Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Ben, César, Buren et une expo Miró, l’art s’immerge dans un centre commercial

Jéremy Billault 10 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En octobre dernier, Polygone Riviera, un centre commercial à ciel ouvert du côté de Cagnes-sur-Mer a ouvert ses portes en accueillant un parcours d’œuvres d’art qui sillonne le parcours, entre les boutiques. Ben, César ou encore Daniel Buren font partie de cette belle collection qui accueillera fréquemment des expositions temporaires. La première, qui vient de débuter, est consacrée, là encore, à un grand artiste : Joan Miró, et qui est à voir jusqu’au 1er octobre.

buren

Daniel Buren, Inexorablement, les couleurs glissent, 2015

Le pari était osé, mais le résultat est là. En octobre dernier, à Cagnes-sur-Mer, un grand centre commercial en plein air a ouvert ses portes : espaces verts, musique de fond, Polygone Riviera, c’est son nom, se veut comme une alternative à l’atmosphère cloîtrée et oppressante des grands centres commerciaux dont nous avons l’habitude. Pourquoi pas. Mais le projet a vu plus grand : tout au long du parcours, entre les boutiques, le centre commercial regorge d’œuvres d’art, intégrées dans un paradis de la consommation qui, pour certains, voire beaucoup est un enfer. Oui, le pari était osé. Ai Wewei l’avait fait au Bon Marché, c’était sublime, alors pourquoi pas.

Pour éviter un éventuel accident industriel, Jérôme Sans, directeur artistique, a dû redoubler d’imagination et d’intelligence : choisir et installer les œuvres, créer une harmonie loin d’être naturelle qui, en plus d’intégrer l’art entre deux magasins de vêtements, devrait conquérir l’intérêt d’un public venu pour une toute autre raison.

reinoso

Pablo Reinoso, Banc d’amarrage, 2015

Là encore, il a fallu voir grand : César, Buren, Renoso, Marthine Tayou et des œuvres de grande envergure, parfois même intégrées au mobilier urbain. Impossible de les ignorer. Daniel Buren joue avec les couleurs avec une installation constamment en mouvement, qui change avec  la lumière du soleil, l’hommage à Eiffel de César intrigue, les bancs de Reinoso émerveillent, la rencontre peut paraître fortuite, mais elle fonctionne. Côté médiation, on a préféré opter pour des cartels  très courts renvoyant à une application qui ira plus dans le détail et des visites pédagogiques plusieurs fois par jour totalement gratuites.

Joan Miró et la Fondation Maeght

celest

Céleste Boursier-Mougenot, Opencage, 2015

Outre ce parcours permanent plutôt riche, Polygone Riviera compte mettre en place des expositions temporaires. La première d’entre elles vient tout juste d’ouvrir : grâce à un partenariat avec la Fondation Maeght le centre commercial accueille pendant plusieurs mois cinq sculptures emblématiques d’un artiste que l’on ne présente plus : Joan Miró. Installées dans une sorte de fontaine, les cinq œuvres suscitent, elles aussi, immédiatement l’intérêt et la curiosité de tous, par l’aspect parfois ludique que leur donne les matériaux de récup’ dont elles sont parfois composées (table à repasser, cuvette de toilettes en bois…).
miro

Joan Miró, Personnage, 1972, l’une des œuvres de l’exposition temporaire.

Cette exposition offre surtout une certaine légitimité au projet, la Fondation Maeght est depuis longtemps un lieu culturel incontournable dans la région où sont passés les plus grands (Giacometti, Bonnard et, donc, Miró) et son soutien de taille annonce qu’il faudra aussi compter sur Polygone Riviera (dont l’objectif de fréquentation est d’environ dix millions de visiteurs par an) dans le paysage culturel local.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE