Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

Loving Vincent : un film d’animation sur la vie de van Gogh bientôt au cinéma

Agathe Lautréamont 20 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le tout premier trailer annonçant le film a été publié en février dernier et depuis, il ne cesse de fasciner ! Prévu pour sortir dans les salles françaises en décembre prochain, le long-métrage d’animation (qui sera le premier à être entièrement conçu à partir  de peintures réalisées à la main) racontera l’existence du célèbre peintre Vincent van Gogh, à travers ses tableaux qui prendront vie sous les yeux des spectateurs…

vinc 1

Capture d’écran de la bande-annonce de Loving Vincent

Les œuvres d’un artiste peuvent-elles raconter son existence ? C’est en tout cas le postulat de la prochaine réalisation des studios d’animation Breakthru Films, qui prépare un film sur le peintre néerlandais Vincent van Gogh. La première bande-annonce du film, intitulé Loving Vincent, a été postée sur Youtube au mois de février dernier, et elle a déjà été visionnée plus de 10 millions de fois, confirmant la passion du public pour l’artiste hollandais. Le film part d’une idée de la réalisatrice Dorata Kobiela qui, épaulée par une équipe de près de quarante artistes, a choisi de produire le tout premier film d’animation qui se fondera sur des peintures faites entièrement à la main. Celles-ci ont ensuite été numérisées et animées pour donner corps au film et à son histoire.

Bande-annonce de Loving Vincent

«Nous ne pouvons faire parler que nos tableaux. »

Ce sont ainsi pas moins de cent-vingt toiles de la main de Vincent van Gogh qui ont servi d’inspiration au long-métrage. Quant au récit, il se fonde sur l’intense correspondance entretenue toute sa vie par le peintre avec ses proches. Sur un corpus de 844 envoyées, 650 d’entre elles étaient adressées à son frère cadet, Théodorus. Dans la dernière missive de Vincent van Gogh, qu’il n’expédia jamais et qui fut retrouvée dans sa poche, celui-ci expliquait à son frère : « Eh bien vraiment, nous ne pouvons faire parler que nos tableaux. » C’est cette phrase, qui aurait donné envie à la réalisatrice de transposer l’histoire de l’artiste hollandais à l’écran.  Loving Vincent, prévu pour sortir en France à la fin de l’année, durera quatre-vingt-cinq minutes et a été réalisé pour un budget de 4.5 millions d’euros. Une partie de ce financement a été obtenu grâce à une campagne de crowdfunding lancée en 2015 via la plateforme Kickstarter.

vinc 4

Capture d’écran de la bande-annonce de Loving Vincent

Van Gogh 2.0

Mais réaliser un tel film d’animation aura nécessité un véritable travail de fourmi. Une seconde du long-métrage correspond à l’animation d’une douzaine de peintures. Ce qui signifie qu’au total, ce sont 56 800 plans inspirés des peintures du maître de la fin du XIXe siècle qui ont été recréés par une équipe d’artistes pour les besoins de la conception du film. Quant à l’histoire en elle-même, elle sera racontée par les personnages qui ont connu van Gogh. Armand Roulin le postier d’Arles, Adeline Ravoux de l’auberge du même nom à Auvers-sur-Oise, le docteur et féru d’art Paul Gachet…  Ne vous attendez cependant pas à une fidélité absolue des œuvres présentées à l’écran envers leur illustre original : certains tableaux de van Gogh ont été légèrement modifiés pour répondre aux besoins spécifiques du long-métrage de la conversion de l’image numérique en peinture. Une drôle de rencontre que celle de cette artiste postimpressionniste avec les dernières technologies numériques.

vinc 3

Capture d’écran de la bande-annonce de Loving Vincent

Le film ne  retracera pas l’existence complète du peintre, mais se concentrera sur ses derniers jours, qu’il passa dans le petit village d’Auvers-sur-Oise. Certains veulent encore voir dans le décès de Vincent van Gogh une forme de mystère. On sait pourtant qu’il a bel et bien tenté de se suicider et qu’il déclara à son frère qu’il s’était tout simplement manqué, puisque la balle n’atteignit pas le cœur mais alla se loger dans la plèvre. Il mourra deux jours après s’être tiré un coup de pistolet dans le torse, Théo à ses côtés, ce dernier ayant accouru de Paris après avoir appris la terrible nouvelle.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE