Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’architecte Santiago Calatrava au septième ciel à Dubaï

Agathe Lautréamont 13 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Comme à chaque fois dès qu’il est question de construire un nouveau gratte-ciel du côté du Moyen-Orient, on voit les choses en grand. En TRÈS grand. Illustration avec le récent projet de l’architecte espagnol Santiago Calatrava, qui a dessiné la nouvelle tour qui dominera dans quatre ans l’émirat de Dubaï…

emaar 3

Le projet de Santiago Calatrava © Emaar Properties

Un coût total estimé à 900 millions d’euros, une construction prévue pour démarrer dès cet été 2016 et une immense tour de 20 étages contenant appartements, hôtels, restaurants, jardins…  Aux Émirats Arabes Unis, on fait rarement les choses à moitié et une fois de plus, le dernier projet en date du petit pays dont l’économie repose essentiellement sur les échanges commerciaux (et non plus sur le pétrole, qui ne représente plus que 4 % du PIB…) vient confirmer cet adage.

Le projet, baptisé Dubai Creek Harbour, prévoit l’érection d’une nouvelle ville de six kilomètres carrés ayant une capacité de 39 000 foyers. Mais le point culminant du projet (c’est le moins que l’on puisse dire), c’est bel et bien la fine et gigantesque tour qui dominera l’ensemble, dont la forme évoque celle d’une fleur de lis…

emaar 2

© Emaar Properties

En ce début de semaine, l’architecte superstar Santiago Calatrava a présenté ce qu’il appelle déjà la « nouvelle icône de l’émirat » : son projet de tour en forme de fleur de lis, qui coûtera au pays du Golfe la modique somme de 900 millions d’euros et qui, surtout, dépassera de quelques mètres sa voisine, la tour Burj Khalifa (qui culmine tout de même à 828 mètres).

C’est en effet cette dernière construction qui, pour le moment, peut se vanter du titre de plus haute tour du monde. Dubaï semble donc résolue à battre son propre record, même si la hauteur définitive de la tour à venir n’a pas encore été révélée…  Lors d’une conférence de presse réalisée conjointement avec Mohamed al Abbar (directeur de Emaar Properties, un géant de l’immobilier émirati), l’architecte espagnol a expliqué que les travaux débuteront en juin ou juillet 2016, avec pour objectif une livraison pour l’ouverture de l’Exposition Universelle de 2020 qui se tiendra à… Dubaï.

emaar

© Emaar Properties

L’émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoum, a lui-même choisi le projet de Santiago Calatrava, parmi une pré-sélection de cinq propositions émanant de divers architectes de renommée internationale. Selon le concepteur espagnol, la tour évoque la forme d’une fleur de lis mêlée à celle d’un minaret de mosquée ; un choix qui était également celui de Mohamed al Abbar, qui correspondait selon ce dernier parfaitement à ce que l’émirat recherchait pour le nouveau centre influent de Dubaï.

Si Calatrava a souhaité inclure dans sa tour des références à l’art classique, les toutes dernières technologies ont cependant été mises à contribution afin de la concevoir ; pour au final un ensemble alliant art, beauté et élégance, pour reprendre les mots du célèbre architecte. Un des points les plus impressionnants de la construction est l’ensemble de câbles qui s’étendront de part et d’autre de la tour, évoquant les nervures des feuilles du lis.

Quant à la tour en elle-même, elle sera constituée d’une vingtaine d’étages d’appartements, comptera un hôtel de luxe, plusieurs restaurants et enfin à son sommet, un observatoire qui offrira aux visiteurs une vue à 360° sur l’émirat.

emaar 5

Santiago Calatrava lors de la conférence de presse du 10 avril, à Dubaï © Emaar Properties

La nuit, la construction s’illuminera de lumières bleues et vertes, comme un symbole de la bonne santé économique du petit pays du Golfe. Ce grand développement, on le devine, n’est cependant pas uniquement destiné à vanter la puissance financière de l’Émirat, mais également à attirer nombre de touristes venus des quatre coins du monde. Dans tous les cas, si la réalisation de Calatrava est appelée à dépasser la hauteur du Burj Khalifa, elle ne tardera pas à être dépassée par une autre tour, dont la construction a déjà débuté… La Jeddah Tower, située en Arabie Saoudite, doit également être inaugurée en 2020 et celle-ci culminera à… 1001 mètres de haut.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE