Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Rare découverte de peintures rupestres dans une grotte du nord de l’Espagne

Agathe Lautréamont 25 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En ce début de semaine, une équipe de spéléologue a fait une surprenante découverte dans une grotte située près de Bilbao, en Espagne. Des peintures rupestres, datées de la fin du paléolithique supérieur, étaient là, cachées depuis des millénaires le long d’une corniche difficile d’accès…

el mundoooo

Des motifs gravés dans la grotte d’Atxurra © El Mundo

La grotte d’Atxurra, en plein cœur du Pays Basque, est bien connue des spéléologues, et celle-ci  fait régulièrement l’objet de visites et d’explorations. Cependant, en ce début de semaine, une équipe d’archéologues issue du Conseil Provincial de Biscaye, a découvert par hasard ce qui pourrait s’apparenter à un véritable sanctuaire : sur une quinzaine de murs, soixante-dix œuvres d’art pariétal datant du paléolithique supérieur attendaient dans le silence et l’obscurité d’être découvertes.

Les peintures et gravures représentent majoritairement des animaux, un bestiaire cependant dominé par les figures du cheval et du bison, dont l’âge  a été estimé entre 12 500 et 14 000 ans. Au journal espagnol El Mundo, les deux archéologues Diego Garate et Iñaki Intxaurbe se sont enthousiasmés de cette découverte, située sur une corniche étroite et difficile d’accès, s’élevant à quatre mètres au-dessus du sol.

La grotte, si elle est régulièrement fréquentée par des équipes de chercheurs et de scientifiques, est cependant fermée au public depuis sa découverte par l’archéologue espagnol Miguel de Barandiaran, en 1934. Mais manifestement, la grotte d’Atxurra recélait encore quelques secrets bien gardés…

el mundo 3

Des motifs gravés dans la grotte d’Atxurra © El Mundo

Une corniche difficile d’accès…

Les peintures n’avaient encore jamais été aperçues jusqu’alors du fait de leur localisation, la corniche sur laquelle elles s’étendent se trouve à environ 300 mètres de l’entrée et n’est accessible qu’après la traversée d’un étroit boyau dans lequel on ne se déplace qu’en rampant difficilement. Enfin, les peintures et gravures, bien qu’exceptionnelles, peuvent facilement passer inaperçu. Certaines œuvres sont directement gravées dans la pierre pâle (probablement à l’aide de silex), tandis que le pigment noir de certaines œuvres s’est décoloré avec les millénaires…

La trouvaille a été rendue possible grâce à une vaste campagne de fouilles initiée au début de l’année 2014. À l’origine, admet Diego Garate, l’objectif de cette campagne était surtout de prouver que la grotte ne renfermait aucune peinture rupestre, étant donné que le lieu se trouvait fréquemment visité depuis sa découverte et que jusqu’à l’heure actuelle, aucune trace d’occupation par des hommes préhistoriques n’avait été retrouvée. Jusqu’à ce que cette nouvelle équipe de chercheur se décide à ramper jusqu’à cette étroite corniche qui n’avait encore jamais été explorée…

el mundo 2

Des motifs gravés dans la grotte d’Atxurra © El Mundo

Vers d’autres découvertes ?

Un véritable sanctuaire. Parmi les peintures, on croise la représentation d’un bison avec la pointe d’une lance fichée dans le flanc. L’animal a été considérablement chassé, à l’époque où il peuplait les terres européennes. Face à cette découverte d’envergure, l’équipe de chercheurs entend bien poursuivre ses explorations, espérant faire d’autres découvertes de ce type en s’enfonçant plus avant dans le dédale de couloirs que comporte la grotte d’Atxurra. Celle-ci pourrait alors devenir le plus riche site rupestre de tout le Pays Basque, voire de l’Espagne,  voyant le nombre de peintures et gravures passer de 70 à un chiffre bien plus conséquent !

L’analyse de ces peintures devrait aider les chercheurs à mieux comprendre le processus de peuplement de cette zone géographique, un riche point de contact entre les monts Cantabriques et la chaîne des Pyrénées. Le Pas Basque jour en quelques sortes le rôle de jonction entre la péninsule ibérique et le reste du continent, en particulier pour des populations venant de la Dordogne. La grotte d’Atxurra permettra également d’étudier les évolutions artistiques des peintures rupestres en fonction des époques mais aussi de la zone géographique et du type de faune et de flore qu’on y rencontrait.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE