Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’exceptionnelle collection de photographies du Musée de Téhéran refait surface…

Agathe Lautréamont 19 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Alors que le Musée de Téhéran est brusquement revenue dans l’actualité en ce début de semaine, suite à l’annonce du prêt exceptionnel de sa collection d’art moderne et contemporain à une nation étrangère, l’espace culturel fait à nouveau parler de lui. Cette fois, plus de peinture mais de la… photographie !

Edward Steichen, photographed by 2

Edward Steichen photographié par Fred Holland Day, en 1901 © Wikimedia Commons

Après des années de discussions, de compromis et de négociations, l’exceptionnelle collection d’art moderne et contemporain composée par l’épouse du Shah d’Iran Farah Pahlavi va enfin pouvoir être montrée dans un autre musée que celui se dressant dans la capitale, Téhéran. Nous vous en parlions dans un précédent article.

Parmi les trésors de cette collection, on compte des œuvres de Pablo Picasso, Andy Warhol ou encore Jackson Pollock ; tant de chef-d’œuvres méconnus qui seront bientôt exposés à Berlin. La dernière fois que ce surprenant ensemble rassemblé avant les tristes événements de la Révolution Islamique avait été montré hors des frontières iraniennes, c’était il y a une quarantaine d’années.

tal

William Henry Fox Talbot en 1844, daguerréotype © Wikimedia Commons

Cependant, les œuvres réunies au sein du Musée de Téhéran ne comportent pas uniquement des toiles de Vassily Kandinsky, Francis Bacon ou Mark Rothko. Derrière les éclatantes couleurs et les touches de peinture abstraites, se cache un autre trésor, tout aussi impressionnant bien que peu mis en lumière par les médias iraniens : un incroyable ensemble de photographies, dont certaines datant de la seconde moitié du XIXe siècle !

Interrogée par The Art Newspaper, l’historienne et conservatrice Donna Stein, qui a été amenée à travailler au Musée de Téhéran durant les dernières années de règne du Shah, confie : « Cette collection est absolument extraordinaire, elle compte une centaine de pièces ». Stein participa activement aux achats de ces photographies, aiguillant les choix de Farah Pahlavi par ses précieux conseils.

liddell

Alice Liddell photographiée par Lewis Carroll, en 1858 © Wikimedia Commons

L’œuvre la plus ancienne de cet ensemble est une image prise par William Henry Fox Talbot, un scientifique britannique né en 1800 et mort en 1877 ; aujourd’hui considéré comme un des pionniers de la photographie. On trouve également des images réalisées par David Octavius Hill (1802-1870) via le procédé dit du calotype, mais aussi des photographies signées Robert Adamson ou James Robertson.

Plus rare encore, on trouve un portrait de la petite fille Alice Liddell, photographiée par un certain Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous le nom de… Lewis Carroll. Cette petite fille aurait inspiré l’écrivain pour son œuvre la plus célèbre : Alice au pays des Merveilles. Deux photographies d’Edward Steichen, respectivement d’Auguste Rodin et de Pierre Bonnard peuvent également être admirées (des œuvres de ces deux artistes font partie de la collection de Farah Pahlavi, pour la petite anecdote).

Dans la catégorie des œuvres plus récentes, on trouve un portrait de Gertrude Stein pris par Man Ray. On reste bouche bée face à cette énumération d’un tel trésor, mais Donna Stein s’est empressée de préciser : « Le coût de ces photographies à l’époque était bien inférieur à ce qu’elles pourraient valoir aujourd’hui ». Il n’empêche. Ne reste plus qu’à croiser les doigts pour qu’un jour, cette collection aussi, sorte d’Iran…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE