Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

La science à la rescousse du portrait de De Vinci, dévoré par de minuscules champignons !

Agathe Lautréamont 18 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est une œuvre de taille modeste… 33 centimètres sur 22, exécutée à la sanguine, sur un papier tout simple. Mais le dessin, au regard de l’Histoire de l’art, est inestimable, puisqu’il est l’autoportrait présumé du génie universel, maître de la Renaissance : Léonard de Vinci. Seulement, depuis plusieurs années, la feuille de papier est lentement endommagée par des champignons… Mais les scientifiques pensent bien avoir enfin trouvé comment sauver l’inestimable portrait !

vinci 1

Léonard de Vinci, Autoportrait présumé, vers 1512 © Bibliothèque Royale de Turin

OGNI : Objet grignotant non identifié

Datée aux alentours de 1512, l’œuvre la plus précieuse dormant dans les réserves de la Bibliothèque Royale de Turin souffrait d’une menace d’autant plus insidieuse, qu’elle était microscopique et non-identifiée. Par-dessus les traits majestueux dessinés par le maître Léonard de Vinci de son propre visage, des taches brunâtres et orangées faisaient lentement leur apparition depuis des années ; et celles-ci menaçaient d’endommager inexorablement le dessin que l’on suppose un autoportrait du génial florentin mort en 1519.

Mais ça, c’était avant ! Jusqu’à très récemment, les chercheurs ne parvenaient pas à mettre un nom sur cette étrange « maladie » qui grignotait peu à peu le dessin. Est-ce là une réaction chimique due au contact de l’œuvre avec l’air libre ? Un phénomène biologique imputable à des bactéries dévastatrices ? Toujours est-il que jusqu’à récemment, les chercheurs ont préféré, face à ce phénomène étrange, appliquer à la lettre le proverbe : « Dans le doute, abstiens-toi ». En effet, ces derniers craignaient que s’ils s’attelaient à une restauration de l’œuvre, sans avoir formellement identifié l’origine de l’attaque, leur intervention risquait de faire encore plus de dégâts sur l’inestimable dessin.

vinci 2

Une photo plus récente de l’oeuvre, où les taches sont clairement visibles…

Les envahisseurs…

Seulement, une nouvelle étude a permis de définir, enfin, que le coupable serait en fait d’une origine double : biologique et chimique. Les recherches sur ces mystérieuses et pernicieuses taches, menées par l’Université des Sciences Naturelles de Vienne, détiendraient peut-être enfin la clé de l’énigme, et surtout une solution fiable et sûre pour débarrasser l’œuvre de Léonard de Vinci de ces agressions minuscules et dangereuses. Les résultats de cette recherche, publiés au mois de décembre 2015 et qui peuvent être consultés en ligne, pointent donc du doigt plusieurs espèces rares de champignons microscopiques, dont une race qui était encore inconnue de la communauté scientifique !

Toujours selon cette même étude, et pour la petite anecdote, le portrait précieux aurait échappé à une restauration catastrophique en 1987; qui avait été justement envisagée pour enrayer l’apparition des premières taches brunes. Un groupe de chercheurs avait à l’époque suggéré de traiter le papier avec… de l’oxyde d’éthylène. Aujourd’hui, cette solution hautement intrusive ferait bondir n’importe quel conservateur ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’œuvre a senti passer le vent du boulet…

Toujours est-il que maintenant que les coupables ont été formellement identifiés, des analyses vont être mises en place afin d’établir un plan de sauvetage sûr et surtout durable pour sauver l’autoportrait présumé de Léonard de Vinci de l’invasion progressive de ces maudits champignons… !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE