Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

À Londres, une œuvre monumentale orne les murs du Palais de Westminster

Agathe Lautréamont 1 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition, monumentale et stupéfiante, s’intitule “The ethics of dust” (que l’on pourrait traduire par « La morale de la poussière » en français) : une oeuvre imaginée par l’artiste espagnol Jorge Otero-Pailos, s’étire le long des murs du Westminster Hall, en plein cœur du Parlement britannique et tend à refléter la longue histoire de ce bâtiment séculaire. Mais aussi et surtout, l’installation pose la question de la mémoire et de l’héritage, en cette période cruciale pour l’Histoire de l’Angleterre…

dust

© Artangel

Deux immenses draps de latex transparent, teintés de jaune, s’étirent chacun le long du mur chargé d’histoire du Westminster Hall, à l’intérieur du Parlement britannique. Occultant les fenêtres, mais laissant filtrer la lumière du jour, les draps semblent s’illuminer d’une chaude couleur ambrée. Son aspect est décousu, usé. Çà et là, des traces de rapiècement se rencontrent. Parfois, une tache s’étire sur la surface, des inscriptions presque totalement effacées courent sur la surface, à certains endroits. Pas de schéma précis, l’œuvre est une rencontre, une exploration, une source d’étonnement que l’on suit comme on suivrait un sentier inconnu, attendant de voir où il va bien pouvoir nous mener.

Ouverte depuis le 29 juin et visible jusqu’au 1er septembre, The ethics of dust possède une résonance particulière, en cette époque où le terme de « Brexit » est sur toutes les lèvres. Cinquante mètres de long, cinquante mètres d’une œuvre qui évoque des thématiques aussi diverses que la mémoire, la connaissance, le souvenir, l’héritage.

dust 2

© Artangel

Son aspect rappelle volontairement celui de rouleaux de papyrus antiques, ou celui de la peau tannée et longuement travaillée devenue parchemin. Usée, raclée, tachée, trouée, la feuille ressemble à un palimpseste ; ces manuscrits déjà utilisés et dont un scribe peu scrupuleux a effacé le premier texte afin de récupérer le précieux papier, et le réutiliser pour accueillir une nouvelle œuvre.

Sur sa surface, de la poussière et de la suie récoltées dans le monument pendant cinq longues années ont été apposées, comme une marque indélébile. On comprend pourquoi Jorge Orero-Pailos a choisi le Westminster Hall pour accueillir son travail. Cet espace est en effet la partie la plus ancienne du Palais de Westminster : elle fut érigée en 1097.

L’œuvre en elle-même résulte en fait d’une commande. Une idée qui a germé dans l’esprit de l’association Artangel, qui commissionne des œuvres d’art pour les monuments et l’espace public. Artangel voulait une œuvre qui pourrait figurer une sorte de registre artistique et historique de ce siège de la démocratie britannique.

dust 3

© Artangel

À l’époque où l’artiste a accepté avec enthousiasme de créer une œuvre pour ce monument central de la vie politique et historique d’Angleterre, celui-ci était loin de se douter de l’étrange résonance que son travail trouverait avec l’actualité. Quelques jours plus tôt, l’Europe était secouée par le référendum britannique qui décidait de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Le 27 juin, le Premier Ministre sortant David Cameron prononçait un discours à Westminster, au moment où l’installation de l’œuvre se terminait.

Mais The ethics of dust ne saurait se contenter de l’actualité. Elle incarne la grandeur et la longueur de l’Histoire britannique, se veut comme un hommage à la démocratie et au régime parlementaire du pays. En donnant à l’œuvre un aspect tanné et y ajoutant de la poussière récoltée dans ce bâtiment riche en événements historiques, celle-ci se transforme en quelque chose de noble. Le latex devient une sorte de tapisserie qui raconterait, à sa manière, les transformations et évolutions de toute une nation.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE