Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

En images : Le Corbusier enfin au Patrimoine Mondial

Agathe Lautréamont 18 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après deux premières tentatives qui s’étaient malheureusement soldées par des échecs, les réalisations de l’architecte franco-suisse Charles-Édouard Jeanneret-Gris (plus connu sous son pseudonyme Le Corbusier) ont finalement été classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Cette décision fut prise le week-end dernier au cours de la 40e session du Comité du Patrimoine de l’institution internationale, qui se déroulait à Istanbul, en Turquie.

chandigarh2

Le Corbusier, Chandigarh, 1952 © Wikimedia Commons

Les travaux de l’architecte Le Corbusier, qui a contribué à repenser l’architecture du XXe siècle, ont finalement été reconnus par l’Unesco ; et c’est la toute première fois dans l’Histoire que l’organisation internationale décide du classement d’une série de biens culturels, disséminés sur divers continents. En tout et pour tout, dix-sept constructions ont été ainsi reconnues pour apparaître sur la liste de l’Unesco, dont dix sont situés sur le territoire français. Cabanon, chapelle, immeuble d’habitation ou encore maison de la culture figurent parmi cet ensemble hétéroclite, une sélection qui se veut avant tout représentative de l’œuvre de l’architecte né en 1887 et mort en 1965. Le Corbusier a essaimé ses constructions sur tous les continents, ce qui témoigne aussi de sa grande universalité : une thématique, on le devine, très chère à l’Unesco.

sites le corbusier point org

La maison Guiette, à Anvers, 1926 © Wikimedia Commons

Mais c’est néanmoins le territoire français qui fut le principal terrain de jeu du créateur ; ce n’est donc pas un hasard sur dix lieux sur dix-sept se trouvent donc à l’intérieur de l’Hexagone. Parmi elles, on retrouve des constructions particulièrement célèbres comme la Cité Radieuse de Marseille ou la Maison de la Culture à Firminy. Les sept autres espaces qui complètent la liste de l’organisation internationale se trouvent à l’étranger : Suisse, Belgique, Allemagne pour l’Europe, Japon, Inde et Argentine pour le reste du globe.

cabanon wiki com

Le cabanon du Corbusier, à Roquebrune-Cap-Martin, 1951 © Wikimedia Commons

Cette décision de classement est donc un bel accomplissement pour la France, qui compte tant de réalisations du Corbusier ; l’Hexagone cherchant en effet à faire classer ces sites depuis une décennie. Au bout du compte, l’adage « L’union fait la force » s’est encore révélé particulièrement vrai, puisque c’est finalement une candidature collective, portée par les sept pays concernés, qui a réussi à faire classer les constructions. Les deux dernières tentatives de classement des bâtiments du « Corbu », en 2010 et 2011, avaient en effet été rejetées.

firminy

Le quartier de Firminy-Vert, 1953 © Wikimedia Commons

Mais cette obtention du classement à l’Unesco n’est qu’une étape. Maintenant que les sites ont été reconnus par l’organisation internationale, il s’agit ensuite de les défendre, les préserver, les valoriser et les faire connaître au plus grand nombre, de sorte à léguer ces lieux exceptionnels aux générations futures ; et ce dans les meilleures conditions possibles. Du côté du Ministère de la Culture, Audrey Azoulay s’est réjouie de ce classement par l’Unesco. Pour la ministre, cette décision révèle l’importance de la protection et de la mise en valeur du patrimoine récent, à savoir daté de moins d’un siècle. La liste des dix-sept sites est donc la suivante :

Le musée des Beaux-Arts de l’Occident, à Tokyo, 1955 © Wikimedia Commons

En France :

La Cité Frugès, à Pessac, 1924

La Villa Savoye et loge du jardinier, à Poissy, 1928

La manufacture Claude et Duval à Saint-Dié-des-Vosges, 1946

Le cabanon du Corbusier, à Roquebrune-Cap-Martin, 1951

La Cité radieuse, unité d’habitation à Marseille, 1945

Le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette, à Éveux, 1953

Les Maisons La Roche et Jeanneret, à Paris, 1923

L’immeuble locatif à Boulogne-Billancourt, 1931

La chapelle Notre-Dame-du-Haut, à Ronchamp, 1950

La maison de la Culture au sein du quartier de Firminy-Vert, 1953

En Allemagne :

Les maisons de la Weissenhof-Siedlun, à Stuttgart, 1927

En Belgique :

La maison Guiette, à Anvers, 1926

En Argentine :

La maison du Docteur Curutchet, à La Plata, 1949

En Inde :

Le complexe du Capitole, à Chandigarh, 1952

En Suisse :

La petite villa du bord du Lac Léman, 1923

L’immeuble Clarté, à Genève, 1930

Au Japon :

Le musée des Beaux-Arts de l’Occident, à Tokyo, 1955

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE