Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Volée il y a 15 ans, La Coiffeuse de Picasso revient au Centre Pompidou

Agathe Lautréamont 21 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’œuvre dormait dans les réserves du musée parisien quand, en décembre 2000, sa disparition fut signalée. Après une cavale de plus de quinze ans, le petit chef-d’œuvre de Picasso sera bientôt exposé à Beaubourg, après avoir profité  d’une méticuleuse restauration…

Coiffeuse © Centre George Pompidou

Pablo Picasso, La Coiffeuse, 1911 © Centre Georges Pompidou

C’est l’histoire d’une étrange affaire de disparition, qui n’a d’ailleurs toujours pas été résolue… En 1967, une petite huile sur toile signée Pablo Picasso entre dans les collections du Centre Pompidou. L’œuvre, exécutée en 1911 par le maître espagnol, appartenait au fameux marchant d’art Ambroise Vollard.

En 1967, elle est entrée dans les collections du musée d’art moderne parisien au sein du legs de Georges Salles, historien d’art disparu en 1966. L’œuvre, toute de brun, d’ocre et de beige, intitulée « La Coiffeuse », mesure 33 centimètres sur 46, et est considérée comme un chef-d’œuvre du cubisme analytique. Pendant plus de trente ans, la peinture restera tranquillement dans les fonds de l’institution parisienne, jusqu’au jour où…

Au mois de décembre 2000, suite à une demande de prêt, le Centre Pompidou réalise brusquement que l’œuvre a tout bonnement disparu ! Qui a volé le Picasso ? Dans quel but ? Où se trouve-t-il maintenant ? Le mystère est total… La dernière apparition publique du tableau remontait à trois ans plutôt, lorsque Pompidou avait prêté ce dernier à la ville de Munich dans le cadre d’une exposition se tenant sur le sol allemand.

restauration

L’équipe de restauration au travail © extrait reportage France TV

On perd alors totalement la trace de La Coiffeuse jusqu’en décembre 2014, date à laquelle l’œuvre est interceptée par les services de douanes étasuniens à l’aéroport de Newark, dans l’état du New Jersey. Le tableau venait de survoler l’océan Atlantique sous l’étiquette de simple « pièce d’artisanat » avec une valeur déclarée de… 30€. Il devait ensuite rejoindre un entrepôt du Queens, à New York.

Fort heureusement, les douaniers ne tardèrent pas à remarquer quelque chose de louche au sujet de cet étrange colis. En effet, pourquoi faire transiter un simple cadeau de Noël d’un montant officiel d’une trentaine d’euros vers un espace de stockage climatisé et scrupuleusement contrôlé ? Cette suspicion de la part des autorités américaines a permis de récupérer la précieuse œuvre volée au Centre Pompidou. Celle-ci est estimée à un peu plus de 13 millions d’euros.

AP Photo - Andrew Harnik

La Coiffeuse sous bonne garde, 2015 © AP Photo – Andrew Harnik

L’œuvre a fait son retour entre les murs de Beaubourg le 24 septembre 2015. Cependant, avant de pouvoir à nouveau l’exposer au public, il convenait de la restaurer. En effet, les responsables du musée n’ont pas tardé à remarquer que le tableau avait considérablement souffert de cette longue décennie de cavale de par le monde.

Les mauvaises conditions de conservation, les transits à travers le France, la Belgique et les États-Unis ont abîmé les pigments qui avaient besoin d’un coup de jeune, sans compter le rentoilage qui a également souffert. À certains endroits de l’œuvre, de la peinture avait même disparu ! Il incombe maintenant à l’équipe de restauration de faire disparaître tous ces dégâts…  Ont ainsi démarré cinq longs mois de restauration pour rendre toute sa splendeur à cette toile de Pablo Picasso.

L’exposition au public de la toile du maître espagnol est programmée pour le 24 mars prochain. Les visiteurs, à cette occasion, seront invités à échanger avec l’équipe de restaurateurs et de découvrir tout le long et méticuleux travail que demande le fait de rendre une  seconde jeunesse à un tel chef-d’œuvre de l’Histoire de l’art. Quant à l’enquête sur le mystérieux bol, elle demeure pour le moment sans résultat…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE