Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Banksy offre une fresque surprise à des écoliers britanniques

Jéremy Billault 10 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une école primaire de Bristol, en Angleterre, a récemment eu la surprise de découvrir une fresque signée Banksy sur l’un des mures de la cour. Les élèves avaient écrit à l’artiste quelques semaines plus tôt, pour lui annoncer qu’ils renommeraient l’un des bâtiments de l’école à son nom. 

banksy

La fresque de Banksy © AFP

La belle histoire de la semaine nous vient tout droit de Bristol, en Angleterre. Ce type d’histoires que seul Banksy est capable d’écrire, dans les fulgurances les plus poétiques de ses pérégrinations murales. Il y a quelque semaines, les élèves de l’école primaire Bridge Farm ont été invités à exercer pour la première fois leur pouvoir démocratique, comme le feront leurs compatriotes plus âgés dans les jours qui viennent. Pas de Brexit à l’horizon mais un choix important pour l’avenir de l’école : il faut renommer l’un des bâtiments. Sur la liste des prétendants au titre, plusieurs figures emblématiques de la ville de Bristol choisies par les… proposées par l’équipe pédagogique pour éviter les dérives farfelues (ou pour apprendre aux bambins que la démocratie a ses limites, allez savoir).

Le bâtiment aurait donc pu s’appeler Isambard Kingdom Brunel (un peu long), du nom d’un ingénieur britannique ou encore Barbe Noire (un peu triste), pirate dont la légende raconte qu’il est né à Bristol. Ce sera finalement la légende vivante de la ville, maître mystérieux du street-art connu au quatre coins du monde mais jamais reconnu dans sa propre rue : Banksy. Pour annoncer la nouvelle à l’heureux élu, les élèves écrivent une lettre au principal intéressé, quelques jours avant Pâques.

4000

Le gardien de l’école tient la lettre de l’artiste, encadrée © Claire Hayhurst/PA

Quelques semaines plus tard, face caméra, le gardien de l’école raconte au Guardian, qui a déniché l’info, les détails d’une découverte qui relève presque d’une sorte d’archéologie du contemporain : « Ce matin je suis arrivé, comme tous les matins (consciencieux isn’t he ?), et quand j’ai ouvert la porte, j’ai vu ça ! ». Ça, c’est une fresque signée Banksy (qui signe pourtant rarement) : une jeune fille dessinées devant un pneu enflammé extrêmement réaliste accompagnée d’une lettre dont voici le contenu :

“Chère Bridge Farm, merci pour votre lettre et pour avoir donné mon nom à l’un de vos bâtiments. Je vous prie d’accepter un dessin. Si vous ne l’aimez pas, n’hésitez pas a ajouter des choses – je suis sûr que les professeurs n’y verront aucun problème. Souvenez-vous – il est toujours plus facile d’obtenir le pardon que la permission. Avec amour, Banksy.” 

Si l’on se doute que les enseignants ne valident pas le message de l’artiste, Geoff Mason, directeur de l’école compte bien conserver sur le mur de son école l’oeuvre de Banksy qu’il considère comme « une source d’inspiration » pour les enfants. Et la décision n’était pas évidente : depuis plusieurs années, la cote de l’artiste mystérieux a flambé, si bien que beaucoup de ses travaux sont délogés, arrachés et finissent en salle des vente où ils font s’envoler les prix. Sur les murs de cette école, Banksy a laissé une oeuvre qui représente certainement plusieurs millions d’euros.

4940975_6_caeb_la-fresque-de-banksy-decouverte-dans-une_a3a373875ff910e7b77357f12711e105

© Jon Kay BBC

Quant à l’authenticité de l’oeuvre, elle a rapidement été confirmée par Pest Control, une agence qui agit au service de l’artiste. La fresque restera donc là, sur le mur de l’aile Banksy de l’école Bridge Farm de Bristol, sous les yeux ébahis de jeunes élèves, plus heureux que jamais de ne pas avoir voté Isambard Kingdom Brunel dans l’un des premiers exercices démocratiques de leur vie. Malheureusement, il ne leur sera pas permis de suivre le conseil de l’artiste et d’ajouter quelques touches plus personnelles à la superbe fresque… Mais on leur pardonnerait.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE