Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Design : les frères Bouroullec investissent Rennes !

Agathe Lautréamont 25 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Quatre expositions, trois lieux, deux designers, une capitale bretonne. Jusqu’à la fin du mois d’août 2016, Rennes fête deux enfants du pays, pas peu fière : Ronan et Erwan Bouroullec. Les frères ont pris d’assaut le monde du design à compter de la fin des années 1990. Aujourd’hui internationalement reconnus pour l’élégance de leurs créations, ils font partie des créateurs les plus passionnants de ces deux dernières décennies. Visites de quatre accrochages qui placent Rennes sous le signe du design pour quatre mois.

bourou 1

© Ronan & Erwan Bouroullec

Poésies citadines, aux Champs Libres

On aurait envie de parler de sublimes rêveries, tant l’accrochage aux Champs Libres suscite l’admiration. Dans une scénographie admirablement pensée, le noir des murs tutoie les éclairages doux projetés sur toute une série de maquettes. Fictions urbaines empreintes d’un grand lyrisme où les frères Bouroullec se sont demandé : « Quelle serait la ville idéale de 2030 ? »

Sur de vastes plateaux blancs, suspendus entre ciel et terre par de fins câbles, une zone citadine est imaginée, rêvée, idéalisée. Nulle trace de voitures, tandis que les matières utilisées sont brutes mais reflètent beaucoup de noblesse. L’espace libre a opéré un sensible retour à la nature : partout, plantés dans des espaces verts surélevés via des plateformes irréelles, des arbres, des buissons, des haies. Une ambiance sonore vient parfaire cet ensemble en tout point délicat, où le chant des passereaux entre en harmonie avec le tintement d’un clocher ou la rumeur d’une foule de passants.

bouroullec 3

© Ronan & Erwan Bouroullec

Quelle est cette étude de réaménagement du territoire, ressemblant à s’y méprendre à une utopie attendrissante ? La déambulation proposée par les Champs Libres revient à évoluer dans un songe, où les ponts suspendus de végétation et de métal scintillants ont remplacé les murs de béton.

L’espace libre est rendu au promeneur et aux petits animaux de la ville, dans des surfaces épurées laissant la part belle à la circulation de l’air et de la lumière. Peu de cloisonnements donc, encore moins de façades, pour une rêverie offrant une place de choix aux éléments naturels, comme l’eau circulant dans de longs et fluides canaux ; ainsi qu’à la végétation, bien sûr.

boubou

© Ronan & Erwan Bouroullec

Arbres plantés ou guirlandes suspendues au-dessus des passants, le principe d’Erwan et Ronan Bouroullec est toujours le même : étudier comment les quatre éléments primordiaux (le feu est également présent, sous forme de braseros modulables et déplaçables) peuvent entrer en contact, voire en résonance avec la ville. Est-ce du design ? Est-ce de la sculpture ? Est-ce du lyrisme ? Nous vous laissons le soin de trancher…

Rétrospective & canevas modernes, au FRAC Bretagne

bouroullec 2

© Ronan & Erwan Bouroullec

La rétrospective offerte aux frères Bouroullec par le FRAC n’en est pas une. Ou tout du moins, pas dans le sens où on entend traditionnellement ce terme. Ni chronologique et encore moins thématique, le parcours proposé aux visiteurs s’entend avant tout sous une forme didactique. Ce qui importe aux frères designers pour cet événement est de rendre clair tout le processus de recherche qui se place en amont d’une création.

Tâtonnement, réflexion et expérimentation sont les maîtres-mots du duo d’artistes qui ont tenu à ce que la scénographie reflète ce cheminement intellectuel et expérimental. La présentation se veut donc épurée, tandis que les différentes pièces créées par les Bouroullec sont présentées sur des étagères flottantes, suspendues dans les airs par des filins d’acier, tandis que divers écrans retransmettent des interviews d’Erwan et Ronan; ces dernières se focalisant sur quelques œuvres précises piochées dans leur carrière.

bouroullec

© Ronan & Erwan Bouroullec

En ce qui concerne la salle d’exposition du FRAC intitulée « Seventeen Screens », on ne se trouve plus face à du mobilier pur, de l’utilitaire ou du quotidien. Le visiteur pénètre dans une galerie où l’accueillent des créations contemporaines monumentales, entre la tenture, la tapisserie, la cloison et la trame. Cousues, tissées, liées, nouées entre elles, les différentes matières exploitées par les Bouroullec forment un entrelacs d’une légèreté surréaliste.

La céramique se fait nuage, l’aluminium flotte en formant un tableau abstrait, le ruban de soie supporte avec douceur un filet de métal qu’on croirait tissé par Arachné…  Le coup de génie des deux designers est là : avoir opté pour des matières que l’on croirait impropres à la création de canevas, qui brouillent les perspectives et nous laissent stupéfaits.

Kiosque multifonction, au Parlement de Bretagne

bourou 2

© Ronan & Erwan Bouroullec

Au départ était l’idée d’une confrontation, d’un dialogue entre deux sphères que tout semble opposer. Le design, la création contemporaine modelée dans l’acier et le verre peut-elle établir un quelconque écho avec les structures passées ? Une architecture sortie de l’esprit de Ronan et Erwan Bouroullec parviendrait-elle à trouver sa place au milieu de pierres assemblées au cours du XVIIe siècle et dont chaque aspérité murmure la longue histoire de France ?

Le défi est loin d’effrayer les frères. À l’image de leur luminaire en cristal de Swarovski imaginé pour l’intérieur du château de Versailles, les Bouroullec ont inventé une structure surprenante, bien ancrée dans leur temps, mais diablement efficace : un petit kiosque nomade.

kiki

© Ronan & Erwan Bouroullec

Son principal attrait est sa transparence, et l’effet de perspective qu’il offre si l’on se place dans le bon angle. La lumière circule, l’espace est libre, propre au repos et invitant à la flânerie. Modulable à souhait, cet espace public a l’avantage de pouvoir revêtir bien des formes différentes : bar, kiosque à journaux ou à musique, terrasse, espace de rencontre… Le tout agrémenté de lanternes disposées à chaque extrémité de son toit.

Cet éclairage, non seulement le rapproche d’une grande pagode chinoise (mais des temps modernes) mais lui permet de se muer en un espace de vie nocturne, où des spectacles et autres concerts pourront ainsi se tenir. Efficace, modulable, pureté de la ligne : le kiosque est un concentré du travail des Frères Bouroullec.

RONAN ET ERWAN BOUROULLEC

25/03/2016 > 28/08/2016

FRAC Bretagne

RENNES

De mars à août 2016, le Frac Bretagne, Les Champs Libres et le parlement de Bretagne s’associent pour produire une exposition protéifor...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE