Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

Marcel Gautherot à la MEP : la ligne, la forme et la lumière

Agathe Lautréamont 15 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Beau. Beau, beau et beau. Si beau, qu’on le dit cinq fois en guise d’introduction pour cet article ! Si l’on ne devait voir qu’une exposition photo en ce début d’été à Paris, ce serait incontestablement l’accrochage que la Maison Européenne de la Photographie dédie jusqu’au 28 août prochain à Marcel Gautherot. Photographe ethnologue, photographe architecte, photographe au sens esthétique d’une pureté et d’un équilibre incroyable. Attention : claque visuelle.

010DFCN22299

© Marcel Gautherot

Il aura fallu attendre la disparition de Marcel Gautherot en 1996 pour que son travail soit véritablement découvert du grand public. Français d’origine, brésilien de cœur, l’artiste occupe une place capitale dans l’histoire de la photographie brésilienne. Rares en effet, sont les photographes qui parviennent à exceller dans un si grand nombre de thématiques et à montrer la même excellence dans une image d’architecture ou dans un cliché de pêcheurs au travail. Qu’il immortalise la forêt amazonienne ou des ouvriers sur le gigantesque chantier de Brasilia, Marcel Gautherot est un grand, un très grand photographe. La preuve par trois.

L’architecture

gau2

© Marcel Gautherot

La ligne, toujours elle. Parfaite, tirée au cordeau, suivant parfaitement points de force et règle des tiers. La ligne pure et d’un blanc immaculé d’un bâtiment de béton récemment sorti de terre, pour laquelle on ressent une admiration certaine de la part d’un photographe qui révérait le travail du Corbusier. La ligne qui dirige l’œil du spectateur et lui procure une réjouissante et bouleversante sensation d’harmonie absolue, et qui traduit une surprenante conscience formelle de la part de Marcel Gautherot.

Il faut savoir que l’artiste s’était initialement formé à l’architecture, plus précisément à l’architecture d’intérieur, avant d’attraper le virus de la pellicule argentique. Rêveur, Gautherot révèle pourtant dans ses clichés un formalisme immuable ; un respect des règles esthétiques quasi-viscéral mêlé à une maîtrise fascinante de l’ombre et de la lumière. Il aime jouer avec les reflets de l’eau, avec les ombres dures et droites causées par un soleil de midi, mais qui révèlent les bâtiments et les subliment.

La poésie

gau3

© Marcel Gautherot

Un autre pilier dans le travail photographique de Marcel Gautherot, et qui occupe une place centrale dans l’accrochage de la Maison Européenne de la Photographie, c’est la photographie humaniste. L’œil vissé à son rolleiflex (un appareil photographique reflex bi-objectif de moyen format, très utilisé au milieu du XXe siècle), l’artiste met sa sensibilité artistique au service de son pays d’adoption, à cette terre de cœur qu’il aime plus que tout parcourir de la façon la plus exhaustive possible.

Qu’il photographie des petits villages d’agriculteurs célébrant des fêtes traditionnelles, ou qu’il réalise une stupéfiante série de clichés dédié aux pêcheurs et à leurs fiers voiliers, Gautherot ne se défait jamais de son appétit esthétique. Les jeux de cordages des navires structurent ses images, créent une sorte d’architecture dans l’image, tandis que les voiles immaculées des petits bateaux invitent au voyage et à la rêverie, à un désir d’ailleurs ineffable mais si agréable. Des visions fortes, d’une beauté à couper le souffle, que l’on pourrait admirer des heures durant.

L’humain

010moscou14

© Marcel Gautherot

Bien sûr, si la question formelle occupe une place majeure dans l’œuvre de Marcel Gautherot, la figure de l’Homme n’en demeure pas moins très présente. Deux possibilités s’offrent au photographe. Soit il fait du personnage la clé de voûte de l’image, dans une quête de l’émotion ou de la tradition qui conte l’histoire humaine, soit il réduit son semblable à une silhouette difficilement perceptible, évoluant dans un environnement qui la dépasse en tout.

Dans les images captées par l’artiste franco-brésilien, la figure humaine fait partie intégrante de la forme qui se mue en outil narratif de l’image finale. Elle entre en résonnance avec un grand tout, où il est encore en quête d’une place. Si les lignes d’une maison ou d’un immeuble constituent l’ossature du cliché, la forme d’un homme ou d’une femme sera le sel de l’image, la touche délicate, inattendue mais idéale, qui apporte la magie nécessaire. Cette magie qui transforme une photographie techniquement réussie en une œuvre d’art.

MARCEL GAUTHEROT

15/06/2016 > 28/08/2016

Maison Européenne de la Photographie (MEP)

PARIS

Le travail de Marcel Gautherot, photographe français ayant vécu la majeure partie de sa vie au Brésil, est capital dans l’histoire réc...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE