Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Une œuvre de Rubens qui n’avait plus été exposée depuis 80 ans refait surface

Agathe Lautréamont 6 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cela faisait près de 80 ans que plus personne n’avait pu admirer cette œuvre de Pierre Paul Rubens. Aujourd’hui, un rare tableau du maître, représentant Jésus-Christ après sa résurrection, s’apprête à être exposé au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, après un long travail de restauration…

ruru

Pierre Paul Rubens, La résurrection du Christ, vers 1610-1611

Le lundi 6 juin, les fonds du prestigieux et mondialement célèbre Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg se sont enrichis d’une toile de maître, et pas des moindres ! Une œuvre de Pierre Paul Rubens (1577-1640) vient d’être présentée au public : une huile sur toile intitulée « La résurrection du Christ » (dont la date d’exécution est estimée entre 1610 et 1611) et qui n’avait plus été montrée ou exposée depuis plus de quatre-vingts ans. Par le passé, les spécialistes s’interrogeaient encore sur l’attribution de cette œuvre du début du XVIIe siècle, mais après expertise, celle-ci a bel et bien été attribuée au peintre baroque flamand.

À l’origine, ce tableau appartenait à l’impératrice Catherine II de Russie, dite « La Grande ». La souveraine en fit ensuite cadeau à la Cathédrale de la Trinité, dépendant du monastère Alexander Nevsky, un des monastères les plus importants de l’ancienne capitale impériale russe. L’œuvre demeura au sein du lieu de culte jusqu’à ce que la dictature soviétique n’en décide autrement. Les autorités ordonnèrent la fermeture de la cathédrale en 1934, des suites de la politique antireligieuse du régime. L’imposante œuvre, dont les dimensions sont de 5 mètres sur 3, fut alors remisée dans les réserves de l’Ermitage, où elle tomba peu à peu dans l’oubli.

Attribué à l’atelier de Rubens

Si l’on en croit un communiqué de presse publié par l’institution russe, ce n’est qu’en 2012 que le tableau fut soudainement redécouvert. L’œuvre avait hélas souffert de ses nombreuses années de remisage, et une restauration s’imposait. C’est le tout nouveau centre de restauration et de conservation Staraya Derevnya, ouvert depuis peu et dépendant du Musée de l’Ermitage, qui s’est chargé de donner une seconde jeunesse au grand tableau. Du fait de l’humidité, la toile s’était déformée et les couleurs se sont peu à peu ternies au fil des ans.

Les restaurateurs en profitèrent pour, dans le même temps, débarrasser le tableau de quelques couches de vernis posées par-dessus la peinture, révélant les couleurs originales utilisées par l’artiste. Ce fut alors une révélation pour les conservateurs : l’œuvre serait de la main de Pierre Paul Rubens en personne ! Le style est en effet en tout point similaire avec celui adopté par le maître flamand durant les premières années qui suivirent son retour à Anvers, après avoir séjourné quelques temps en Italie.

Pourquoi une si soudaine redécouverte ? Tout simplement parce que depuis de nombreuses années, et du fait du mauvais état dans lequel se trouvait le tableau, celui-ci était considéré comme une production issue de l’atelier de Rubens. Ce n’est qu’après la restauration effectuée que la vérité s’est imposée : l’œuvre est de la main du maître, et non de celles de ses élèves… Maintenant, l’œuvre va pouvoir être exposée avec un tout nouveau nom, et prestigieux qui plus est, sur son cartel. Si vous passez du côté de la Russie dans les mois à venir, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Le tableau est exposé au public jusqu’au 2 octobre prochain…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE