Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

War of Terror : une exposition sur la guerre contre le terrorisme, par Edmund Clark

Laura Bourdon 28 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Conçue telle une immersion au cœur des mesures prises par les Etats pour protéger leurs citoyens contre la menace terroriste, l’exposition « War of Terror », sous le regard du photographe Edmund Clark, débute à Londres aujourd’hui.

Photographe britannique, Edmund Clark concentre sa recherche sur des thématiques liant l’histoire et la politique, la représentation de l’invisible à travers les paysages et l’architecture. Il est surtout connu pour son travail d’exploration monographique au sein de l’univers carcéral de Guantanamo, If the Light goes out (2010) et Still like Killing me (2007).

Guantanamo If the lights goes out - edmund clark

Extrait de la série If the light goes out © Edmund Clark

Diplômé d’histoire et de français à l’Université de Sussex (Brighton) et la Sorbonne (Paris), Clark travaille comme chercheur à Londres avant de reprendre un cycle de journalisme au London College of Communications. Il participe régulièrement à des conférences et des colloques et a notamment présenté Captivity in the Twentieth Century Warfare : Archives, History, Memory en 2011 à l’Ecole Militaire de Paris ou encore Guantanamo Bay, Art, Representation, Forensics and The State of the Unexceptional Other en 2013 à Sciences Po Bordeaux.

Largement exposées, ses photographies investissent les cimaises d’Institutions telles que l’Australian Centre for Photography de Sydney, l’Houston Center for Photography, le Reiss-Engelhorn-Mueen Mannheim en Allemagne et, à compter de ce jeudi 28 juillet 2016, l’Imperial War Museum de Londres pour son exposition « War of Terror » (Guerre de Terreur).

Cette exposition rassemble plusieurs séries de travaux de l’artiste et retrace les expériences cachées d’espaces de contrôle et d’incarcération, notamment les transferts secrets de prisonniers institués par la CIA au sortir des attentats du 11 septembre 2001.

Ses photographies représentent des lieux souvent modestes, immeubles de bureaux, chambres d’hôtels ou aéroports, ou encore des bâtiments semblant être délibérément obscurcis par la végétation, comme l’illustre la photographie ci-dessous. Créant suggestion et confusion, le site est à peine visible car masqué derrière le feuillage de la forêt

Negative publicity - edmund clark

Extrait de la série Negative Publicity © Edmund Clark

Une autre image, ci-dessous, représente une piscine intérieure sous extension de verre dans un hôtel en Espagne, investi par des agents. Là encore, le lieu est totalement obscurci par la végétation autour cet espace de verre totalement fermé. Le spectateur se retrouve immergé à l’intérieur de l’espace. « The more I photographed, the more I realized there was this relationship between the man-made and the natural or artificial versions of natural things which were appearing in the photographs » (« Plus je photographiais, plus je réalisais qu’il y avait cette relation entre l’artificiel et le naturel, ou la version artificielle des éléments naturels qui apparaissaient au sein des photographies »), Extrait d’une interview donnée par Edmund Clark au British journal of Photography le 20 juin dernier.

Negative publicity 2 - edmund clark

Extrait de la série Negative Publicity © Edmund Clark

Situé en banlieue d’Angleterre, Front bedroom de la série « Control Order House » présente le quotidien d’un homme assigné à résidence et placé sous surveillance extrême, un espace où Clark obtint l’accès exclusif en décembre 2011 et janvier 2012.

Control order house - edmund clark

Front bedroom, Extrait de la série Control Order House © Edmund Clark

« Mon but est de montrer que la guerre contre le terrorisme affecte non seulement la sphère géopolitique mais aussi la sphère personnelle », propos d’Edmund Clark recueillis par l’AFP.

Réunissant photographies, documentation, illustrations graphiques et projections audiovisuelles, « War of Terror » revêt la forme d’un engagement sensoriel autour du sentiment de désorientation induit par les systèmes de contrôle et la manière dont nous concevons la peur.

L’exposition sera visible jusqu’au 28 août 2016, à l’Imperial War Museum de Londres.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE