Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le premier projet posthume de Zaha Hadid inauguré en Italie

Agathe Lautréamont 27 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À Salerne, au sud de Naples, une nouvelle attraction touristique a été inaugurée lundi dernier. Là où la majorité des visiteurs venaient visiter la riche histoire de la cité italienne, une construction récente promet désormais d’attirer tous les regards… Cette construction, c’est le premier projet posthume de Zaha Hadid.

hadid helene binet

La gare maritime conçue par Zaha Hadid © Helen Binet

Le long de la promenade maritime de Salerne, un récent bâtiment détonne dans son esthétique. Toute de béton, mais comme flottant de légèreté, portée par des lignes pures et des murs inclinés, la nouvelle gare maritime de la cité italienne a été inaugurée en grande pompe lundi dernier, en l’absence de la principale intéressée : son architecte, Zaha Hadid, décédée le 31 mars dernier d’une crise cardiaque. Le projet avait été initié suite à un concours italien, que Hadid avait remporté en 2000.

Dimanche dernier, le Premier Ministre italien Matteo Renzi visita le site flambant neuf, qu’il n’hésita pas à qualifier de « chef-d’œuvre » ; tandis que la ville rendit hommage à la grande dame en affichant son portrait un peu partout dans les rues de la municipalité. Pour l’inauguration de la gare, qui ressemblait à un véritable hommage, près de la moitié du cabinet d’architecte de Zaha Hadid (environ 200 personnes) firent le déplacement jusqu’en Italie.

helene binet 2

L’intérieur de la gare © Helen Binet

L’idée d’une nouvelle gare maritime a été lancée par l’ancien maire de Salerne, Vincenzo de Luca (aujourd’hui gouverneur de la région Campanie). Le but ? Désengorger le trafic maritime aux abords de la ville, doter celle-ci d’une forte identité visuelle et d’une esthétique flatteuse, tout en l’inscrivant dans une tendance italienne qui dure depuis les années 20 : passer de commande d’importantes infrastructures dont le design est résolument moderne.

Zaha Hadid était donc toute indiquée pour cette mission. Aujourd’hui, la mairie de Salerne décrit la nouvelle gare maritime comme la clé de voûte du développement financier et environnemental de la cité, tout en espérant qu’elle saura également attiser l’intérêt des touristes : les navires de croisières pourront en effet s’y arrêter.

Vu depuis la mer tyrrhénienne, le toit de la gare maritime dessiné par Hadid suit parfaitement la ligne d’horizon et renvoie pourtant à une sensation de flottement, de mouvement. Des lignes droites et fortes rappellent la puissance des bateaux et insufflent beaucoup d’énergie à la silhouette de la structure. Et, cerise sur le gâteau, la gare est éclairée à la nuit tombée.

binet

L’extérieur de la gare, qui rappelle la forme d’une huître © Helen Binet

Cependant, la conception du bâtiment ne fut pas des plus simples pour le studio. En effet, une gare maritime doit être conçue avec un sens de la fonctionnalité et de la fluidité du trafic à la manière d’un aéroport, ce qui implique d’importantes contraintes dans la gestion des espaces intérieurs. Sans compter les routes parallèles, invisibles, utilisées par le fourmillement de petite-mains qui veillent au bon fonctionnement de la gare.

Cependant, la « patte » Zaha Hadid n’en a pas été pour autant négligée, et les divers espaces internes à la structure reflètent toujours ces formes de prédilections : de vastes espaces éclairés, épurés, et des courbes à en donner le vertige.

helene binet

La gare éclairée de nuit © Helen Binet

Un autre point émouvant au sujet de cette structure est son mode de conception. En 2000, alors que les cabinets d’architectes commençaient déjà à s’équiper en ordinateurs, Zaha Hadid a tenu à concevoir le bâtiment à l’ancienne, c’est-à-dire en partant de dessins au crayon et de maquettes.

Cette méthode lui permettait de mieux visualiser les angles, les lignes droites et qui percent l’horizon comme elle les appréciait tant, mais aussi les différents points de forcent qui confèrent à l’ensemble son surprenant équilibre. La construction évoque également un tournant dans le travail de Hadid, à une époque où elle commençait à peu à peu se détourner d’une architecture brute et imposante pour opter vers des courbes plus marquées et aériennes.

Une question demeure en suspens : pourquoi la gare maritime de Salerne, qui aura tout de même coûté 15 millions d’euros, a-t-elle mis autant de temps à voir le jour ? Douze ans, même pour une telle construction, cela reste long. À cette question, la municipalité répond par des faillites d’entrepreneurs, des appels d’offre étendus, des retards de paiement et autres soucis intimement liés au monde inextricable de la bureaucratie. Mais après tout, Rome ne s’est pas construite en un jour…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE