Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’art numérique à l’heure de la créativité féminine

Agathe Lautréamont 28 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dans la grande famille des arts numériques, je voudrais… les femmes ! Si cet ensemble divers de créations s’est activement développé depuis les années 1960, il semblerait que le secteur soit encore bien trop peu paritaire. La constatation a été avancée lors d’événements dédiés aux pratiques du langage numérique comme Viva Technology ou Web2day. Machiste, la création numérique ? Les femmes n’auraient-elles pas leur place dans la pratique de l’art robotique ou génératif ? Pas si sûr… Rencontre avec quelques artistes femmes qui font bouger les arts numériques par leur grande créativité !

myriam bleau

© Myriam Bleau

Le 10 mars 2016, aux Folies Bergères, s’était tenue la 4e Journée de la Femme Digitale. Ce rassemblement annuel s’est donné pour vocation de fêter et encourager l’audace et l’investissement des femmes entrepreneurs dans le monde du digital. Un seul leitmotiv : pousser la gent féminine à entreprendre, innover, oser ; tandis qu’a émergé de cette JFD un club baptisé #JFDConnect, réseau créant des rencontres inspirantes entre femmes investies dans le numérique.

Pourquoi une telle organisation ? Car les fondateurs de cette journée 100% féminine sont partis d’un constat très simple : les domaines numériques peinent encore à attirer un public féminin, tandis que le digital se trouve dans une large part dominé par les hommes. Ainsi en France, la part de femmes dans le monde numérique ne dépasse pas les 28%, démontrant qu’il y a encore un long chemin à faire pour détricoter cette image faussement établie que le digital serait exclusivement réservé aux hommes.

aussi

© Félicie d’Estienne d’Orves

Le numérique : déserté par les femmes ?

À l’heure actuelle, il est très délicat d’établir des statistiques précises de la parité dans le monde des arts numériques. Pourtant, un constat se veut rassurant : ces dames sont présentes dans cette pratique artistique, celles-ci travaillent activement à créer des rencontres entre les arts traditionnels (comme la peinture, le dessin, la sculpture) et les nouvelles pratiques rendues possibles grâce à l’avancée technologique des XXe et XXIe siècles (et qu’on divise en nombreuses branches comme la réalité augmentée, l’art audiovisuel, l’art interactif…)

Toutes ont en commun cette volonté bien affichée d’établir une interaction entre le classique et le contemporain, entre le palpable et le dématérialisé grâce à des outils aussi divers que la lumière, le son ou encore le pixel.

En matière de pionnière dans l’art numérique, on pense d’emblée à la créatrice Olga Kisseleva. Active depuis les années 1990, elle arbore la double casquette d’artiste en de chercheuse. Représentée par la galerie Rabouan Moussion, son travail artistique entre dans les collections d’institutions comme le FRAC Aquitaine, le MOMA de New York ou le Centre national d’art contemporain de Moscou.

olga kisseleva

© Olga Kisseleva

Société, environnement et musique

Passionnée de questions sociétales, Olga Kisseleva interroge les frustrations et les tensions du monde, mais pointe aussi les formatages généralisés des désirs et des espérances des jeunes populations, à une époque où il est encore de bon ton de pointer du doigt le numérique comme facteur d’isolement social. Sa formation de chercheuse l’a amenée à également explorer les thématiques liées à l’environnement et au réchauffement climatique. Dans ce cadre, son œuvre la plus récente intitulé Urban Datascape a été installée sur les berges de la Seine, à Paris, au cours de la tenue de la COP21.

L’environnement est également un thème largement abordé par l’artiste Naziha Mestaoui. Elle aussi a créé une œuvre (intitulée One Heart, One Tree) au moment où s’organisait à Paris la Conférence Internationale sur le Climat, du 30 novembre au 11 décembre 2015. Son œuvre, qui représentait une forêt interactive et virtuelle, s’était momentanément installée sur des monuments emblématiques du patrimoine parisien, et se trouvaient également matérialisés sur d’autres continents que l’Europe. Une manière de parler de l’universalité de cette question urgente qu’est la lutte contre le changement climatique.

naziha2

© Naziha Mestaoui

Des approches transdisciplinaires

La musique semble également un terrain de jeu propice à développer la créativité de ces artistes femmes qui font bouger les lignes de l’art numérique. Ainsi, on remarque la figure marquante de Myriam Bleau, dont la pratique pluridisciplinaire (elle est aussi bien plasticienne que musicienne et compositrice) lui permet de se tailler une solide réputation bien sûr dans les arts numériques, mais également dans la musique et l’art contemporain.

Elle invente des nouveaux instruments, imagine des sonorités inédites, et organise des performances où elle réinvente les codes musicaux pour mieux les intégrer dans la création digitale. Le son intéresse également Donna Legault, qui évolue presque exclusivement dans le monde sonore. Hypnotisée par notre modernité contemporaine, Legault place ses installations sonores et interactives aussi bien dans l’espace public (avec l’œuvre Subtle Territory) que dans des galeries d’art qui promeuvent son travail (Sound Garden). Le spectateur, utilisé comme une interface à ses créations, prend donc une part active à l’expérience artistique que la jeune femme propose dans ses nombreuses créations.

donna legault2

© Donna Legault

Un bel avenir

Mais le monde de l’art numérique est également riche d’autres personnalités influentes comme Gwendaline Bachini, Félicie d’Estienne d’Orves, Isabelle Avers, France Cadet ou Bianca Li. Leurs terrains de jeu sont d’une grande variété, et elles prouvent à merveille que le digital peut tout à fait insérer le monde de la musique, de la lumière, de la danse. Et inversement, certaines cherchent à affirmer que des secteurs de recherche très poussés comme la robotique (ce n’est pas l’expo du Quai Branly Persona qui vous dira le contraire) ou le jeu-vidéo (ça, c’est également le crédo des Arts Ludiques !) ont une place méritée dans les arts numériques. Il suffit simplement de leur donner leur chance, et on parie que la touche féminine de ces artistes passionnante y parviendra !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE