Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Joaquín Sorolla, entre Impressionnisme, avant-garde et Vélasquez à Giverny

Jéremy Billault 20 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cet été, le musée des Impressionnistes de Giverny accueille une grande exposition consacrée à un peintre espagnol parfois méconnu : Joaquín Sorolla. Intitulée « un peintre espagnol à Paris », l’exposition présente une cinquantaine de tableaux qui ont fait sensation à Paris puis dans le monde entier. Entre Impressionnisme, sujets sociaux et maîtrise technique, l’exposition est une succession de chocs esthétiques d’une intensité rare, un must qu’il faut absolument saisir au vol avant son départ pour Madrid en novembre prochain. 

1894-SOROLLA-Retour de la pêche . halage de la barque, 265 x 403,5cm (Musée d´Orsay, Paris)

Joaquín Sorolla, Retour de la pêche : halage de la barque, 1894

© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Photo : Gérard Blot / Hervé Lewandowski

Oui, à Giverny, il y a la maison. Oui, à Giverny, il y a le jardin. On commence à le savoir, Claude Monet a brillamment habité dans le coin (de paradis) au point qu’aujourd’hui les visiteurs viennent par milliers s’imprégner de l’atmosphère qui entourait le peintre au summum de sa création. Mais cet été, si vous comptez, comme beaucoup, faire un coucou à l’ami Claude, il serait regrettable de ne pas prendre quelques heures pour visiter le musée des Impressionnistes, à quelques mètres de là. Car c’est là que ça se passe : un (autre) peintre, une expo et surtout l’une des plus grandes claques esthétiques de la saison, voire de l’année. Ce peintre, c’est Joaquín Sorolla (prononcer Soroya en roulant gaillardement le « r »), un peintre espagnol qui a en lui de l’impressionnisme, de l’avant-garde et du Vélasquez, (rien que ça) et à qui le musée des Impressionnistes consacre une grande exposition, thématique et chronologique à la fois.

Success Story

23509329461_4ce5695b43_b

Joaquín Sorolla, Cousant la voile, 1896 © Venise, 2015 / Photo : Archive Fondazione Musei Civici di Venezia

S’il est légèrement moins célèbre que certains collègues du village, Joaquín Sorolla a malgré tout connu une carrière couronnée de succès. Après des études en Italie, il participe régulièrement à des Salons à Paris puis dans toute l’Europe et se fait rapidement remarquer par le monde de l’art de l’époque : médaillé dès sa première participation au Salon de la Société des Artistes français, il prend part à la première édition de la Biennale de Venise et reçoit le Grand Prix de l’Exposition Universelle en 1900 grâce, notamment, à Cousant la voile, l’un des chefs-d’œuvre de l’expo de Giverny. Mais c’est en 1906 que Sorolla atteint un véritable succès populaire et critique grâce à son exposition à la galerie Georges Petit, l’un des principaux promoteurs des Impressionnistes.

Joaquín_Sorolla_y_Bastida_-_Mother_-_Google_Art_Project

Joaquín Sorolla, Mère, 1895‐1900 © Madrid, Museo Sorolla

Pour rendre hommage au succès tout européen de ce peintre au talent exceptionnel, l’exposition compte traverser trois pays : l’Allemagne d’abord, à Munich (immense succès), la France et Giverny ensuite, puis l’Espagne au musée Sorolla de Madrid. Il fallait donc qu’elle soit riche, cette exposition, afin d’offrir aux différents publics un aperçu détaillé de l’ensemble de la carrière de Sorolla. « Un peintre espagnol à Paris », c’est surtout une manière d’aborder les grands succès, les premiers Salons, l’exposition universelle et Georges Petit, qui ont été de véritables coups de projecteur sur différents thèmes, différentes formes, différents moments de la carrière de Sorolla.

Le geste et la poésie

gp01a201312240600

Joaquín Sorolla Sautant à la corde. La Granja, 1907 © Madrid, Museo Sorolla

Car cet homme sait tout faire et c’en est affolant. D’une salle à l’autre, l’exposition se transforme : des grands formats, des portraits, des scènes de genres, un impressionnisme parfois abstrait, une lumière qui touche parfois au préraphaélisme… Mais on ne s’y perd pas. Car en plus d’être virtuose, l’artiste a un style. Le génie de Sorolla réside en sa volonté de ne pas s’en tenir à un enchaînement de prouesses techniques, d’incorporer du sens à la maestria.

Joaquín_Sorolla_y_Bastida_-_Capturing_the_moment_-_Google_Art_Project

Joaquín Sorolla Instantané. Biarritz, 1906 © Madrid, Museo Sorolla

Et, on vous le donne en mille, c’est bouleversant. Dans l’horizon, dans la lumière d’un geste quotidien, dans le génie moderne de l’éternité dans l’instant, Sorolla vise juste car il est un poète : la mère et son enfant dans un maelström de blanc, un portrait des ses filles, jeunes, moins jeunes, prenant une pose rigoureusement classique ou flânant sur une plage du Pays Basque, tout chez lui est habité par la force intime de la sensibilité. L’exposition thématique se traduit concrètement par un plaisir de visiteur plutôt jouissif, par un sentiment permanent de surprise, par un peintre qui va sans cesse plus loin qu’on ne l’imagine. Cet été, Claude Monet le Grand aura la compagnie d’un illustre voisin… Et il serait dommage (voire une grave erreur) de rendre visite à l’un sans passer voir l’autre.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE