Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Un aperçu de ce que concocte la Tate pour l’inauguration de sa nouvelle aile…

Agathe Lautréamont 15 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jeudi 14 avril au matin, la Tate Modern a organisé une grande conférence de presse afin de révéler quelques points de son programme de festivités, appelé à inaugurer sa nouvelle aile. Avec entre autre : un enrichissement des collections, trois semaines de performances et une nouvelle œuvre qui investira la fameuse « Turbine Hall ». Inauguration : le 17 juin prochain !

tate

La vue de la nouvelle aile © Tate Modern

Afin de fêter comme il se doit l’ouverture de sa nouvelle aile, prévue pour le 17 juin prochain, l’institution londonienne a vu les choses en grand. Car qui dit nouvel espace d’exposition, dit également nouvelles orientations et surtout expériences de visites inédites pour les visiteurs venus des quatre coins du monde pour découvrir ses collections. Et ces visiteurs cosmopolites justement, la Tate a bien l’intention de les bichonner. Et une des premières manières de remplir cet objectif sera de rendre ses collections et ses expositions temporaires plus ouvertes aux artistes internationaux.

Ainsi, la nouvelle présentation des fonds du musée proposera des œuvres de créateurs venus de tous les horizons du globe, sans distinction de zone géographique. Les œuvres seront exposées dans la salle principale, « The Boiler House » ainsi que dans la toute nouvelle « Switch House » qui elle, sera en accès libre et gratuit. Au cours de la conférence de presse organisée à Londres, le directeur de la Tate Nicholas Serota, peinait à contenir son enthousiasme ; et a déclaré que la nouvelle Tate revient à l’ouverture d’un tout nouveau musée bien ancré dans le XXIe siècle, qui reflète au mieux une vue internationalisée de l’art.

east tank peter saville

East Tank de la Tate Modern © Peter Saville – Tate Modern

Objectif affiché et clairement revendiqué ? Faire de cette nouvelle institution muséale le médium pour une dimension plus innovante de la vie culturelle britannique. Et Nicholas Serota de poursuivre pendant la conférence : « Cela donnera à toutes et tous l’opportunité de voir à quel point les collections nationales d’art moderne et contemporain ont pu évoluer, se transformer ; tandis que les visiteurs comprendront à quel point l’art peut jouer un rôle puissant dans nos vies. » L’inauguration de cette nouvelle aile sera l’occasion pour le musée de présenter en grande pompe les toutes dernières acquisitions qui n’avaient encore jamais été présentées au public, à l’instar de créations de la main de Meschac Gaba, Sheela Gowda, ou encore Cildo Meireles.

haegue yang tate modern

Installation de Haegue Yang, 2012 © Tate Modern

Les artistes qui seront exposés à cette occasion ont leurs origines aussi bien en Afrique qu’en Asie, en passant par le Moyen-Orient. Couplez donc de nouveaux bâtiments (modernes, vastes et plus éclairés) à de récentes acquisitions d’œuvres contemporaines, et vous obtenez de quoi présenter la création artistique récente sous un angle neuf et original. C’est une promesse qui est souvent revenue au cours de la présentation du programme de la Tate, et dans la bouche de son directeur.

En ce qui concerne les trois semaines de performances prévues dans l’agenda, on comptera de grands noms comme ceux de Tania Bruguera et Tino Sehgals. Des installations vidéo créées par Andrea Fraser, Rabih Mroue ou Derek Jarman sont également prévues. Quant à la célèbre Turbine Hall, chaque année investie par un nouvel artiste différent, elle sera très bientôt occupée par… Ai Weiwei !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE