Disallowed Key Characters.
Magazine » Comptes-rendus
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin



LA NEWSLETTER

Aux Arts et Métiers, l’art contemporain se mesure à la science

Agathe Lautréamont 11 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 4 septembre prochain, le Musée des Arts & Métiers de Paris orchestre, en étroite collaboration avec le Mudam de Luxembourg, un dialogue étonnant entre la recherche scientifique et l’art contemporain. Loin d’être séparés par un gouffre infranchissable, les deux domaines entrent en résonance à merveille et offrent un parcours entre plaisir visuel et invitation à l’expérimentation. Visite en images.

9 mai 02 600

Voir tourner la Terre

Cette collaboration entre les Arts & Métiers et le Mudam n’est pas une première.  En 2015 déjà, les deux institutions culturelles avaient unis autant leurs efforts que leurs collections afin de monter l’événement « Eppur si muove » (Et pourtant, elle tourne), illustrant les notions communes de recherche, de questionnement et de constante expérimentation aux milieux de la science et de l’art.

En guise d’ouverture et en toute logique, la première salle de l’exposition « Laboratoires de l’art » met à l’honneur la plus célèbre expérience de Léon Foucault (visible dans l’église attenante au musée) : le célèbre pendule qu’on ne présente plus.

9 mai 04 600

C’est ainsi que dans une petite vitrine, on peut observer tout à loisir le modèle original de la toute première sphère qui fut utilisée par Foucault pour son expérience qu’il avait annoncée en lançant ce surprenant appel : « Vous êtes invités à venir voir tourner la Terre ! ».

Placées en écho, une installation vidéo de l’artiste contemporain Guido van der Werve, propose une « contre-démonstration » de l’invention de Foucault avec un personnage esseulé, perdu au beau milieu du Pôle Nord. Malice, un brin d’ironie et beaucoup de découvertes sont donc les ingrédients qui nous introduisent au nouvel accrochage des Arts & Métiers.

9 mai 07 600

Manipuler l’optique

Dans une petite salle quelque peu en retrait du reste de l’exposition, des jeux d’ombre et de lumière défilent, basculent, courent sur les murs à une vitesse folle et renversante. L’œil intrigué, le visiteur avance, et tombe nez à nez avec probablement l’œuvre d’art contemporain la plus surprenante du parcours.

Imaginée par Conrad Shawcross, l’installation cinétique intitulée « Slow arc inside a cube IV » projette sur les murs blancs alentour des ombres géométriques à travers une cage en métal, dans laquelle s’anime une lampe. S’étirant, se rétractant, se modifiant selon les jeux de perspective, l’œuvre déstabilise le spectateur et donne le vertige, tout en jouant avec notre perception de l’espace.

9 mai 08 600

En parallèle, ont été judicieusement placés d’anciens instruments de mesure de la lumière et de la vision ; véritables petits trésors d’inventivité datés entre les XVIIIe et XIXe siècles et sortis des réserves des Arts & Métiers.

Prismes, lanternes magiques et tableaux d’enseignement révèlent les balbutiements des recherches concernant l’optique aux siècles passés, ainsi que diverses expériences réalisées au sujet de la diffraction de la lumière.

Révéler l’invisible

9 mai 09 600

Si l’on remonte un peu plus loin dans le temps, on découvre que l’Humanité a toujours eu un rapport complexe avec l’électricité. Phénomène difficilement compréhensible, impalpable, surprenant voire dangereux, celui-ci a toujours suscité la méfiance et les questionnements… Jusqu’à ce que la science la comprenne, l’explique, et enfin la maîtrise.

C’est sur cette lente évolution que se focalise une des étapes les plus intéressantes du parcours. Point d’orgue de l’événement des Arts & Métiers, une œuvre d’Olafur Eliasson : Trust Compass. Constituée de bois flotté, d’aimants et d’acier, l’installation de l’artiste contemporain entre en résonnance avec l’aimant artificiel inventé par l’abbé Nollet au XVIIIe siècle.

9 mai 10 600

Mais surtout, cette œuvre sert à rendre visible ce que l’œil ne saurait percevoir : une direction dissimulée au regard. Trust Compass s’oriente en effet irrémédiablement, à l’image d’une boussole, sur l’axe magnétique nord-sud. Eliasson a ainsi créé une œuvre ludique, qui rappelle le raffinement technologique des premiers instruments utilisés pour la navigation, mais qui est aussi une invitation au voyage et à l’imaginaire.

L’exposition du Musée des Arts & Métiers a donc tout pour plaire, pour les jeunes comme pour les plus âgés, pour les férus de science ou pour les amoureux d’art contemporain. En permettant à deux domaines de se rencontrer aussi admirablement, l’accrochage est une vraie réussite !

9 mai 11 600

Photographies : Agathe Lautréamont

LABORATOIRE DES ARTS

10/05/2016 > 04/09/2016

Musée des Arts et Métiers

PARIS

Second volet de la collaboration entre le Mudam Luxembourg et le Musée des arts et métiers, l’exposition Laboratoires de l’art prolong...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE