Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Rodin, Picasso, Miró… La céramique dans tous ses états à la Cité de Sèvres !

Agathe Lautréamont 14 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qui a dit que la céramique se limitait au service à thé de grand-maman ? 250 œuvres de 100 artistes de 25 nationalités différentes démontrent le contraire ! Voilà le programme surprenant concocté par l’événement « Céramix ». Le principe ? Illustrer de quelle manière la céramique a su inspirer les plus grands artistes modernes et contemporains.

Jessica Harrison,  Painted Lady 4, 2014 © Gallery LJ Paris

Fascinés par sa malléabilité et son incroyable champ de possibles, les créateurs de la fin du XIXe siècle à nos jours sont loin d’avoir boudé le vaste univers de la céramique. Car rappelons-le, quand on parle de céramique, on ne considère pas uniquement la seule porcelaine, mais bien le travail touchant à des matières aussi diverses que la faïence, le biscuit, le grès, la terre glaise voire dans une certaine mesure, la sphère de la verrerie. La céramique technique offre donc un ample éventail de potentialités, qui a su séduire nombre d’artistes, de Paul Gauguin à Lucio Fontana en passant par Miquel Barceló.

La naissance et l’avant-garde

L’accrochage de la Cité de Sèvres débute avec une évocation passionnante des réalisations produites par des esprits précurseurs à l’image de Paul Gauguin et Auguste Rodin. Tandis que le XXe siècle n’en est encore qu’à ses premiers vagissements, l’art de la céramique opère une forme de mutation entre les mains d’artistes qui ont su déceler dans cette pratique à part un horizon de possibles grandiose. Oubliée, la céramique délicate qui se trouvait reléguée à de petites sculptures décoratives ornant les salons feutrés (biscuit), oubliée aussi la faïence utilitaire qui se destinait à une utilisation ménagère pour des dressages de tables huppées !

Gauguin, Paul, petite jardiniere, 1886-1888, 15x7x12 cm (1)

Paul Gauguin, Petite jardinière, 1886-1888

Avec une nouvelle époque, naît un nouveau mouvement qui se conçoit comme révolutionnaire : le but ici est de situer la céramique en plein centre d’un renouveau artistique, tandis que cet art ouvre sur des questionnements modernistes sur ce qu’est l’acte de création en lui-même. Auguste Rodin figure parmi ces grands personnages ayant senti les évolutions de son temps, et quand arrive le tournant du siècle, à l’image de son contemporain Gauguin, il décide d’embrasser pleinement la notion de modernité en exploitant la céramique de manière nouvelle.

Dans cette étape, il est possible d’admirer des couleurs qui explosent, des glacis qui dotent la sculpture d’une dimension surprenante, tandis que le geste même du créateur se bouleverse pour appréhender différemment le corps, la forme, le sujet représenté. Plus tard, entre les mains de Francisco Durrio et Jean Carriès, la faïence, la terre, se dote d’un caractère inconnu jusqu’alors et ces artistes sans s’en douter, ont ouvert la voie à un foisonnement de formes avant-gardistes qui seront appelées à ponctuer un siècle de création céramiste.

Laisser choir le vase

Ai Weiwei, Bowl of Pearls, 2006, foto Pascale Leenders

Ai Weiwei, Bowl of Pearls, 2006, © Photo Pascale Leenders

Bien évidemment, à la lecture de ce titre, la première image nous venant à l’esprit concerne la célèbre performance du dissident Ai Weiwei, réalisée en 1995. Dans un triptyque photographique, l’artiste réalise un geste aussi iconoclaste qu’éclatant (c’est le cas de le dire) : l’air provocateur, celui-ci laisse négligemment s’écraser au sol un vase datant de la Dynastie Han (206 av. J-C à 220 ap. J-C), une antiquité inestimable. Ce geste dédaigneux va néanmoins bien au-delà d’un  simple acte provocateur, mais porte toutes les valeurs de liberté et de libre pensée prônées par Ai Weiwei depuis le début de sa carrière artistique.

Et ces trois photographies, elles sont bien présentes dans l’exposition « Ceramix », dans trois tirages grandeur nature. Devant ce trio de clichés pour le moins intense, trône l’œuvre de l’artiste chinois « Bowl of pearls », une touche de douceur et de réflexion plus apaisée dans une étape de l’accrochage qui s’entend résolument iconoclaste, au sens propre comme au figuré, donc. En clin d’œil à l’utilisation de la céramique en tant que pièce de vaissellerie, de nombreux créateurs ont joué sur ce passage de l’utilisation quotidienne au rang d’œuvre d’art.

Haifeng, Ni - Of the Departure and the Arrival (2006)

Ni Haifeng, Of the Departure and the Arrival, 2006

Ainsi, une série de trois œuvres de Pablo Picasso, figurant des restes de repas tracés à même des assiettes en faïence, mêle subtilement la pratique de l’art avec un geste essentiel, banal mais indispensable du quotidien (une idée qui sera réutilisée plus tard par Daniel Spoerri).  Au fil de l’étape, on rencontre des natures mortes très réalistes d’artistes contemporains italiens, avec beaucoup d’humour et un regard un brin grinçant sur notre société moderne. La poésie du travail brut et sensitif de Miquel Barceló apporte une touche de douceur dans cet univers qui aime pourfendre l’établi, l’accepté.

Un univers protéiforme

De Waal, Edmund - The 1st day & the 1st hour (2013) 40x169x17cm, klei

Edmund De Waal, The 1st day & the 1st hour, 2013

Mais il reste encore tant à découvrir ! Car l’exposition « Céramix » ne se contente pas d’investir la Cité de la Céramique de Sèvres, mais a également posé ses valises du côté de la Maison Rouge, à Paris. L’ambition de l’accrochage est en effet impressionnante, puisqu’il s’agit de couvrir plus d’un siècle et demi de création, entre productions intimistes et œuvres monumentales qui mériteraient presque une salle à elles toutes seules. De l’Allemagne au Japon en passant par la scène espagnole, la céramique investit l’art et les artistes le lui rendent bien.

Que les thématiques abordent des sujets comme la sexualité ou la société de consommation, que les créations reprennent des codes de l’Histoire de l’art pour mieux les déconstruire, le parcours vaut indéniablement le coup d’œil, tant il remet la céramique à la place qu’elle mérite et rend hommage à une matière offrant une créativité presque sans limite.

CERAMIX, DE RODIN À SCHÜTTE

09/03/2016 > 12/06/2016

Sèvres – Cité de la céramique

SÈVRES

CERAMIX, de Rodin à Schütte, du 16 octobre 2015 au 30 janvier 2016 à Maastricht, puis à Paris et à Sèvres, du 9 mars au 12 juin 2016. ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE