Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Avant Versailles Olafur Eliasson impressionne du côté de Shangai

Jéremy Billault 23 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Avant de poser ses œuvres monumentales au château de Versailles en juin prochain, Olafur Eliasson est accueilli au musée Long de Shangai pour la première grande rétrospective de sa carrière. L’occasion (un peu gratuite, on vous l’accorde) de faire un point sur son état d’esprit du moment et de se mettre dans l’ambiance en imaginant (en images) ce que pourrait donner et ce que donnera l’exposition événement de cet été.

IMG_MDA118121_1600px

The open pyramid, 2016, Long Museum, Shanghai, 2016 Photo: Anders Sune Berg

L’année 2016 sera probablement l’une des plus importantes dans la carrière d’Olafur Eliasson. Alors que dans quelques mois il devra remplir la (très) lourde tâche d’exposer des œuvres au château de Versailles, l’artiste islando-danois bénéficie,en Asie, de sa première grande rétrospective.  Jusqu’au 19 juin prochain, le Long Museum de Shangai ( plus grand musée privée de Chine) accueille des grands classiques et des inédits de l’artiste, toujours fidèle à l’immensité qui lui est si chère. Grande pyramide ouverte, illusions d’optiques et conscience écologique, les images font saliver quant à ce que l’artiste nous réserve pour cet été au château de Versailles.

IMG_MDA118132_1600px

Beauty, Long Museum, Shanghai, 2016 Photo: Anders Sune Berg

S’il a d’ores et déjà annoncé que les œuvres qu’il installera à l’intérieur du château de Versailles s’inscriraient dans la lignée de ce qu’il avait fait à Vienne, le mystère demeure quant à la nature de l’exposition dans les jardins. En Autriche, dans le Palais d’hiver du Prince Eugène, Eliasson avait créé Baroque Baroque, une expo qui comprenait, notamment, d’impressionnants jeux de lumières qui transformaient, défiguraient (ou refiguraient) totalement les somptueux salons du palais.

f5_olafur_eliasson_baroque_baroque_the_winter_palace_of_prince_eugene_of_savoy_installation_view_yatzer_0

Baroque Baroque, à Vienne © Studio Olafur Eliasson

Avec les créations originales de l’exposition chinoise, peut-être avons nous donc un aperçu de l’état d’esprit de l’artiste au moment d’investir Versailles. Comme à son habitude, Olafur Eliasson s’approprie les éléments de la nature (on se souvient de la Cop21 et de ses grands blocs de glace devant le Panthéon) pour frapper les consciences d’un message écolo qui lui tient tant à cœur.  A voir la pyramide (oeuvre récente), on s’attend donc à du monumental (pour Versailles rien de choquant) et à du lumineux, l’artiste ayant annoncé vouloir centrer son exposition sur la figure du roi soleil.

tate-eliasson-768x384

L’installation d’Olafur Eliasson à la Tate Modern en 2003 © AP Photo : Alastair Grant

Alors que le monde entier se souvient du soleil de son Weather Project, présenté il y a une dizaine d’années à la Tate Modern, tout laisse envisager que l’exposition de cet été à Versailles sera historique. Historique, on l’espère, mais d’une toute autre manière que l’a été celle de son prédécesseur Anish Kapoor qui, du début à la fin, a été l’objet d’une polémique et de plusieurs vandalisme, différentes opinions ayant décidé de s’exprimer à même les œuvres. Quoiqu’il en soit, l’événement Shangai, la première grande rétrospective d’Olafur Eliasson, on le rappelle, s’annonce comme un délicieux avant goût.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE