Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Alexandre Lenoir : le conservateur visionnaire du Musée des Monuments Français

Jéremy Billault 5 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il y a tout juste deux siècles, en 1816, l’un des tous premiers musées devenus « Musée National » fermait ses portes. Un musée qui, malgré une fermeture prématurée (après seulement vingt ans d’existence) a joué un rôle crucial dans la conservation et la représentation du patrimoine français, au lendemain de la Révolution. Ce musée, c’est le Musée des Monuments Français, imaginé et dirigé par un homme dévoué : Alexandre Lenoir. Paradoxalement, c’est au Musée du Louvre que l’on doit aujourd’hui et jusqu’au 4 juillet, sa résurrection : à l’époque, Lenoir avait dû composer avec le monopole du Louvre sur les antiquités et les peintures pour établir sa collection. 

lenoir

Jean-Lubin Vauzelle, Salle du XIIIe siècle (détail) © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec.

Dès 1790, alors que sont nationalisés les biens du clergé et de la couronne de France, le patrimoine architectural est en danger. Vandalisme, destructions, spoliations : les objets, sculptures, tombeaux et monuments historiques sont régulièrement pris pour cibles. C’est là qu’intervient notre homme, Alexandre Lenoir.

En 1791, Lenoir, artiste puis écrivain, est nommé à la tête du couvent des Petits-Augustins, un endroit qui depuis plusieurs mois est utilisé pour déposer les monuments (comprendre : les objets témoins de la mémoire nationale) récoltés un peu partout et séquestrés à la suppression des églises parisiennes. Quatre ans plus tard, Lenoir ouvre le couvent au public : il deviendra alors pendant vingt ans le Musée des Monuments Français et accueille aujourd’hui les Beaux-arts de Paris.

Vandalisme

lenoir2

Germain Pilon, Tombeau de Valentine Balbiani © RMNGrand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier.

Passionné, dévoué et courageux, Alexandre Lenoir se bat pour sauvegarder un patrimoine malmené : du Moyen-Age à des artistes contemporains (il est très proche, notamment, de David), il imagine un musée dans lequel s’enchaînent les salles comme s’enchaînent les siècles et un jardin Elysée où se suivent les tombeaux de personnages majeurs de l’Histoire de France.

C’est cette mise en scène si particulière qu’a voulu présenter le Louvre dans la première partie de l’expo : grâce à de nombreuses représentations de l’intérieur du musée, salle par salle, le musée des Monuments Français apparaît sous nos yeux comme à l’époque, avec toute la grâce, la folie et le romantisme qui font encore aujourd’hui sa réputation. Tout y est : la grande salle d’introduction, agrémentée de quelques portraits de Lenoir et son épouse par David, et ses sculptures antiques, médiévales ou contemporaines, les différentes salles (du XIIIème au XVIIème siècle) et le jardin Elysée (dont on apprécie particulièrement la représentation du mausolée d’Abélard et Héloïse).

Recomposition

lenoir3

Hubert Robert, Vue de la salle d’introduction avant les aménagements de 1801.

 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René- Gabriel Ojéda

Mais, en plus d’être un fervent défenseur du patrimoine, Alexandre Lenoir est avant tout un visionnaire. Si sa collection ne dépendait pas uniquement de son bon vouloir, ses critères de sélection et ses choix d’installations totalement subjectifs témoignent d’un homme convaincu de ce qu’il voulait présenter.

C’est là l’objet de la seconde partie de l’expo du Louvre : des œuvres présentées à l’époque dans le musées et quelques monuments recomposés, des associations qui mélangent les styles et les siècles et qui, à l’époque, a suscité quelques critiques. Dans un article du « journal des débats » sorti en 1802, Lenoir est critiqué pour l’introduction « sans scrupules, dans la composition de plusieurs tombeaux, des morceaux qui, non seulement leur sont absolument étrangers, mais qui souvent contrastent bizarrement ».

Au Louvre, l’exposition du bicentenaire est donc multiple :  c’est à la fois un moment crucial dans la gestion et la présentation d’un patrimoine malmené, la création d’un musée avant-gardiste et innovant et la découverte d’un esprit fin et déterminé qui, après 1816, la restauration et la fermeture de son musée, ne se remettra jamais vraiment de son projet monumental, du projet de sa vie.

UN MUSÉE RÉVOLUTIONNAIRE

07/04/2016 > 04/07/2016

Musée du Louvre

PARIS

Le musée des Monuments français, fondé par Alexandre Lenoir en 1795, fut le deuxième musée national après le musée du Louvre en 1793....

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE