Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le mur promis par Donald Trump a été construit… sur Hollywood Boulevard !

Agathe Lautréamont 21 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Vous vous souvenez du plasticien et artiste de rue Plastic Jesus ? Ce britannique expatrié aux USA, fermement engagé contre l’improbable candidat républicain à la Maison Blanche s’est fait à nouveau remarquer de l’autre côté de l’Atlantique. Après avoir installé de faux panneaux signalétiques « No Trump Anytime », il s’est cette fois-ci distingué en construisant le mur promis par l’homme d’affaires. Pas à la frontière mexicaine, ceci dit…

Someone built a wall around Donald Trump's Hollywood star.

L’oeuvre de Plastic Jesus a tout de suite trouvé son public © Plastic Jesus

Vous avez forcément entendu parler de la proposition de campagne la plus farfelue du candidat à l’investiture américaine Donald Trump : construire un gigantesque mur le long de la frontière mexicaine qui, croit-il, permettra d’endiguer le flux migratoire et interdire le passage aux trafiquants de drogue.

En ce milieu de semaine, alors que l’homme d’affaires était officiellement déclaré candidat des Républicains à Washington, l’artiste de rue Plastic Jesus installait une nouvelle œuvre, en réponse à l’investiture du 18 juillet. Le mur promis par Trump a bien été érigé, mais celui-ci ne mesure pas plus de 15 centimètres de haut, et entoure… l’étoile du magnat de l’immobilier sur le célèbre Walk of Fame d’Hollywood Boulevard !

“ No Trump” signs appear in cities across the USA.

Les fameux panneaux signalétiques © Plastic Jesus

Et pour ce mur-là non plus, ce n’est pas le Mexique qui a payé de sa poche, comme le clame Trump depuis le début de sa campagne présidentielle, mais bien Plastic Jesus. Une installation d’une quinzaine de centimètres, composée de petits murs sur lesquels sont placardés des slogans agressifs comme « Ne pas s’approcher », « Restez dehors » ou encore « Arrêtez de rendre célèbre des gens idiots » ; cette dernière phrase étant le leitmotiv du street-artist, très engagé politiquement et farouchement opposé à l’arrivée de Trump à la Maison Blanche. La petite sculpture est également entourée de fils barbelés. Une nouvelle façon pour Plastic Jesus de montrer son exaspération face à l’ascension de Trump et son opposition au politicien démago.

Plastic Jesus, souvent surnommé « le Banksy de Los Angeles », n’en est pas à son premier coup d’essai quant à la production d’œuvres anti-Trump. Avant le mur sur Hollywood Boulevard, avant les panneaux signalétiques parodiques, le street-artist avait déjà vendu un billet d’une valeur de 100 dollars à l’effigie du loufoque candidat républicain. Avec en légende, cette phrase : « Que vous l’aimiez ou que vous le détestiez, vous ne pouvez pas l’ignorer. »

mur

© Hyperallergic

Mais Plastic Jesus n’est pas seul dans sa lutte artistique contre le candidat du parti Républicain. Il y a un peu plus d’une semaine, un duo d’artistes contemporains avait installé un début de mur, cette fois-ci grandeur nature et à la frontière mexicaine, comme promis par l’homme politique. Sauf que celui-ci était constitué d’œuvres anti-Trump, décriant les promesses hallucinantes et la dangerosité des idées du candidat. Dans le même ordre d’idée, un autre duo de créateurs, Doug Cameron et Tommy Noonan, ont installé à Cleveland une hutte humoristique, reprenant la coupe de cheveux de Donald Trump ! Là aussi, l’objectif est le suivant : tenter d’alarmer les consciences par l’humour…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE