profond, ainsi que la texture toute en nuance de la peau écaillée, créant une parfaite symbiose entre la forme et la fonction.

Un motif récurrent

Le motif du poisson est devenu récurrent dans le travail de Gehry : une inspiration que l’on retrouve dans les formes curvilignes du Musée Guggenheim de Bilbao, dans la sculpture poisson de la villa olympique de Barcelone ou encore au Standing Glass Fish, pour le Jardin de sculpture de Minneapolis.

image_e900.flvcrop.480.5000 (1)

Restaurant © Fondation Louis Vuitton / Luc Castel

L’histoire des Fish Lamps traverse ainsi plus de trois décennies, depuis leur création en 1983, leur première exposition à la galerie Gagosian de Los Angeles en 1984 et leur réinterprétation en 2012. Depuis, les structures ont parcouru de nombreuses villes : depuis Londres, Paris et Hong-Kong, elles sont dorénavant exposées à la galerie Gagosian de Rome jusqu’au 16 septembre. Et si vous n’avez pas l’opportunité de voyager à Rome d’ici-là, il est aussi possible d’admirer les poissons lumineux de Gehry à Paris, sous le ciel du Restaurant « Frank » à la Fondation Louis Vuitton !

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE