Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La longue histoire entre les chorégraphes américains et l’Opéra de Paris

exponaute 4 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Alors que la saison de l’Opéra National de Paris s’est achevée sur une programmation mettant à l’honneur George Balanchine et Justin Peack, à travers « Brahms-Schönberg Quartet » et « Entre chien et Loup », la BNF en collaboration avec le Palais Garnier propose une grande exposition sur les liens qui unissent l’Opéra français à la chorégraphie américaine. Le commissariat d’exposition confié à Benoit Cailmail, Guillaume Ladrange, Jérôme Maurel et Inès Piovesan met en lumière de manière ludique et didactique 70 ans d’influence stylistique et esthétique. Plongeons au cœur d’une discipline aussi esthétique que physique. 

IMG_3206

© Opéra de Paris

C’est en 1947 que les premiers liens entre la chorégraphie américaine et l’Opéra de Paris apparaissent, avec la création du « Palais de cristal » de Georges Balanchine à Paris. Alors que l’Opéra parisien vit une crise d’identité liée à son répertoire (limité à l’époque aux œuvres de Serge Lifar), Balanchine s’affranchit de la narration classique pour privilégier l’abstraction. Avec cette création, le chorégraphe dépoussière l’école française en lui insufflant une modernité à laquelle elle demeure étrangère.

Alors que l’institution française incarne un classicisme mâtiné d’un traditionalisme assumé, la danse américaine est perçue comme un art du changement intrinsèquement libre. C’est cette différence et cette influence que l’exposition tente d’illustrer à travers un accrochage chronologique et scientifique.

IMG_3194

© Opéra de Paris

Vidéos, carnets de croquis, photographies, costumes, documentent cette histoire de la danse contemporaine à travers quatre grandes thématiques. L’exposition s’ouvre sur l’influence de Balanchine sur le ballet néo-classique et fait ensuite la part belle à la période de l’expérimentation (à partir de 1973) en revenant sur le rôle de l’étoile chorégraphe Carolyn Carslon; mais aussi sur celui de Merce Cunningham qui est invité à créer « Un jour ou deux » sur une musique originale de John Cage et au cœur des décors de Jasper Johns.

À partir des années 1980, la direction de l’Opéra est confiée à Rudolf Noureev qui mettra un point d’honneur à systématiser l’alternance des ballets classiques et contemporains en programmant des chorégraphes encore peu connus en France, mais désormais consacrés comme Alvin Ailey, Karole Armitagen, Linda Childs ou William Forsythe.

IMG_3210

© Opéra de Paris

Enfin, le parcours se referme sur les 16 dernières années de programmation qui ont vu se succéder à la direction, Patrick Dupond (1990-1995), Brigitte Lefèvre (1995-2014) et Benjamin Millepied. Avec l’ouverture de l’Opéra Bastille, on observe que les invitations aux compagnies étrangères (notamment américaines) ne cessent d’augmenter.

Alors que le répertoire néo-classique se consolide, de nouveaux chorégraphes américains continuent à déployer leur savoir-faire, réaffirmant la spécificité et la vivacité de cette scène résolument libre avec par exemple les collaborations de Martha Graham, Agnès de Mille, Trisha Brown ou William Forsythe.

IMG_3207

© Opéra de Paris

Au-delà de la dimension scientifique, l’exposition offre l’avantage d’illustrer la dimension interdisciplinaire que peut revêtir l’opéra : costumes, croquis, musiques, chorégraphies, vidéos, photographies… Les disciplines se croisent dans cette exposition, toujours pour mieux mettre en valeur l’histoire de la chorégraphie américaine mais aussi celle de la danse entre les murs du Palais Garnier. Une manière poétique et transversale de se  plonger dans cet univers tant de fois immortalisé par les maîtres de la peinture.

CHORÉGRAPHES AMÉRICAINS

16/06/2016 > 25/09/2016

Opéra national de Paris

PARIS

En mettant en lumière les figures emblématiques de la danse américaine qui ont marqué le Ballet de l’Opéra, cette exposition tente de...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE