Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

La Norvège annonce l’ouverture d’un centre d’art contemporain… en Arctique !

Agathe Lautréamont 16 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les ours polaires et les étendues de neige à perte de vue pourront-ils inspirer les artistes ? C’est en tout cas le pari que fait le Ministère de la Culture de Norvège, qui a annoncé l’ouverture d’un tout nouveau centre d’art contemporain. Seule petite particularité : celui-ci se trouvera sur l’archipel de Svalbard, au-dessus du cercle polaire arctique…

long

Longyearbyen, capitale du Svalbard © Wikimedia Commons

Connaissez-vous le petit archipel de Svalbard ? Bon, il faut l’admettre, ce n’est pas la destination la plus prisée des touristes estivaux. En effet, celle-ci se trouve dans l’océan Arctique, à mi-chemin entre la Norvège et le Pôle Nord. L’archipel se compose de quatre îles, où vivent plus d’ours polaires que d’humains. Drôle d’endroit nous direz-vous, pour installer une scène d’art contemporain. Et pourtant… Le 12 juin dernier, le ministre de la culture norvégien a annoncé le lancement d’une fondation et d’une résidence d’artistes dans la capitale de Svalbard, Longyearbyen, la ville la plus septentrionale au monde, où le soleil ne se couche jamais en été.

Entre trois et cinq artistes seront invités chaque année à entrer en résidence à Longyearbyen, et des partenariats avec des institutions culturelles prestigieuses sont également programmés. La directrice du Bureau d’Art Contemporain de Norvège a ainsi précisé au moment de l’annonce que les œuvres produites durant la résidence devront être profondément expérimentales, ainsi que profondément ancrées dans les expériences vécues par les artistes dans cet archipel du bout du monde. Le coût de l’opération est estimé à environ deux millions de couronnes norvégiennes par an (environ 214 000 euros).

sval anny shaw

Svalbard © Anny Shaw – Flickr

Le choix de l’archipel de Svalbard reste tout de même un choix surprenant pour ouvrir un centre d’art contemporain. Mais cette décision a été mûrement réfléchie par le gouvernement norvégien, qui vise ainsi à redynamiser la scène artistique de ce pays nordique, mais surtout de donner un coup de fouet à l’archipel de Svalbard et sa capitale Longyearbyen, dont l’économie est en berne depuis la fermeture des mines de charbon qui constituaient le cœur de son activité économique. Placer de l’art contemporain en un tel endroit, habité par seulement 2600 âmes, c’est montrer que la création ne connaît aucune limite, mais aussi par la création d’œuvres engagées, dévoiler les dangers du changement climatique et appeler à une meilleure protection de l’environnement. Les régions polaires sont en effet très menacées par le changement climatique.

Svalbard est en fait un melting-pot de nombreuses nationalités. Sa population, à majorité norvégienne, compte cependant beaucoup de Russes et de Chinois, ce qui pourrait être une source d’inspiration intéressante pour les artistes en résidence. À cet endroit s’est également récemment tenue une conférence pluridisciplinaire appelée « Penser à l’extrémité du monde », mêlant science, société et art, dont le thème était « Frontières, migrations, durabilité et changement climatique ».

john cook

Longyearbyen © John Cook – Flickr

Des artistes conservateurs, poètes et biologistes furent invités à participer à ces journées de débats qui attirèrent des centaines de curieux. L’art indigène, représenté par le peuple Sami (peuple autochtone d’une zone qui couvre le nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande) a été questionné, tandis que des écrivains scandinaves livrèrent des lectures publiques de leurs textes et poèmes sur le changement climatique et la préservation de la nature.

Svalbard semble donc, au bout du compte, tout indiqué pour accueillir durant les années à venir une résidence d’artistes. Ces derniers, grâce aux œuvres qu’ils produiront, pourront parler de sujets sensibles auxquels fait face notre époque, comme la protection des cultures, la préservation de l’environnement et le développement durable ; à une époque où l’on réalise enfin que les ressources de notre planète ne sont pas illimitées. Entre une mission résolument pacifique et une volonté d’alarmer les consciences, nul doute que les artistes n’hésiteront pas à braver les froids polaires pour s’immerger dans la création contemporaine.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE