Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Ambition, gigantisme et innovation : l’héritage architectural de Zaha Hadid

Agathe Lautréamont 1 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis vingt-quatre heures maintenant, les hommages pleuvent. Première lauréate du prix Pritzker, lionne de l’architecture, star et pionnière, succès international, la plus captivante… Les éloges envahissent la toile, les titrailles se font dithyrambiques, les mots sont solennels. Mais Zaha Hadid méritait ce déferlement emphatique, tant son empreinte sur l’architecture contemporaine est immense. À travers une sélection de ses réalisations les plus caractéristiques, hommage en image à une grande, très grande architecte, disparue le 31 mars 2016 d’une crise cardiaque.

zaha

© Zaha Hadid Architects

Vitra Fire Station, Weil am Rhein, Allemagne

Vitra archi daily

© Archi Daily

Voilà probablement le premier bâtiment conçu par l’architecte irako-britannique qui lui apporta d’emblée une renommée internationale. En 1990, Zaha Hadid participe à un concours lancé en Allemagne, et le remporte. Il s’agit de bâtir la Vitra Fire Station, une caserne de pompier au design moderne et élégant. Trois ans plus tard, en 1993, l’ensemble est achevé. Toute de béton et de gris, la structure aux lignes droites et fuyantes s’inspire du déconstructivisme qui se ressentait dans les tous premiers dessins préparatoires de l’architecte.

MAXXI, Rome, Italie

O: Totale

© Architect.co.uk

À la fin des années 2000, Rome décide de se doter d’un nouvel espace muséal : le bâtiment, nommé MAXXI, sera la première institution du pays à se concentrer sur les arts du XXIe siècle, en plein cœur de la ville éternelle, Rome. Avec cette construction, Zaha Hadid signe là sa toute première réalisation pour un musée dédié à la création contemporaine. Se doutait-elle que cette structure allait lui permettre de remporter, en 2010, le prestigieux prix Sterling, qui couronne depuis une vingtaine d’années le meilleur édifice de l’année ?

Pierresvives, Montpellier, France

© Archi Daily

Entre sa conception première et sa livraison finale, il aura fallu dix années pour le bâtiment Pierresvives pour enfin voir le jour sous le grand soleil du sud de la France. Cet édifice, destiné à accueillir la Cité des savoirs et du sport pour tous, a été dessiné avec l’aide d’un plan d’organisation spatiale en 3D. À l’époque, faire appel à cette technologie était innovant, car rare. Mais c’est aussi cela, la « patte » Zaha Hadid : repousser toujours plus loin les limites de la conception architecturale en faisant appel aux plus récentes innovations techniques.

Phaeno, Wolfsburg, Allemagne

phaeno wikiwand

© Wikiwand

Édifié entre 2000 et 2005, le Phaeno est un musée allemand dédié à la vulgarisation scientifique. Mesurant plus de 9000 m² de superficie pour une hauteur avoisinant les 16 mètres, cet imposant ensemble muséal est entièrement constitué d’acier et de béton, matériau que l’on retrouve très fréquemment dans le travail de Zaha Hadid. Son coût total de 79 millions d’euros est justifié par ses lignes futuristes, toutes en longueurs, où les larges ouvertures permettent à la lumière de filtrer à l’intérieur des vastes et épurés espaces d’exposition.

Centre Heydar Aliev, Bakou, Azerbaïdjan

archi daily heydar

© Archi Daily

Avec cette construction, Zaha Hadid entérine pour de bon son goût de plus en plus marqué pour les courbes. Cet imposant centre culturel situé dans la capitale de l’Azerbaïdjan, a été inauguré en 2012 et prend le nom de Centre Heydar Aliyev, nommé d’après le leader de l’ère soviétique en Azerbaïdjan de 1969 à 1982, et président du pays entre octobre 1993 et octobre 2003. La construction, ambitieuse, reflète la volonté de ce petit pays en bordure de mer Caspienne d’affirmer sa place dans le monde comme puissance émergente.  Pour Zaha Hadid, cette structure marque sa conversion vers des formes de plus en plus fluides et souples.

Opéra de Canton, province du Guangdong, Chine

archi daily opera canton

© Archi Daily

Avril 2002 : un concours international est lancé par l’Empire du Milieu pour choisir quel architecte s’occupera de la conception de l’opéra de Canton. Quelques mois plus tard, en novembre de la même année, c’est Zaha Hadid qui décroche le gros lot. Cette folie architecturale, troisième plus grand espace de concert de Chine, aura coûté la bagatelle de 200 millions de dollars et représente à la perfection la folie constructrice que connaît la Chine depuis plusieurs années maintenant. Granite, béton, verre… Les classiques de l’architecte sont toujours présents.

Al-Wakrah Stadium, Al Wakrah, Qatar

vagina

© ConstructionWeekOnLine.com

Un projet encore en cours, gigantesque, et qui a déclenché nombre de polémiques, tant pour son budget faramineux qu’en ce qui concerne les conditions de travail imposées aux centaines d’ouvriers travaillant à l’érection de ce bâtiment… Cet espace est en effet un des cinq stades qui devront accueillir la Coupe du monde de football organisé par la FIFA en 2022. Un prix de 300 millions de dollars, une capacité de 45 120 places… la surenchère se rencontre tant dans les chiffres que dans les formes du futur édifice.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE