Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

D’ici 2017, Berlin se dotera d’un musée du street-art !

Agathe Lautréamont 16 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Berlin est célèbre pour être une capitale dont les rues sont jalonnées d’œuvres de street-art. Pour les amateurs, il suffit d’une promenade de quelques heures pour croiser des grands noms de ce genre artistique à l’image de JR, Banksy ou encore Victor Hash. Dans cette même ligne d’idée, la capitale allemande espère bien ouvrir prochainement un musée dédié à l’art de rue.

Une fresque de JR à Berlin © Henri Neudendorf

Une fresque de JR à Berlin © Henri Neudendorf

Partout, sur les murs, sur les façades des maisons, sur des hangars ou des immeubles désaffectés : des fresques, des graffitis, des collages… Berlin compte un nombre si impressionnant d’œuvres de street-art qu’il serait presque possible de qualifier la capitale de l’Allemagne de musée à ciel ouvert à part entière. En se promenant, en errant sans véritable itinéraire, les surprises (de taille ou plus intimistes) sont toujours au rendez-vous et il ne reste plus qu’à s’amuser à tenter de deviner quel graffeur se cache derrière cette « patte » en graffiti.

Cet amour entre la capitale allemande et le street-art remonte au tout début des années 1960, lorsque l’Allemagne de l’est, alors sous la coupe du pouvoir soviétique, a pris la décision de construire le tristement célèbre Mur de la honte, coupant la capitale en deux du jour au lendemain. Mais l’Allemagne ne tarda pas à remodeler la morne réputation de ce symbole de la Guerre Froide; et d’une image séparatiste, le mur écroulé en 1989 s’est transformé en un emblème d’union, de tolérance et de résistance intransigeante face à l’oppression.

Fence To Protect Berlin Wall Murals From Vandals

Certaines oeuvres sont protégées par des barrières © Carsten Koall – Getty Images

Dès sa construction, le côté ouest du mur s’est mis à accueillir des graffitis, des tags et des fresques d’art de rue en tout genre. Et encore aujourd’hui, les parties toujours debout du mur (qui ont été volontairement conservées par la municipalité) affichent fièrement ces œuvres réalisées au cours de la Guerre Froide. La destination est devenue une étape touristique essentielle pour les visiteurs de Berlin. Et de nos jours, de nombreux street-artistes continuent d’affluer dans les rues de la ville pour laisser leur marque sur ses murs de béton.

On l’aura compris, le phénomène est d’ampleur. À tel point que Berlin espère se doter l’année prochaine d’un musée dédié à l’art urbain contemporain, de sorte à proposer aux berlinois et aux touristes de passage un centre culturel qui reviendrait sur cette pratique, sur son histoire ainsi que son évolution. La date avancée pour l’ouverture de cette nouvelle institution est le milieu de l’année 2017. Les locaux sont déjà tout trouvés, mais le bâtiment appelé à abriter en son sein ce futur musée doit d’abord subir d’importantes rénovations s’il veut pouvoir être en état d’accueillir dans les meilleures conditions le public tout comme les œuvres.

street

Une fresque sur un pan du mur de Berlin © DR

À l’origine de cet intéressant projet, on trouve la Fondation « Urban Nation », une association internationale qui s’est fixée comme objectif de promouvoir la création urbaine en Europe, et soutient financièrement des artistes émergeants sur la scène du street-art. Elle est également à l’origine de la création de plusieurs fresques monumentales dans diverses villes du Vieux Continent. Pour ce qui est du financement d’un tel projet, une partie de la somme nécessaire (900 000€) a été avancée par la Fondation « Berlin Lotto », qui soutient des projets culturels, sociaux, environnementaux et humanitaires en Allemagne.

Selon le journal quotidien allemand Der Tagesspiegel, de nouvelles informations quant à ce nouvel espace muséal devraient être annoncées dans le courant du mois de mai. Car à l’heure actuelle, les deux fondations Urban Nation et Berlin Lotto n’ont laissé filtrer que très peu d’informations au sujet de ce projet d’envergure. Tout ce que l’on peut se mettre pour le moment sur la dent, c’est que le musée sera « vraiment original ». Original dans sa scénographie ? Dans son architecture ? Dans son fonds ? Pour le moment, il est délicat d’en apprendre davantage…

Street art, East Side Gallery, Berlin, Germany, Aug 2006

Une part de l’East Side Gallery du mur de Berlin © Pymca – Getty Images

Toujours est-il que pour préparer le terrain (au sens propre, comme au figuré), la Fondation Urban Nation a d’ores et déjà passé une commande à douze artistes de rue de renoms. Ces derniers vont devoir réaliser douze fresques de grande taille sur les murs des bâtiments qui s’élèvent dans les rues avoisinantes à la localisation du musée qui ouvrira en 2017. Une manière d’annoncer l’événement, mais aussi de « guider » les visiteurs vers ce nouvel espace. Seule une question demeure en suspend : faire entrer le street-art dans un musée, n’est-ce pas là une manière de le dénaturer, quand on sait que cette pratique artistique se veut avant tout un art contestataire et engagé, bien loin des espaces feutrés des galeries et centres culturels ? Attendons d’en savoir un peu plus avant d’émettre un avis…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE