Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Art Paris Art Fair 2016 : une foire accessible et pleine de surprises

Jéremy Billault 30 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Du 31 mars au 3 avril, la Nef du Grand Palais accueille Art Paris Art Fair, une foire d’art contemporain dont la volonté est d’être plus jeune et plus accessible que ses consœurs de Paris et du monde entier. L’édition 2016 sera marquée par la présence de la Corée en tant qu’invitée d’honneur dans le cadre de l’année France -Corée et par une ouverture à de nouvelles galeries, de nouvelles disciplines et de nouveaux artistes. Visite.

Art_Paris_Art_Fair_2015_041

Même endroit, même principe mais public plus large : sous la nef du Grand Palais Arts Paris Art Fair fais tout pour se différencier de son illustre homologue. 143 galeries issues de 22 pays (dont pour la première fois l’Iran, la Colombie et l’Azerbaïdjan), de l’art d’après-guerre aux jeunes artistes, pendant quatre jours la foire misera tout sur l’ouverture et l’accessibilité, pour les exposants comme pour le public qu’elle veut toucher. Alors que la FIAC tient sa réputation de son exigence (qui a conduit à la création d’une foire bis pour les galeries de moins grande envergure, annulée après seulement deux éditions ), Art Paris Art Fair revendique présence de jeunes galeries et d’artistes n’ayant parfois jamais participé à une foire ainsi que des pratiques extrêmement variées allant jusqu’au design, au street-art et aux arts numériques. On attendait peut-être plus d’audace et de fraîcheur mais la présence de la Corée, invitée de marque bien mise en valeur dans le parcours, associée à quelques pépites aux quatre coins de la foire, vaut largement le détour.

Surprises

DSC_0324

Rise and rise, until lambs become lion, The Kid, Galerie Anouk Le Bourdiec

Car des surprises, il y en a. Comme toute foire qui se respecte et comme le provoque inévitablement la diversité des galeries et des artistes présentés, il y a du bon et du moins bon. Mais il y aussi de l’excellent, des galeries surprises et des artistes prometteurs qui surprennent, émeuvent et émerveillent. Certains, même, font sensation. Entre l’enfant hyper réaliste couvert de plume et recroquevillé au sol de Lucy Glendinning (représentée par la galerie Da-end), l’écran caméra sur lequel des mouches forment avec précision celui qui le regarde (L.Mignonneau et C.Sommerer, Galerie Charlot) et la disposition originale sous la forme d’un salon rempli d’objets en céramique, on constate que les partis pris sont plus forts, visuels et ludiques qu’ailleurs.

DSC_0329

Bardula, Galerie La Ligne

La preuve également avec l’ensemble passionnant que propose la galerie La Ligne, visuel, cinétique et parfois déroutant, qui, typiquement, est le genre de galeries qui se fond dans Art Paris Art Fair.  Bardula, par exemple, expose trois oeuvres d’une grande originalité : sur un système de miroir, elle grave des formes géométriques qui s’illuminent et dont la couleur change. Une technique originale qui permet rapidement un dialogue avec les curieux venus nombreux, l’accessibilité dans la qualité.

Pop culture

Aux quatre coins de la foire, les néophytes seront ravis de retrouver quelques très grands noms, connus au-delà du monde particulier des galeries d’art internationales. Ainsi la Huberty & Breyne Gallery a-t-elle décidé de présenter un grands nombres de dessins, tableaux et sculptures de Philippe Geluck, dont l’humour est toujours un délice. Ici, comme dans l’exposition présentée actuellement au musée en herbe, les œuvres jouent avec l’art, avec Christo, avec Fontana ou encore avec Koons à travers une sculpture très réussie.

DSC_0326

Erro, Galerie Ernst Hilger

De la BD donc, pour marquer, encore une fois, la diversité des disciplines, mais aussi du street-art, et pas des moindres. En partenariat avec la galerie Ernst Hilger, Art Paris a recouvert un mur d’une grande fresque pop intitulée « Femmes-fatales » sur laquelle se succèdent différentes variations de superwomen. En plein Grand-Palais et en pleine foire, le pari était osé. C’est également à la galerie Hilger que l’on doit la présence d’œuvres de Shepard Fairey, l’un des emblèmes du street-art international, lui aussi étonnant mais agréable au cœur d’une telle foire. Plus accessible que d’autres foires du genre (pour le prix d’entrée comme pour la variété des œuvres), l’édition 2016 de Art Paris Art Fair est à coup sûr un événement à suivre pour les quelques valeurs sûres et, surtout, pour les nombreuses découvertes.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE