Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les facéties de Bertrand Lavier installées à la Monnaie de Paris

Agathe Lautréamont 26 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Un monumental drap rayé de plusieurs couleurs. Une rangée de skis. Deux petites voitures citadines entourant une rangée de troènes. On croise des choses pour le moins surprenantes à la Monnaie de Paris. Et pour cause ! L’artiste Bertrand Lavier a été invité à investir les lieux. Avec sa pratique résolument tournée vers l’humour et l’autodérision, Lavier établit des analogies et des jeux de mots avec les artistes qui l’ont le plus marqué dans sa carrière…

002

« Merci Raymond ! » © Monnaie de Paris – Betrand Lavier

On est là face à une carte blanche. Celle donné à l’artiste Bertrand Lavier, qui a décidé avec son événement « Merci Raymond ! » de rendre hommage à l’artiste Raymond Hains, qu’il admire et qui l’inspire depuis les débuts de sa pratique artistique. Dans une douzaine de salles dotées chacune d’une thématique précise («Échafauder l’avenir » -littéralement-, « La foire aux skis », « Plus rond que le O de Giotto »…), Lavier s’amuse comme un petit fou, et ça se sent.

Qu’il décide d’établir des parallèles avec Raymond Hains, qu’il glisse des œuvres autobiographiques sans jamais se départir de son goût pour le burlesque, ou qu’il établisse des correspondances inattendues avec de grands noms artistiques du XXe siècle, on est là dans un parcours résolument original, une sorte de jeu où le visiteur est invité à s’amuser comme l’artiste a pu le faire au moment de la conception de l’accrochage.

Au fil de l’eau

003

« Merci Raymond ! » © Monnaie de Paris – Betrand Lavier

Le but du jeu ici, est clairement de se guider par l’imaginaire aussi naïf que poétique de Bertrand Lavier, de chercher à décrypter le jeu de mot qui s’avère la clé de la salle dans laquelle on se trouver, tenter de capter la référence qui fera tout le sel de l’installation humoristique. Dans la première salle de la Monnaie de Paris, la plus belle, trônent étrangement deux petites voitures des marques Citroën et Chevrolet (on se demande bien comment il a réussi à les faire entrer dans la salle !), séparées par une rangée de six arbustes.

Nous sommes là en vérité face à un véritable rébus à déchiffrer. Lavier, un brin moqueur, s’est amusé à repenser la confrontation entre les artistes Pablo Picasso et Henri Matisse avec deux modèles de voitures nommées… Picasso et Matiz. Les arbustes, au nombre de six, sont des troènes. Vous l’avez ? Six troènes, Citroën… Et c’est comme ça pendant tout le parcours ! Ainsi dans la salle numéro 8 (salles qui ont été renommées, pour l’occasion, des « chantiers »), appelée « Bandes à part » et dans laquelle trône en bonne place l’œuvre de Raymond Hains Triptyque de parasols. On vous laisse deviner quel est le thème de cette pièce…

Un nouveau type d’exposition

005

« Merci Raymond ! » © Monnaie de Paris – Betrand Lavier

Peut-on dire que l’on se trouve dans une exposition classique avec « Merci Raymond » à la Monnaie de Paris ? Probablement pas. En tout cas, l’objectif clairement visé par Bertrand Lavier était de proposer une expérience de visite absolument nouvelle pour le visiteur, afin de le déboussoler puis l’amener à envisager autrement l’art contemporain.

Que ce soit dans le choix des œuvres (volontairement très éclectique, monumentales ou minimalistes, peintures ou installations), dans l’organisation du parcours (des cartels humoristiques et déstructurés, des thèmes ouvertement ironiques…) ou dans la sollicitation constante de l’humour du visiteur, l’événement a le mérite d’atteindre son but : on y entre surpris, on en ressort ravis.

Dans certaines salles, les œuvres de Lavier, Hains et d’autres créateurs contemporains sont accrochées tandis qu’un haut-parleur diffuse des voix, qui semblent vous interpeler, vous inviter à vous joindre à la fête. Ainsi, on ne visite par « Merci Raymond » comme une exposition muséale classique ; on s’y rend comme on irait boire un café entre amis.

MERCI RAYMOND

27/05/2016 > 17/07/2016

Monnaie de Paris

PARIS

A partir du 27 mai, la Monnaie de Paris accueille l’exposition Merci Raymond par Bertrand Lavier. Plus qu’une exposition, ce sont des hi...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE