Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

Entièrement dédié à l’abstraction, le Salon Réalités Nouvelles fête ses 70 ans

Laura Bourdon 25 août 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Rendez-vous international de l’art abstrait depuis 1946, le Salon Réalités Nouvelles fête cette année ses 70 ans. Le Parc Floral de Paris accueille du 16 au 23 octobre prochain un Salon à la longévité hors-pair, réunissant 400 artistes héritiers d’un courant qui, depuis ses prémices avec les mouvements cercle et carré et abstraction-création, a affirmé sa légitimité parmi les courants les plus reconnus. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, et sous la Présidence d’Olivier Di Pizio, c’est aujourd’hui la septième génération d’artistes qui oeuvre au rayonnement de l’art abstrait à travers les champs de la peinture, la sculpture, la gravure, le dessin, la photographie et la vidéo. Organisé depuis l’origine par des artistes, retour sur quelques événements ayant marqué l’histoire du Salon Réalités Nouvelles depuis sa création… Il y a de ça, 70 ans. Et pour tenter de gagner votre place, envoyez-nous un mail à info@exponaute.com !

Sans titre redim 7

Extrait Communiqué de presse © Salon Réalités Nouvelles

De l’association Abstraction-Création au Salon Réalités Nouvelles

En fin juillet 1939 eut lieu, à la célèbre galerie Charpentier, la première exposition du groupe des Réalités Nouvelles. L’objectif du groupe était de promouvoir un art « totalement dégagé de la vision directe de la nature », autrement dit : un art exclusivement consacré à l’abstraction. Dans le prolongement de cette exposition éponyme à l’initiative de Robert et de Sonia Delaunay, l’année 1946 marque la naissance du Salon Réalités Nouvelles. Une première édition au sein du Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris (aujourd’hui Musée d’Art Moderne), par le marchand d’art, collectionneur et premier président Fredo Sidès.

Le Salon Réalités Nouvelles se substitue alors à l’association Abstraction-Création (1931-1936), portée par un collectif d’artistes s’érigeant contre l’influence du groupe des surréalistes dirigé par André Breton, pour devenir le Salon de l’Abstraction, comme lieu d’affirmation de la peinture en général et de l’abstraction en particulier, animé par les artistes.

Sans titre redim 3

Sans titre, 2015 © Pierre-Yves Gianini

Un palmarès impressionnant pour un Salon « jusqu’aux marges de l’abstraction »

Fort de son succès, le Salon devient rapidement un passage obligatoire pour tout artiste désirant exposer, en France ou à l’étranger. Tout le monde en est. Un succès que l’on peut entre autres rapprocher de la longue liste de participants aux noms des plus prestigieux qui ont jalonné l’histoire du Salon. Herbin, Delaunay, Arp… Autant de figures pionnières de l’art abstrait, ayant permis d’accentuer l’attraction du salon auprès de la plus jeune scène.

Le Salon présente aussi bien l’art géométrique, concret de Dewasne ou Victor Vasarely, que des artistes non-figuratifs comme Motherwell ou Soulages. A partir de la fin de 1956 puis dans les années 1980, toutes les tendances de l’art abstrait sont représentées jusqu’aux « marges de l’abstraction »… voyant les plus célèbres représentants de la discipline être exposés : Breuer, Hartung, Ellsworth Kelly, Tapies, Tinguely… Une liste qui s’allonge d’années en années dénombrant 84 participants en 1946, 212 en 1951 et compte, encore aujourd’hui, entre 350 à 400 participations chaque année.

Des débats successifs

Et pourtant, le Salon Réalités Nouvelles fut le bastion de discussions animées, de débats théoriques mêlés aux enjeux esthétiques, suite aux présidences successives ayant marqué son histoire. La publication d’un manifeste de l’art abstrait en 1948 oppose les partisans de l’abstraction chaude (lyrique) et froide (géométrique). Robert Fontené est nommé président en 1956 et la notion d’abstraction se trouve redéfinie, avec la participation d’Olivier Debré, Maria Manton, rejoints par Soto, Vasarely et plus tard François Morellet et Julio le Parc. Le Salon est remis en question dans les années 70 face à la montée de mouvements contestataires (Supports/Surfaces). Jacques Busse prend la présidence en 1980, et refonde les statuts du Salon. Selon ses propos, le Salon se veut alors dédié à « la permanence de l’abstraction ». « L’objet de la peinture, c’est la peinture elle-même et les tableaux exposés se rapportent qu’à eux-mêmes. Ils ne font point appel à un « ailleurs » (…). » Les années 2000 voient successivement la présidence confiée à Michel Gemignami puis Olivier Di Pizio, qui eux, doivent composer avec la montée des flux numériques et tous les bouleversements qui s’y rattachent.

Sans titre redim 5

ericM, Intemporalité [détail], 2015 © ericM

Le Salon Réalités Nouvelles aujourd’hui

Depuis 1946, Réalités Nouvelles a toujours été organisé par des artistes. Il est d’ailleurs l’un des rares salons d’artistes a avoir subsisté face à la montée en puissance des foires d’art contemporain internationales telles que nous les connaissons aujourd’hui. Les artistes étant moins soucieux aujourd’hui de leur inscription dans une ligne précise, abstraite ou figurative, le Salon maintient malgré tout son âme originelle et demeure aujourd’hui encore, un lieu privilégié de rencontres entre les artistes, leurs œuvres, les collectionneurs, et l’ensemble du public.

Chaque candidat est choisi par un jury sur présentation ou photographies d’œuvres. Organisé par section, le Salon donne une vision des plus complètes de la scène abstraite contemporaine et s’ordonne suivant deux grandes entités : d’un côté l’abstraction géométrique et minimaliste, de l’autre l’abstraction informelle et haptique (dit « section peinture »). Les sculptures jalonnent le coeur des allées du Salon et des espaces sont dédiés aux médias vidéos, photographiques et aux dessins.

Sans titre redim

Redshift n°0.10, Stormy Weather, 2016, installation de réalité augmentée © Labofactory – Jean-Marc CHOMAZ & Laurent KARST

En parallèle le Salon présente une section Arts et Sciences, animée par le groupe Labofactory (collectif d’artistes co-fondé par Jean-Marc Chomaz et Laurent Karst). Labofactory proposera trois installations à travers une exposition intitulée « Atmosphère, Atmosphères », abordant la question du changement climatique.  Redshift n°0.10 Stormy Weather de Labofactory, Luminous Drift de Evelina Domnitch, Dmitry Gelfrand et Jean-Marc Chomaz et Nues de Célia Boutillier, présenteront respectivement leur réflexion via des travaux de réalité augmentée, de vidéo ou encore, une installation hydraulique. Le Salon invite par ailleurs de jeunes artistes fraîchement diplômés ou, depuis deux ans, un enseignant à qui est offert carte blanche.

Ayant successivement changé de lieu, le Salon investira en 2016 le Parc Floral de Paris. Il se diversifie depuis 2013, proposant des versions hors-les-murs comme ce fut le cas à Belgrade, ou encore à Pékin en 2014. En 2016, Réalités Nouvelles ouvre Abstract Project, nouveau lieu parisien géré sur le modèle des non-profit galleries, une action visant à faire rayonner davantage l’art abstrait en dehors du Salon annuel.

Sans titre redim 6

Célia Boutilier & LABOFACTORY, Nues, 2015, vidéo © Labofactory

En 70 ans, près de 10 000 artistes ont partagé l’aventure de l’Abstraction et de Réalités Nouvelles… Il rassemble chaque année plus de 12 000 visiteurs. L’édition anniversaire est l’opportunité pour d’anciens artistes de revenir exposer leur production actuelle. Un Salon d’artistes à la longue et belle histoire, qui à travers les décennies a dû, et su composer avec les évolutions de son monde, tout en maintenant le cap sur ce qui fait, depuis toujours, son ADN, comme le soulignait son ancien Président Jacques Brusse : « perpétuer, sans se figer, la longévité exceptionnelle des expressions abstraites ».

Amoureux de l’abstraction, le rendez-vous est donné à partir du 16 octobre au Parc Floral de Paris !

parte

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE