Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Artiste, designer et écologiste : on a rencontré Daan Roosegaarde !

Agathe Lautréamont 28 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Situé à Rotterdam, le studio Roosegaarde ne se limite pas à remplir le rôle d’un cabinet de design innovant. Né de l’imaginaire de son fondateur, le néerlandais Daan Roosegaarde, on se trouve en vérité dans un véritable laboratoire de design aussi novateur que social, qui tend à mêler la technologie à l’art, le design à l’écologique, l’utilitaire au rêve. C’est ainsi que depuis 2007, des œuvres innovantes et inspirantes tendent à imaginer les paysages du futur, et tandis que l’on reproche de plus en plus à la technologie de détricoter le relationnel, Daan Roosegaarde lui, est profondément convaincu de la capacité de la technologie à créer des liens sociaux forts. Rencontre.

roo

Daan Roosegaarde et son installation Van Gogh Path © Studio Roosegaarde

En France, on a récemment pu interagir avec plusieurs de ses installations présentes au sein des Arts Décoratifs de Paris, tout au long des D’Days ou encore à l’occasion de la dernière Nuit Blanche. Mais dans l’Hexagone, le personnage demeure discret, préférant suivre son petit bonhomme de chemin en laissant parler ses créations à sa place.

Or, si l’on pose un pied du côté des Pays-Bas, la situation est toute autre. À Rotterdam, Daan Roosegaarde est une véritable star, tandis que son studio tout de verre et de transparence trône en bonne place au cœur de la ville portuaire. Tout sourire, le jeune artiste de 36 ans nous a accueillis dans son univers d’innovation et d’inventivité, le sourire aux lèvres, la prunelle éclatante à l’idée de nous en dire plus sur sa sphère de création.

« Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui peut parfois être brutal et dangereux. Mais je pense que tout le monde a le droit au ‘Schoonheid’. C’est ainsi que je conçois le design. »

epice

Installation Dune, qui réagit aux sons et aux mouvements des passants © Studio Roosegaarde

« Schoonheid » est un terme néerlandais, délicat à traduire. On peut le comprendre comme un goût pour la beauté, l’esthétique et la pureté tout dans le même temps. Remettre un peu de bonheur dans le quotidien mécanique et banal des citadins, voilà donc comment on pourrait résumer en quelques mots l’objectif de ce personnage à l’esprit indéniablement innovateur.

Il aime à se placer sur le fil, en équilibre entre pratique artistique et approche technologique, afin d’inventer des installations qui investissent l’espace public d’une manière nouvelle. Et son terrain de jeu de prédilection, ce sont bien sûr les Pays-Bas, où il a eu l’occasion de placer plusieurs de ses expériences artistico-technologiques.

waterlicht

L’installation Waterlicht devant le Rijksmuseum, à Amsterdam © Studio Roosegaarde

Tout est en effet parti d’un constat chez le designer néerlandais : partout dans l’espace public, dans les transports, sur le trajet qui nous mène à la maison le soir, on ne se parle pas. Soit notre regard est ostensiblement tourné vers l’horizon pour ne pas croiser celui du voisin, soit notre concentration est focalisée sur un smartphone ou un baladeur mp3. Parfois, les yeux sont perdus dans le vague, fatigués par une longue journée de travail.

Comment renouer les cordons du lien social ? Pour Roosegaarde, en poussant les passants à se réapproprier l’espace public, en faisant preuve d’imagination et de créativité, il est possible de donner corps à des œuvres nouvelles.

« Maintenant que la plupart des usines, manufactures et industries ont déserté la ville pour laisser la place au secteur des services, la créativité peut devenir notre véritable univers. »

Pour Daan Roosegaarde, entendez par là que la création se transforme en des solutions urbaines artistiques… Et Rotterdam représente un espace idéal pour mener ce projet à bien.  Aux yeux de Roosegaarde, la cité construite le long de la Nouvelle-Meuse est en effet une ville qui se soucie de ce qu’elle pourrait devenir, à la différence de beaucoup d’autres communes néerlandaises, comme Amsterdam, qui se conforte dans ce qu’elles sont déjà.

Sur son site internet, le créateur publie nombre de photos et de vidéos de ses installations lumineuses et interactives. C’est ainsi que l’on peut admirer le projet « Windlicht », où les moulins de Kinderdijk ont été reliés par des lignes de lumières verte, grâce à des LED placées sur les pales du moulin. Une façon poétique de matérialiser l’énergie verte et le recours au développement durable, un aspect central de la société néerlandaise.

Le pays, qui se trouve en-dessous du niveau de la mer, est plus que quiconque conscient du danger représenté par le changement climatique et donc, la montée des océans. L’eau d’ailleurs, est au cœur d’une autre installation de Roosegaarde.

windlicht

Windlicht installée sur des éoliennes © Studio Roosegaarde

Intitulée Waterlicht et installée sur la Museumplein d’Amsterdam, face au Rijksmuseum, l’œuvre imite le mouvement des vagues grâce à un subtil jeu de lumières et de brume. Mais avec le designer, rien n’est jamais simple, et si l’installation a attiré des milliers de curieux fascinés par la beauté de l’œuvre, celle-ci se voulait avant tout un avertissement. Les vagues de lumière bleue représentaient en effet le niveau que l’eau attendrait aux Pays-Bas si jamais toutes les digues et barrages du pays cédaient face à la montée des eaux.

stu

Lotus dans l’église Sainte Madeleine de Lille © Studio Roosegaarde

Un entretien avec Daan Roosegaarde, c’est l’assurance d’une joie, d’un optimisme et d’une rêverie terriblement communicatifs. Le néerlandais n’est pas de ces artistes qui présentent leur travail comme un objet sacralisé dans l’attente de courbettes.

Pianotant sur son ordinateur portable dernier cri, Roosegaarde présente des photos, des vidéos, des animations et maquettes comme un jeune enfant manipulerait pour la première fois le cadeau dont il a tant rêvé ; la prunelle pétillante et l’enthousiasme faisant légèrement trembler la voix. Il parlera de beauté, d’innovation et de monde meilleur comme un petit garçon parlera des univers imaginaires qu’il se bâtit dans son esprit débridé. Roosegaarde, lui, donne corps à ses rêves artistiques et écologiques.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE