Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Photo, sculpture… L’art investit la prison où fut incarcéré Oscar Wilde

Agathe Lautréamont 26 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Des grands noms issus du vaste milieu des arts comme Marlene Dumas, Steve McQueen ou encore Patti Smith ont répondu présent à la création d’un collectif d’artistes, qui prépare un projet d’envergure, et d’une grande poésie… L’idée est simple : rendre hommage via leurs arts respectifs à Oscar Wilde, qui fut enfermé au sein de la prison de Reading, en Angleterre, et où il rédigea des textes aussi poignants que sublimes : une correspondance avec ses proches, et surtout une lettre à son amant, « De Profundis »…

Photograph taken in 1882 by Napoleon Sarony

Oscar Wilde photographié par Napoleon Sarony, 1882© Wikimedia Commons

Dans la ville de Reading, en plein cœur de l’Angleterre, était encore en service jusqu’en 2013 un centre carcéral à la réputation des plus lugubres : la prison de Reading. Construit en 1844, appelé à l’époque Reading Goal, ce centre pénitentiaire s’étendait le long de la rivière Kennet, et avait été érigé sur le modèle de la prison londonienne de Pentonville. Ses cellules, étroites, isolées les unes des autres, étaient pensées pour briser l’esprit et le courage des détenus ; tandis que de nombreuses exécutions s’y tinrent au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. La dernière eut lieu en 1913.

Mais si la prison de Reading est passée à la postérité, c’est parce qu’un écrivain célèbre a été enfermé en ses murs. Cet écrivain n’est autre que le grand Oscar Wilde. En 1895, ce dernier est condamné à la peine de deux ans de travaux forcés en vertu d’une loi datant de 1885 interdisant… l’homosexualité. Ou plutôt, pour reprendre les termes de l’époque : « Pour avoir commis des actes d’indécence répugnante avec une personne de sexe masculin ».

Wilde and Lord Alfred Douglas in 1893

Oscar Wilde et Alfred Douglas, en 1893 © © Wikimedia Commons

De Profundis

Entre 1895 et 1897, Oscar Wilde subit donc les travaux forcés et passa par la prison de Reading. Là, il obtint la permission du directeur de la prison de posséder papier et encre, à la condition qu’il rende ce matériel d’écriture chaque soir et que tous ses écrits soient au préalable lus par le service pénitentiaire avant de sortir de la prison. Du fond de sa cellule, désespéré et malade, Wilde tint une correspondance sporadique, mais surtout écrivit une de ses œuvres les plus bouleversantes : une lettre adressée à son amant Alfred Douglas.

Celle-ci ne fut publiée qu’après sa mort, et intitulée De Profundis, un titre tiré du Psaume 130 commençant par les mots latins suivants : « De profundis clamavi ad te, Domine » (« Du fond de l’abîme je t’invoque, ô Éternel »). Mais cette période terrible de sa vie brisèrent l’homme, au point qu’à sa sortie de rétention, il n’écrivit plus qu’une seule œuvre, également inspirée de son passage en prison : La Ballade de la geôle de Reading. Trois ans plus tard, Wilde mourrait abandonné de tous, exilé en France.

Reading Gaol in 1844

La prison de Reading, en 1844 © Wikimedia Commons

Hommage à Wilde

Cet épisode tragique de l’existence d’Oscar Wilde, un groupe d’artistes a récemment décidé de s’en inspirer afin de mettre sur pied un projet de création commun. Des personnalités du monde des arts comme Wolfgang Tillmans, Steve McQueen, Marlene Dumas ou Robert Gober vont ainsi exposer de nouveaux travaux au sein même de l’ancienne prison de Reading, fermée depuis 2013 ; tandis que l’ombre du génial écrivain britannique planera sur chacune de ces créations inédites. L’initiative, appelée « Inside : Artists and writers in Reading prison », s’étendra du 4 septembre au 30 octobre 2016, et est organisée par l’association artistique Artangel.

Les œuvres exposées comprendront de nouvelles peintures par Marlene Dumas et une sculpture inédite de Robert Gober ; ce dernier ayant confié au directeur d’Artangel James Lingwood qu’il trouvait : « L’idée d’un projet artistique au sein d’une prison vraiment captivant ». Le photographe américain Nan Goldin apportera sa pierre à l’édifice en exposant des photos qui exploreront la thématique de l’obsession amoureuse, tandis que le cinéaste Steve McQueen proposera une installation dans une des cellules de la prison de Reading. D’autres travaux par Doris Salcedo, Felix-Gonzalez Torres ou encore Roni Horn viendront compléter un tableau déjà très prestigieux, avec des œuvres accrochées dans les couloirs des différentes ailes du centre de rétention.

La chanteuse et musicienne Patti Smith proposera une intervention, on le devine, musicale ; tandis que les acteurs britanniques Maxine Peak et Ben Whishaw proposeront une lecture de la lettre de Wilde, De Profundis, dans la chapelle de la prison. Cette lettre d’amour est probablement la plus longue jamais écrite par un auteur célèbre, et c’est surtout une œuvre dans laquelle Oscar Wilde tombe totalement le masque, et s’abandonne à sa douleur comme à ses sentiments pour Alfred Douglas, qu’il surnommait « Bosie ». Ces lectures auront lieu tous les dimanches des mois de septembre et octobre 2016.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE