Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Melik Ohanian plonge le Centre Pompidou dans le clair-obscur

Agathe Lautréamont 1 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Lauréat du prix Marcel Duchamp 2015, Melik Ohanian centre son travail sur des thèmes aussi variés que les utopies révolutionnaires, les changements d’état chimiques ou le monde ouvrier. Et étrangement, l’installation qu’il présente actuellement au Centre Pompidou peut se voir comme une synthèse de tous ses centres d’intérêt, en plus d’être absolument hypnotisante…

1

En octobre 2015, pendant la FIAC, quatre artistes étaient en lice pour le prix Marcel Duchamp. Davide Balula, Neil Beloufa, Zineb Sedira et Melik Ohanian. C’est ce dernier qui a retenu l’attention du jury qui a souhaité célébrer une véritable constante dans le travail du créateur. Celui-ci, en vingt années de carrière, a montré la même fascination pour un art visuel qui s’intéresse aux sciences et plus précisément à la physique.

2

Pour concourir au Prix Marcel Duchamp, l’artiste avait imaginé une série de sept photographies, exposées dans des panneaux lumineux. Ces panneaux sont ensuite éclairés une seconde par minute, par un changement d’état du Césium 133. C’est cet élément chimique qui définit la seconde universelle dans les horloges atomiques. Pointu, n’est-ce pas ? Mais quand bien même l’artiste se penche sur des thématiques bien précises tirées des sciences physiques, il n’en oublie pas pour autant la portée allégorique et même poétique que l’on peut déceler dans le vaste univers des sciences…

3

Et ce lyrisme insoupçonné se lovant au creux de la science, Melik Ohanian le révèle encore une fois dans son exposition du Centre Pompidou, que l’on peut admirer jusqu’au 15 août prochain. Dans une vaste salle plongée dans une obscurité enveloppante, le visiteur est amené à découvrir cinq œuvres du créateur, dont bien sûr, celle qui lui a permis de décrocher le prestigieux Prix Duchamp. Dans quel monde étrange venons-nous de pénétrer ? Univers monochrome, divisé entre le noir et le blanc, entre l’obscurité et la lumière, entre le mystérieux et le révélé. Le long de murs peints en blanc, Melik Ohanian a accroché un ensemble de soixante photographies en noir et blanc, centrées là aussi, sur l’élément chimique du césium.

4

Chaqueimage très contrastée tend à révéler les changements d’état de ce métal alcalin. Chez Ohanian, l’intérêt pour cet élément toucherait presque à la fascination. Les photographies sont tantôt plongées dans une semi-obscurité, tantôt brusquement éclairées par une puissante lumière blanche. En effet, au-dessus des clichés, trône une autre œuvre de l’artiste : « Gradient », dispositif qui éclaire à intervalles réguliers les murs de l’exposition, dans un dégradé hypnotisant. On se laisse surprendre par la luminosité aveuglante, par le brusque passage de l’ombre à la lumière, et on navigue dans l’exposition en fonction du bon vouloir des  petites ampoules blanches…

5

Mais le clou du spectacle occupe le centre de la pièce : une odyssée spatiale qui nous transporte en une fraction de seconde à environ 2,55 millions d’années-lumière du Soleil, vers la constellation d’Andromède. La galaxie du même nom est la plus proche de notre Voie Lactée, si proche d’un point de vue spatial que les scientifiques estiment que dans environ quatre milliards d’années, les deux galaxies devraient entrer en collision ! Cet événement dont résultera  la fusion des deux galaxies donnera ensuite naissance à une nouvelle galaxie beaucoup plus grande. Un événement qui a inspiré à Melik Ohanian cette installation fascinante, intitulée « Modelling Poetry » (la poésie, on vous dit !).

Sur une table luminescente, des points de lumières recréent la rencontre entre les deux galaxies. Les couleurs blanches, bleutées et rosées dansent sous nos yeux, s’écoulent sur l’imposante table noire, glissent jusqu’à se rencontrer dans un étrange ballet lumineux, jusqu’à fusionner dans une explosion de lumière. On se laisse porter par l’infiniment grand, et on devient brusquement humble, quand on réalise qu’un seul pixel clignotant sur l’œuvre correspond à un groupe d’une centaine d’étoiles…

Photographies : Agathe Lautréamont

MELIK OHANIAN

01/06/2016 > 15/08/2016

Centre Pompidou

PARIS

Lauréat du prix Marcel Duchamp 2015, Melik Ohanian est l’invité du Centre Pompidou, avec le soutien de l’Adiaf, pour « Under Shadows ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE