Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Au MaM, première rétrospective française pour Paula Modersohn-Becker

Jéremy Billault 8 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pour la première fois en France, Paula Modersohn-Becker, pionnière de l’expressionnisme allemand, est présentée en France dans une grande monographie. Si elle n’a peint que pendant une dizaine d’année, l’originalité de ses points de vue et la finesse de ses traits est traduite dans une centaine de peintures et de dessin que le Musée d’Art Moderne expose jusqu’au 21 août prochain. 

A_blondes_maedchen_mit_strohhut

Cette saison, au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, le temps est à la découverte. Il y a quelques jours, des œuvres inédites d’Albert Marquet arrivaient dans la première grande exposition consacrée à Albert Marquet depuis des années. Aujourd’hui, le musée inaugure la première monographie française de celle qui est toujours considérée comme l’une des figures majeures de l’art moderne allemand : Paula Modersohn-Becker. Malgré une carrière artistique plutôt courte (une dizaine d’années), l’artiste allemande, proche de Rainer Maria Rilke, a laissé derrière elle une oeuvre conséquente.

Sitting Nude Girl with Flowers.

C’est donc une centaine de peintures et de dessins que le Musée d’Art Moderne accueille jusqu’au 21 août prochain sous le titre « L’intensité d’un regard », titre qui, à défaut d’originalité, se vérifie plutôt bien. Car ce regard, il vaut le détour. Le regard qu’elle donne a ses modèle comme celui qu’elle pose sur le monde : la sensation est partagée à l’intérieur comme à l’extérieur du tableau. Pionnière de l’expressionnisme allemand, Paula Modersohn-Becker voue une telle passion pour Paris et ses artistes qu’on se demande même par quel prodige la France la connait si peu. C’est notamment à la découverte du travail de Cézanne et de son « insouciance des conventions » que son art se libère, qu’elle s’éloigne de la rigueur d’un certain réalisme pour se concentrer sur l’expressionnisme qui deviendra sa marque de fabrique.

B opener Moderson-BeckerSelfPortrait.jpg

Cette subjectivité transmise à travers le modèle est joliment mise en valeur au Mam : dans ses portraits d’enfants, de mère ou ses autoportraits, Paula Mendersohn-Becker nous transporte en un regard, en une posture. Les petites filles ont le regard baissé, les mères apparaissent nues avec leur enfant, l’érotisme s’éclipse pour faire place à l’intensité du sentiment qu’elles partagent avec leur enfant. Le chef-d’oeuvre de Paula Modersohn-Becker est de cette veine-là. Dans une salle consacrée à ses autoportraits, une toile révolutionnaire attire le regard. Sur ce portrait, l’artiste apparaît nue, enceinte, grave et audacieuse, l’idée aussi belle que sa réalisation est forte.

C’est cette audace, totalement avant-gardiste, qui conduira les nazis à présenter certaines œuvres de Paula Modersohn-Becker dans l’exposition « Art dégénéré » de 1937. En 2016, à Paris, ville ô combien décisive dans sa pratique artistique, Paula Modersohn-Becker est belle et bien exposée, seule, pour son talent et surtout, l’intensité de son regard.

PAULA MODERSOHN-BECKER

08/04/2016 > 21/08/2016

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (MAM)

PARIS

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente la première monographie de Paula Modersohn-Becker (1876-1907) en France. Bien que ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE