Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les arcanes de la franc-maçonnerie éclairées par la BNF !

Agathe Lautréamont 19 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Symboles cabalistiques, rituels au sens obscur, influences politiques, réunions dans des cénacles codifiés… Non, nous ne nous apprêtons pas à traiter du dernier polar à la mode, mais bel et bien de la société secrète la plus célèbre en France : la franc-maçonnerie. Grâce à un riche accrochage rassemblant quelques 450 pièces, la BNF se propose de retracer l’histoire de cette organisation mystérieuse…

Il est venu le temps des cathédrales

32_IFN-8021201-1

Il est heureusement maintenant bien loin, le souvenir de l’exposition antimaçonnique organisée au Petit Palais en 1940, alors que la France est dominée par le Régime de Vichy. La première étape de l’exposition organisée par la BNF nous introduit aux origines véritables de la franc-maçonnerie. Avant le début du XVIIIe siècle, là où l’on situe traditionnellement les racines de cette société secrète, il y a effectivement des bâtisseurs, de véritables maçons qui se réunissaient en des sortes de confréries pour définir leurs codes, lois et méthodes de travail qui régissaient l’existence de ces édificateurs de cathédrales (nous sommes en plein XIIe siècle).

20160416_125126

Au fil du temps, l’architecture et les connaissances mathématiques comme scientifiques qui lui sont liées entreront dans la panoplie du parfait Humaniste puis, un siècle plus tard, les véritables confréries telles qu’on les entend dans le vocabulaire d’aujourd’hui, feront enfin leur apparition. Objectif revendiqué : participer à l’élaboration d’un monde meilleur, fondé sur les idées des Lumières et l’accès à des conceptions sociales plus éclairées. Les documents présentés pour l’occasion sont absolument fascinants, et surtout très précieux. Pour beaucoup, ils sont montrés au public pour la première fois et témoignent d’une construction lente, complexe et balbutiante de la franc-maçonnerie. On y croise les figures d’Elias Ashmole, Isaac Newton, tandis que le principe de tolérance religieuse s’impose vite comme pilier des Loges.

Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire

20160416_130738

Et forcément, qui dit idées nouvelles et éclairées, dit méfiance. Les francs-maçons ne font pas exception à la règle et en s’impliquant dès la première moitié du XVIIIe siècle dans la promotion et la défense des idées prônées par les philosophes des Lumières, l’organisation ne tarda pas à se faire de nombreux ennemis ; la revendication de ces thèmes philosophie étant rendue d’autant plus suspecte par l’atmosphère mystérieuse et fermée entourant la sphère de la franc-maçonnerie. Accusés de tous les maux, certains voyant dans les Loges des repères de jansénistes, les francs-maçons voient les instances religieuses accumuler bulles papales, excommunications et tentatives d’interdiction. À cette époque, il ne fait pas bon de se regrouper pour parler esprit, vertu et égalité entre les citoyens.

349_Marianne 0173

Pourtant, malgré ces farouches oppositions, les Loges ne cessent de se multiplier partout en France et ce même dans des petites villes de province qui sembleraient peu propice au développement de cénacles d’intellectuels. Dans cette étape de l’accrochage, on croise les figures de l’astronome Jérôme Lalande, l’homme politique Benjamin Franklin et le fort sémillant Voltaire. Au fil des années, les Loges affirmeront de plus en plus leurs combats pour, arrivées au XIXe siècle, revendiquer des valeurs profondément républicaines et surtout laïques. Science, accès à l’école pour tous et suffrages universels sont des fondements d’une société plus juste au regard de la Franc-maçonnerie, tandis qu’un personnage comme Léon Gambetta, qui participa activement à la naissance de la Troisième République, était un franc-maçon.

Le complot c’est génial, surtout quand il est mondial

411_Forces occultes PA0121969

Poursuivis, interdits, condamnés, chassés… les francs-maçons ont, de tout temps, senti le souffre et suscité méfiance et hostilité. Alors on imagine bien que quand les discours volontiers complotistes s’en mêlent, c’est le bouquet final ! L’anti-maçonnisme, comme on peut le voir dans une saisissante étape de l’exposition (à grands coups d’affiches de propagandes et autres films qui peignent volontairement en noir le tableau), a toujours suscité l’hostilité des pouvoirs en place. À l’époque où la France était encore sous un régime monarchique, les forces de l’ordre organisaient régulièrement des descentes dans les lieux de réunion des Loges.

331 est_la maconnerie instruisant des peuples
Puis au fil des années, c’est la sphère religieuse et chrétienne qui s’en est mêlée. Farouchement opposée à des idées comme l’égalitarisme républicain et la défense de la laïcité, l’Église fera tout pour discréditer les Francs-maçons, et de nombreuses associations religieuses organisèrent manifestations, campagnes de dénigrement et coups d’éclats pour tenter de « dévoiler » la face cachée des Loges qu’ils étaient pourtant bien les seuls à voir.

Sur Exponaute, vous pouvez acheter directement vos places pour l’exposition !

LA FRANC-MAÇONNERIE

12/04/2016 > 24/07/2016

BnF - Bibliothèque nationale de France – site François-Mitterrand

PARIS

La Bibliothèque nationale de France, qui conserve l’un des plus importants fonds maçonniques au monde, consacre une exposition majeure ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE