Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

En images : les artistes du Burning Man rendent hommage à Leonard de Vinci

Laura Bourdon 18 août 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A quelques jours à peine du lancement de la 30ème édition du festival Burning Man, en plein cœur du désert Black Rock du Nevada, retour sur quelques œuvres emblématiques d’un festival hors-normes dont les expressions artistiques se veulent toujours plus sensationnelles. Cette année, le festival rendra hommage à l’illustre Léonard de Vinci.

e12d6d_9a332a627fa2430a92d872c0a734c777-mv2

© Site officiel Davis Mc Carthy

Tous les ans à la fin du mois d’août, le désert du Black Rock se métamorphose et devient la ville éphémère la plus peuplée du Nevada. La ville s’embrase au gré des températures qui grimpent en flèche et des tempêtes de poussière quotidiennes, rassemblant près de 700 000 personnes pour une semaine de festivités centrée sur la communauté et la création artistique.

Chaque année aborde une thématique différente et, l’édition 2016 mettra à l’honneur l’illustre Léonard de Vinci. Plus de 300 artistes lui rendront hommage, inspirés par le travail de ce grand maître de l’ingéniosité dont la contribution demeure emblématique dans les domaines de l’art, de la science et des mathématiques.

Clin d’oeil à la perspective

glory_01 (1)

Heart of Gold, Hybycozo (Yelena Filipchuk et Serge Beaulieu) © Site officiel Hybycozo

Les artistes californiens Yelena Filipchuk et Serge Beaulieu (formant le collectif Hybycozo) proposeront une série d’installations aux lignes géométriques épurées, jouant sur la notion de perspective. Leur travail se situe à la croisée des sciences et de la technologie. Il mêle la pureté des formes aux lumières irisées, sur fond de passion pour le design et la construction. Les œuvres se fondent dans l’environnement et nous invitent à la contemplation. L’idée, c’est de capturer notre émerveillement… Nous laissons libre-cours à notre imagination, libérons nos pensées créatrices, au coeur d’un festival où tout un chacun est poussé à exprimer sa singularité.

57b208c61700009504c7344c redimensionne© Tyler Buckheim

Une autre particularité du festival, c’est que chaque participant, quand bien même il puisse être totalement immergé dans la foule, devient un élément essentiel participant à un tout. C’est cette idée que l’oeuvre de Tyler Buckheim intitulée Horizon Line traduit, à travers une oeuvre composée de 25 bâtons de bois dont les hauteurs sont peintes de noir et la différence entre le haut et le bas marquée par une ligne dorée. Horizon Lines invite le spectateur à interagir directement avec l’oeuvre, à en faire le tour afin d’en saisir les divers angles de vue jusqu’à trouver le point d’ancrage « parfait »: un alignement visuel total avec son environnement, une véritable fusion entre le premier plan et l’arrière-plan peuplé d’une chaîne de montagne.

Ainsi, chaque composante de l’oeuvre a beau être unique, positionnée différemment, elle fait non-seulement partie intégrante d’un tout, et sa présence s’avère absolument nécessaire assurant la réussite plus globale et la beauté de ce grand ensemble.

Des matériaux de récupération

En grande majorité, les œuvres du Burning Man sont réalisées à partir de matériaux de récupération (à priori inflammables). C’est aussi le cas d’Electric Renaissance par le collectif Heliotropics.

a

© Site officiel Heliotropics

Electric Renaissance est un hommage à Cadillac Ranch : l’alignement de dix épaves de Cadillac à-demi enterrées dans une prairie du Texas en 1974 par le groupe d’architectes Ant Farm. Symbolisant un lourd passé industriel en termes d’émission de gaz, le collectif Heliotropics a imaginé la résurrection de ces Cadillac suite à un voyage transformationnel dans les entrailles de la terre.

Electric Renaissance, c’est aussi un hommage à l’ingéniosité des hommes dans le développement de solutions technologiques en réponse aux défis sociétaux et écologiques actuels, à travers l’avènement du tout-électrique, répondant à l’impératif d’absence d’émission de gaz.

Et le calme, dans tout ça ?

161290843.5VSPkMSb

© Site officiel Christopher Schardt

Trouver un oasis de calme au sein de l’effervescence perpétuelle de Burning Man, c’est possible. L’installation Firmament du californien Christopher Schardt s’en donne l’objectif. Cette installation prend la forme d’une vaste canopée lumineuse, offrant un spectacle de lumières célestes, sur fond de musique classique douce et enveloppante. Les participants s’allongent sous la canopée, profitent tant qu’ils le souhaitent d’un moment de calme et de volupté en dehors de l’agitation du Burning-man. Firmament constitue un lieu de beauté, plutôt que de spectacle.

Une fois la contemplation achevée, l’heure est à l’envol…

Imago : la métamorphose, l’envol vers l’au-delà

47-dd1be05e80134b8ab78892f14118cf13_IMAGO

© Kristen Berg

Imago, de l’artiste Kirsten Berg, est une référence à la transformation, la métamorphose et finalement l’envol suite à la maturation de l’être. Imago est une traduction des plus poétiques de l’atmosphère aussi singulier qui règne sur le festival. Libéré de tous jugements, chaque individu vit sa propre expérience de transformation, de renouvellement, immergé dans un espace onirique entre rêve et réalité. Un monde ouvert, plus large, plus libre, et plein de potentiel…

Petit rappel…

Vous l’aurez compris : Burning Man, on y vient pour découvrir des installations monumentales, participer à des ateliers thématiques mais aussi (et surtout !) pour vivre une expérience humaine hors du commun, au cœur d’un monde enchanté où création, liberté, proximité et partage règnent en maîtres-mots.

L’une des grandes particularités du festival, c’est le « leave no trace ». C’est-à-dire qu’à l’issue de la semaine, le désert de Black Rock City ne doit laisser aucune trace : comme si « rien ne s’était jamais passé ». Ou encore, comme l’on dirait plus communément « Tout ce qui se passe à Burning man reste à Burning Man… » Chaque année, le rituel consiste en l’envol en flammes d’une sculpture géante de plusieurs mètres de haut, brûlée dans un immense feu de joie.

Le festival se déroulera cette année du 28 août au 5 septembre 2016… « Welcome home » !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE