Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Pourquoi l’UE a-t-elle annulé une subvention de 57 millions d’euros pour la culture italienne ?

Jéremy Billault 17 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Face aux nombreux projets inachevés avant le délai initialement prévu en Sicile et en Campanie, l’Union Européenne a décidé d’annuler une subvention de 57 millions d’euros prévue pour sauvegarder le patrimoine italien. Accusée d’avoir gâché près de 150 millions d’euros à cause d’erreurs administratives et de dépenses réorientées, l’Italie, dont la culture semble pourtant l’une des grandes préoccupations, devra désormais affronter seule les problèmes d’un grand nombre d’églises et de monuments historiques promis à un avenir difficile…

7284516

Matteo Renzi au Capitole à Rome © Gregorio Borgia – AP Photo.

La sanction est lourde mais les reproches sont fondés. Pour des raisons de mauvaises gestions en tous genres, l’Union Européenne a pris la décision drastique d’annuler un montant total de 57 millions d’euros de subventions culturelles destinées à l’Italie. La faute, surtout, à deux mauvais élèves qui jouent pourtant un rôle majeur dans le patrimoine italien, européen et mondial : la Campanie (région de Naples) et la Sicile. L’Union Européenne reproche un gaspillage et une redirection de l’argent qu’elle a reversé pour des projets devant être achevés avant la fin de l’année 2015. Pour des raisons parfois obscures (et parfois absurdes), beaucoup de projets n’ont pas pu être concrétisés, laissant certains monuments fragiles à l’abandon.

.com ou .org ?

ITALY - CIRCA 2003: The Greek theatre (5th century BC) and the auditorium which opens onto the Mediterranean Sea, Heraclea Minoa, Agrigento, Sicily, Italy. Ancient Greek civilisation, 5th century BC. (Photo by DeAgostini/Getty Images)

Le site d’Héracléa Minoa, Vè siècle avant J-C ©DeAgostini/Getty Images

En Sicile, les exemples concrets des mauvaises gestions dont fait état l’Union Européenne sont légions. Le musée archéologique de la ville d’Aidone, par exemple, s’est vu refuser un fonds de 2.4 millions d’euros pour une grande rénovation, comme le révèle The Art Newspaper, à cause d’un dossier très incomplet et de l’absence d’un encadrement économique sérieux. Idem pour le Château Souabe d’Augusta, au nord de l’île (un château du XIIIème siècle construit par Frédéric II, empereur des Romains à ne pas confondre avec Frédéric II de Prusse). A cause de « chiffres incompatibles et d’autres erreurs administratives », la subvention de 10 millions d’euros initialement prévue a été annulée. Compte-tenu des risques d’effondrement et du danger pour la santé publique, le château a récemment été saisi par l’Etat Italien. Plus absurde encore, le site de l’ancienne cité d’Heracléa Minoa et ses ruines antiques n’ont pu être restaurées pour des erreurs formelles dans la demande. Demande qui, par ailleurs, avait été envoyée… à une mauvaise adresse e-mail.

(GERMANY OUT) Italien Sizilien / Töpferstadt Caltagirone : gefliesste Treppe (Photo by Schellhorn/ullstein bild via Getty Images)

L’escalier de Caltagirone, illuminé par les « mauvaises dépenses » de la Sicile © Schellhorn/ullstein bild via Getty Images

Dans le même temps, et c’est ce que reproche également l’UE à l’Italie, la Sicile a augmenté ses dépenses pour financer des événements pas toujours en adéquation avec les projets initialement prévus. Ces « mauvaises dépenses » concernent, notamment, de grandes manifestations touristiques, comme les festivités consacrées au Saint patron de la ville de Caltagirone et l’illumination spectaculaire et haute en couleur d’un grand escalier.

Eglises à l’abandon

Du côté de Naples, la fin du délai à l’année 2015 a fait beaucoup de mal. Si 100 millions d’euros étaient prévus à l’origine pour que, d’ici cette date, de nombreuses églises et monuments soient restaurés, seulement huit projets sur près d’une trentaine ont abouti. L’absence de réaction de l’Italie et des collectivités locales a rapidement attiré l’attention de l’UNESCO, dont le centre historique napolitain appartient au patrimoine historique. Malgré la constatation du mauvais état de certaines églises et la mise à disposition de fonds pour les restaurer, près de la moitié des églises de la ville seraient fermées ou laissées à l’abandon.

 Contradiction

ITALY - JANUARY 11: Swabian castle, 13th century, Augusta, Sicily, Italy. (Photo by DeAgostini/Getty Images)

Le château d’Augusta ©DeAgostini/Getty Images

La sanction de l’Union Européenne, bien qu’elle soit justifiée, a de quoi surprendre. Si la culture et le patrimoine ont toujours été des questions majeures en Italie, ce phénomène semblait s’être accentué depuis quelques années. Avec l’appui de Matteo Renzi, l’Italie a en effet annoncé plusieurs mesures d’importance capitale en la matière : le déblocage d’un fonds d’un milliard d’euros pour offrir à la jeunesse un plus grand accès à la culture, la rénovation du Colisée et d’autres musées et lieux de patrimoine pour 80 millions d’euros, ou encore la ré-ouverture récente de plusieurs  villas à Pompei. Face à tant de réformes, la gestion catastrophique des rénovations de moins grande ampleur révèle une chose : en Italie la fin touristique semble justifier les moyens. Reste à savoir, sans l’aide de l’UE, ce que deviendront les projets abandonnés…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE