Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les œuvres de 14 musées désormais accessibles en ligne !

Jéremy Billault 4 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le 4 mai 2016 est un grand jour pour les collections de Paris Musées : celui du lancement de sa nouvelle plateforme en ligne, qui recensera, à terme, plus d’un million d’œuvres de ses collections. Conçu pour enrichir l’expérience du musée, pour satisfaire la curiosité des néophytes et pour servir d’outil aux chercheurs les plus pointus, le site présente plusieurs fonctionnalités très intéressantes et plutôt pratiques. On a testé pour vous et on s’est pris au jeu…

muséessss

C’est un outil dont on est pas prêt de se lasser. Aujourd’hui 4 mai s’est lancé sur le web le site parismuseescollections.paris.fr/ , un site dont l’objectif est de recenser les œuvres des collections de 14 établissements et d’en donner l’accès libre au monde entier. Mais au-delà du référencement, Paris Musées a fait les choses à fond : optimisé pour le néophyte, l’amateur comme pour le chercheur le plus exigeant, la plateforme propose des outils qui s’avéreront extrêmement utiles, voire presque addictifs.

185 000 œuvres

Au jour du lancement, 185 000 œuvres issues de 14 musées sont recensées sur le site. L’objectif est d’accroître régulièrement ce nombre (à raison de 100 000 par an) pour atteindre 600 000 œuvres d’ici 2020 et, à terme, plus d’un million. Pour l’heure, le musée Carnavalet a fait l’objet de numérisations en masse (60% des œuvres recensées) en raison de sa fermeture pour cause de rénovation à la fin de l’année, mais tous les musées de Paris Musées sont malgré tout représentés.

compteee

Derrière ce nouvel outil, il ne faut évidemment pas voir une tentative d’exposition de substitution. Il faut même y voir l’inverse, un complément très riche qui précède, accompagne et suit la visite d’un musée et la découverte de ses collections. C’est en tout cas ce à quoi nous invitent les différentes fonctionnalités mises en place. En plus d’un moteur de recherche dont la précision est le pilier de ce genre de plateformes (un résultat pertinent par artiste, par oeuvre mais aussi, coup de maître, par thème), le site propose plusieurs fonctionnalités plutôt intéressantes : un système de listes, la possibilité d’enregistrer les différentes recherches, de partager facilement un éventuel coup de cœur, de profiter des images en haute qualité, de zoomer les détails, et, surtout, celle de prendre des notes directement en ligne.

Venise et Esprit-noir

Pour célébrer comme il se doit l’arrivée de cette nouvelle curiosité technologique, il fallait évidemment s’engouffrer dans les méandres des collections, comme le site nous invite à le faire. Après avoir épuisé les principaux chef-d’œuvres et notre capacité à imaginer des thèmes originaux (vas-y dis un mot au hasard, on va voir ce qu’on gagne !), nous avons décidé de mettre le moteur de recherche à la merci du hasard. Avec l’aide d’un générateur de mots aléatoires, nous sommes donc tombés sur le mot inondation ( au deuxième essai pour dire vrai, le mot ninja nous a semblé un peu injuste).

INONDATION

Ainsi avons-nous pu découvrir de jolies estampes signées Auguste Lepère (Un coin de Bercy pendant l’inondation, 1879, réinterprétation du tableau qui le précède) du musée Carnavalet ou encore une jolie toile signée Félix Ziem représentant la place Saint-Marc pendant l’inondation de 1863 (au Petit Palais). Cette dernière nous a tapé dans l’œil au point que nous a saisi l’envie insoutenable de prolonger l’expérience.

esprit

C’est là que les possibilités se multiplient : l’oeuvre est référencée dans un grand nombre de domaines, on ne sait où donner du clic. Grâce aux suggestions autour du même siècle, nous sommes finalement tombés sur une charmante sculpture signée Jean-Pierre Dantan représentant très sérieusement Esprit-noir, un indien de la tribu des Osages. Sans attendre on enregistre, on partage, on annote si bien qu’a partir d’aujourd’hui le portrait de cet indien facétieux se rappellera fréquemment à notre bon souvenir. On remercie donc l’inondation de Venise de 1864 qui nous a permis cette rencontre fortuite mais ô combien agréable. Et la nouvelle plateforme, accessoirement.

Toutes les images sont des captures d’écran ©http://parismuseescollections.paris.fr/

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE