Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Musée du Louvre repense son accessibilité, après deux ans de travaux

Agathe Lautréamont 8 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Lancé il y a maintenant deux ans, le chantier de rénovation de l’accueil du premier musée au monde, le Louvre, s’est achevé en ce début juillet. Accessibilité renforcée et accueil repensé sous la pyramide de Pei, le tout pour une facture qui s’est tout de même élevée à 53.5 millions d’euros. Quels sont les changements apportés qui attendent désormais les touristes ? On fait le tour de la question…


louvre

L’accueil © Musée du Louvre

Bien sûr, on serait tenté de hausser les sourcils face à cette importante somme d’argent, 53.5 millions d’euros, pour rénover l’accueil du Musée du Louvre. Mais selon la communication du musée le plus fréquenté au monde, il fallait au moins cela pour rendre l’institution plus accueillante et plus proche des visiteurs étrangers qui pouvaient vite se sentir perdus dès l’arrivée au cœur du bâtiment.

D’où ces millions, qui ont été financés par des donateurs comme par le fonds de dotation glané grâce au projet du Louvre – Abu Dhabi. Penser davantage au bien-être des visiteurs donc, mais aussi songer à apporter une embellie au taux de visiteurs qui poussent chaque année les portes du Louvre.

La fréquentation du musée a en effet baissé suite aux événements de l’année 2015. 2016 pour le moment, affiche 16% de fréquentation en moins depuis le mois de novembre dernier. Attirer donc, mais aussi rassurer, ce qui fait que l’aide à la visite, le confort et la sécurité ont été renforcés.

le-louvre-fait-peau-neuve,M354366

Pavillon de l’Horloge © Musée du Louvre

Langues et files d’attente

En ce qui concerne la facilité de visite de ce véritable dédale muséal, des oriflammes représentant les œuvres phares de l’institution ont été placés à des points stratégiques, de sorte à mieux aiguiller les visiteurs vers les œuvres qu’ils souhaitent voir en priorité. Rien de mieux en effet que le langage universel de l’image, surtout quand il s’agit de visiteurs qui ne lisent pas nécessairement notre alphabet.

En ce qui concerne un des plus gros points noirs (mais toutes les institutions renommées dans le monde entier connaissent ce problème) de l’institution, à savoir le temps d’attente, une entrée supplémentaire a été créée de sorte à mieux réguler les queues. Pas encore installée, mais promise par le directeur Jean-Luc Martinez : un accès rapide pour les visiteurs ayant acheté leur ticket sur le web.

La verrière devrait également respirer un peu mieux. Exit les bornes et les guichets de vente placés sur les côtés qui provoquaient des files d’attente quelque peu anarchiques. Exit de même le point accueil qui n’était pas des plus heureux sous la vaste verrière. L’ancienne librairie a été convertie en espace billetterie, entre des murs qui tamisent les sons. Ainsi, loin d’être pris dans un maelström de bruit et de fureur, les visiteurs pourront débuter leur visite en observant le superbe escalier hélicoïdal qui trône en bonne place dans cet espace baigné de lumière.

louv

Le Louvre médiéval © Musée du Louvre

Mieux s’orienter

Qu’en est-il de l’organisation de sa visite ? Là aussi, le Louvre a cherché à innover. Afin de permettre aux visiteurs de s’y retrouver dans les quelque 60 000 m ² du musée, une application a été lancée, fonctionnant sur le principe de la géolocalisation. Enfin, un nouvel espace muséographique a été inauguré mardi 5 juillet dernier : le Pavillon de l’Horloge.

Cette zone s’est fixée pour objectif de revenir sur l’histoire du musée du Louvre : depuis la période médiévale jusqu’à notre époque contemporaine, avec un focus obligatoire sur le projet du Louvre – Abu Dhabi. Grâce à une maquette illuminée et des écrans vidéo, des reconstitutions permettent aux visiteurs de comprendre l’évolution du Louvre à travers les âges, et ses diverses fonctions avant de devenir le musée que l’on sait. Une façon originale de réutiliser ce pavillon datant de la Renaissance.

À terme, Jean-Luc Martinez espère ajouter de nouvelles vidéos interactives, qui se concentreraient davantage sur l’histoire de certaines salles emblématiques du musée en particulier… et réfléchit déjà à des options de visite en réalité augmentée.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE