Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

En images : la nouvelle oeuvre monumentale de Christo vient d’ouvrir au public

exponaute 20 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ce week-end, sur le lac Iseo en Italie, la nouvelle création monumentale de Christo s’est ouverte au public : une passerelle de 3 kilomètres de long composée de polystyrène et de tissu qui permet au public d’avoir la sensation… de marcher sur l’eau. 

SULZANO, ITALY - JUNE 18: A view of the installation 'The Floating Piers' on the Iseo Lake by the Bulgarian artist Christo Vladimirov Yavachev known as Christo on June 8, 2016 in Iseo, Italy. (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)

Photo : Pier Marco Tacca/Getty Images

On vous parlait du projet il y a quelques semaines, il est aujourd’hui ouvert au public. Sur le lac Iseo, au nord de l’Italie, flotte depuis quelques jours la nouvelle création monumentale de l’infatigable Christo : une passerelle de trois kilomètres recouverte de tissu qui permet aux visiteurs (on en attend près d’un demi-million jusqu’au 3 juillet) de, presque littéralement, marcher sur l’eau. Cette passerelle mouvante s’enfonce d’une trentaine de centimètres dans l’eau quand on s’y aventure, le tissu jaune devient orange puis rouge en fonction de son contact avec le lac et prend la marque éphémère des empreintes laissées par les promeneurs. Plus qu’une installation purement esthétique, la nouvelle oeuvre de Christo est avant tout une expérience sensorielle qu’il faut traverser pour en comprendre toute la subtilité.

Un projet à 15 millions d’euros

SULZANO, ITALY - JUNE 18: A view of the installation 'The Floating Piers' on the Iseo Lake by the Bulgarian artist Christo Vladimirov Yavachev known as Christoenter on June 8, 2016 in Iseo, Italy. (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)

Photo : Pier Marco Tacca/Getty Images

Comme tous les projets monumentaux de Christo, The Floating Piers a demandé un travail de préparation, des prouesses techniques et des frais gigantesques. Entre novembre et juin, le lac Iseo était en travaux, le temps pour l’artiste et son équipe d’installer les  220 000 cubes de polystyrène qui composent la passerelle de 3 kilomètres de long et 16 mètres de large. Au long de la passerelle, pas de barrières (le principe étant d’être en contact avec l’eau du lac), pas de gilet de sauvetage (beaucoup trop de visiteurs attendus) mais des maîtres nageurs et une équipe de sécurité très importante.

SULZANO, ITALY - JUNE 18: People walk on the installation 'The Floating Piers' on the Iseo Lake by the Bulgarian artist Christo Vladimirov Yavachev known as Christo on June 8, 2016 in Iseo, Italy. (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)

Photo : Pier Marco Tacca/Getty Images

Après de longs mois de travaux, l’oeuvre ne sera pourtant accessible que jusqu’au 3 juillet : en étant éphémère, elle devient encore plus monumentale. Et Christo peut se le permettre. Pour ce projet dont la durée de vie ne passe pas les deux semaines, le budget de 15 millions d’euros peut sembler un tantinet excessif, surtout s’il avait fallu piocher dans le budget culturel italien (qui est pourtant conséquent) ou dans celui de l’UE. Comme pour chacun de ses projets, Christo, et c’est difficile à croire, a lui-même financé The Floating Piers avec la vente de ses nombreux dessins et esquisses préparatoires.

Christo marchant sur les flots

SULZANO, ITALY - JUNE 18: A girl jumps during the visit at the installation 'The Floating Piers' on the Iseo Lake by the Bulgarian artist Christo Vladimirov Yavachev known as Christoenter on June 8, 2016 in Iseo, Italy. (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)

Photo : Pier Marco Tacca/Getty Images

Christo oblige, oeuvre monumentale oblige, le public était nombreux à l’ouverture de la passerelle. Trop nombreux, peut-être. Du jour au lendemain, les rives du lac Iseo, d’ordinaire relativement tranquilles, ont été envahies par des milliers de curieux, avide de randonnée à même le lac. Certains avaient passé la nuit sur place pour être les premiers à fouler le sol instable recouvert de tissu et, les conditions météo n’aidant pas, l’oeuvre a rapidement été saturée : la limite des 11 000 personnes simultanément sur les passerelles a rapidement été atteinte, il a fallu faire la queue. Mais les premières réactions sont enthousiastes, le public (et la faune locale) a rapidement pris possession du lac et de la passerelle de Christo qui, on peut le dire, a encore une fois réussi son pari.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE