Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Visite en images : l’art de la verrerie au Musée Lalique

Agathe Lautréamont 22 août 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le poète et romancier Maurice Rostand disait de René Lalique : « C’est le Debussy des pâleurs, et le Rodin des transparences ». Le maître-verrier, qui a débuté sa carrière en tant que bijoutier avant de fonder l’entreprise familiale qui encore aujourd’hui produit des objets de luxe d’une grande délicatesse, a marqué durablement de son empreinte les arts du feu. Le Musée Lalique de Wingen-sur-Moder, situé dans le même village où se trouve aujourd’hui la fabrique, rend hommage au talent de ce personnage à la créativité surprenante en exposant des pièces qui, il faut le dire, sont absolument somptueuses. Visite en image.

la1

© Agathe Lautréamont

C’est en 1921 que le verrier René Lalique, dont la réputation et la célébrité ne sont plus à faire, s’installe dans le petit village de Wingen-sur-Moder, en plein cœur des Vosges du nord. Cette région de l’est de la France n’est pas choisie au hasard, l’Alsace et la Lorraine accueillant les verriers depuis le XVe siècle. En effet, cette industrie nécessite deux matériaux indispensables : le grès (dont on extrait le silice, élément de base pour la création du verre) et le bois, que l’on trouve en abondance dans l’est du pays.

Baccarat et Daum, deux autres maisons verrières très réputées, ont également des fabriques dans la région. C’est donc un homme au faîte de sa gloire qui décide de s’isoler dans le Bas-Rhin, voyant que son usine de Combs-la-Ville ne peut plus répondre seule à un carnet de commande qui ne cesse de se remplir.

la7

© Agathe Lautréamont

L’institution que l’on peut visiter aujourd’hui a été inaugurée en 2011, même si le projet de création d’un Musée Lalique à Wingen-sur-Moder remonte en fait aux années 1990. Son intention est simple : permettre au grand public de s’immerger dans la création verrière de la maison Lalique, mais également les autres activités qui ont fait la renommée de ce grand nom de l’artisanat français : la bijouterie (aux origines) et la cristallerie (plus récente, démarrée sous l’impulsion du fils de René Lalique, Marc, en 1945).

la6

© Agathe Lautréamont

Ce musée répond également à un constat frappant : si les pièces de verre, les bijoux et les cristaux griffés Lalique se rencontrent dans à peu près tous les grands musées du monde dédiés aux Arts Décoratifs, il n’existait cependant (avant 2011) aucune institution qui se dévouait entièrement à la présentation et la promotion de l’œuvre du maître-verrier ainsi qu’au travail de ses successeurs. Il était donc plus que temps de combler ce manque !

Dans une muséographie idéalement pensée, le Musée Lalique de Wingen-sur-Moder présente plus de 650 pièces, qui retracent la carrière du verrier, présente le travail des membres de sa famille qui ont repris le flambeau, et ouvre sur les perspectives d’avenir de la maison. Les salles sont judicieusement plongées dans une semi-obscurité, tandis que les nombreuses vitrines (assez vastes) présentent un éclairage (souvent une lumière venant du dessous, très pertinent) parfaitement pensé de sorte à mettre en avant tout l’éclat du verre et du cristal.

la5

© Agathe Lautréamont

L’organisation est purement chronologique, ce qui fait que le visiteur démarre sa promenade par les origines de la maison Lalique, qui se dédiait originellement à la bijouterie (des bijoux dont on peut d’ailleurs découvrir la genèse grâce à l’exposition de croquis préparatoires finement détaillés, que Lalique présentait à ses clients avant de se lancer dans la réalisation du bijou). On arrive ensuite à l’étape très riche de la parfumerie, qui représente une étape importante dans la carrière du verrier.

la2

© Agathe Lautréamont

Çà et là, des salles un peu isolées présentent photographies, affiches et films tirés de l’Exposition Universelle de 1900 et de l’Exposition des Arts Décoratifs et Industriels de 1925. On navigue par la suite entre arts de la table, lustres, sculptures, vases et bouchons de radiateurs, dans un univers absolument enchanteur et fascinant de délicatesse.

La visite se clôt par les successeurs de René Lalique, qui ont décidé à la mort du maître-verrier en 1945 de réorienter la production familiale vers le cristal, matière plus noble et plus recherchée à une époque où le verre s’était désormais largement démocratisé. Un mur animé de vidéos rend enfin hommage aux artisans de la fabrique Lalique de Wingen-sur-Moder.

la4

© Agathe Lautréamont

Ces animations ont été réalisées afin de répondre partiellement à une demande des nombreux visiteurs, qui exprimaient le désir de visiter la fabrique. Malheureusement, pour des raisons évidentes de sécurité, de telles visites sont impossibles à mettre en place. Les vidéos, qui présentent toutes les étapes de la réalisation d’un vase Lalique, démontrent tout le savoir-faire, la précision et la délicatesse des hommes et des femmes qui interviennent à chaque étape de la réalisation d’une pièce de la maison de luxe.

On a tendance à bien trop oublier, en effet, que derrière chaque pièce il existe des dizaines et des dizaines de petites mains, à la précision scrupuleuse et au talent impressionnant. Une belle façon de clore la visite, en rendant hommage à la patience, au savoir-faire, en somme à l’artisanat; un domaine encore bien trop dénigré et oublié aujourd’hui, dans un monde axé sur la consommation et l’industriel.

la3

© Agathe Lautréamont

parte

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE