Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La collection des polaroids d’Andrei Tarkovsky mise en vente aux enchères

Laura Bourdon 22 août 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La maison de vente aux enchères Bonhams de Londres consacre une vente dédiée à la collection unique de Polaroids du cinéaste légendaire Andrei Tarkovsky. Ses clichés, 257 au total, présenteront le travail photographique du réalisateur à travers l’exploration des paysages de son pays natal et de l’Italie, entre 1979 et 1984, alors qu’il travaillait sur son film Nostalghia. Une mise en vente qui débutera le 6 octobre. 

téléchargement (2) redimensionne

Polaroid © Andrei Tarkovsky, Site officiel Bonhams

C’est à partir des années 1970 que le cinéaste d’origine russe Andrei Tarkovsky entreprend ses premières expérimentations photographiques, lorsqu’il mûrit la décision de quitter pour toujours sa Russie natale. Forcé à l’exil, le réalisateur immortalise la nostalgie de ce qu’il va perdre. Il développe alors une réelle fascination pour le Polaroid, s’attachant à saisir chaque instant, chaque paysage, chaque être, comme pour emporter auprès de lui les souvenirs de sa vie.

A son arrivée en Italie pour le tournage de son film Nostalghia, Tarkovsky vit des moments conflictuels avec l’Union soviétique qui refuse de laisser son fils Andrey quitter le pays. Un moment douloureux de sa vie, alors qu’il se met en quête active d’une nouvelle demeure. A ce moment, son intérêt pour le Polaroid se transforme en une véritable passion que l’historien du cinéma Mark le Fanu qualifiera d’addiction.

polaroid 18

Polaroid © Andrei Tarkovsky, tiré du livre Instant Light: Tarkovsky Polaroids

Tarkovsky est fasciné par le rendu photographique singulier du Polaroid : des instants pris sur le vif, comme s’il voulait transmettre instantanément son propre plaisir aux autres. Ses clichés se caractérisent par des couleurs diffuses presque saturées, affichant un côté « rétro » mais surtout, révélant une essence poétique et mystique au décor qui l’entoure. On y retrouve la même atmosphère que dans ses films : la mise en scène d’une certaine solitude, de l’absence et du manque. Son travail porte sur les jeux d’ombre et de lumière, des clichés de petite dimension desquels jaillissent toute la force et la beauté de la lumière, dont le côté brumeux évoque le reflet d’un rêve.

2955

© Andrei Tarkovsky

Mondialement reconnu pour son œuvre cinématographique avec la réalisation de sept longs-métrages, tous considérés comme des chefs-d’oeuvres, Andrei Tarkvosky décédera en 1986 à Paris d’un cancer du poumon, alors âgé de 54 ans. Son œuvre restera néanmoins gravée dans l’histoire du cinéma, et fut récompensée par le Lion d’Or de la Mostra de Venise en 1962, le Grand Prix du Jury du festival de Cannes de 1986 pour son film Le Sacrifice et, à titre posthume par le prix Lénine, l’une des plus hautes distinctions du temps de l’Union soviétique. De nombreux réalisateurs salueront son travail, comme le danois Lars Von Trier, qui dédiera son film Antichrist à Tarkvosky.

téléchargement (3) redimensionne

 © Andrei Tarkovsky

Daria Tchenenko, chef du département de l’art russe de Bonhams salue le travail de Tarkovsky qui, « Tout au long de sa vie était obsédé par le temps qui passe. Ses compositions sont le reflet de ses réalisations cinématographiques. Elles n’ont jusqu’alors jamais été mises en vente sur le marché, et aujourd’hui, sa famille propose à la vente l’entière collection. Ses travaux ont déjà suscité l’intérêt des musées et des instituts cinématographiques de manière significative ».

3000 redim

© Andrei Tarkovsky

Nostalgia : Before and After consacrera le travail photographique de Tarkovsky à travers la mise en vente de 257 Polaroids, divisés en 29 lots contenant chacun neuf à dix images, d’une valeur globale estimée à 500 000 £ (soit plus de 580 000 euros). Une vente à l’initiative de son fils Andrey, qui est aussi son archiviste, dont la collection sera visible à partir du 2 octobre pour une mise en vente le 6, chez Bonhams à Londres.

Un événement qui génère déjà convoitise et enthousiasme, nous permettant de redécouvrir le « Miroir de Tarkvosky sur le monde », un travail singulier qui saisit le temps en vol, et nous en offre, au-delà d’un souvenir, une sublimation.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE