Disallowed Key Characters.
Magazine »
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin



LA NEWSLETTER

Les mondes parallèles d’Olga Ityguilova à la Loo & Lou Gallery

Agathe Lautréamont 11 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 2 avril prochain, c’est à un voyage initiatique et sibyllin que nous invite l’antenne de l’avenue George V de Loo & Lou. Très impliquée dans la promotion de jeune talent, la galerie a décidé de mettre en valeur le travail d’Olga Ityguilova, photographe qui, à partir de clichés de paysage, compose par un subtil effet de miroir des univers parfois oniriques, parfois chaotiques, qui égarent le visiteur qui s’embarque avec l’artiste vers un monde inconnu, caché, un « Hidden World ».

LOTOS, tirage numérique, 43,5 x 58 cm, 2015

Loto © Olga Ityguilova

Le travail d’Olga Ityguilova est littéralement un voyage en terres inconnues. Enfant, l’artiste a grandi en Sibérie, aux abords d’un lac d’eau douce à la transparence unique au monde : le Baïkal. Nature sauvage, vastes panoramas préservés… Ityguilova reste profondément marquée, influencée, inspirée par ces paysages vierges, à la nature rude dont les puissances déchaînées vont considérablement nourrir son inspiration artistique.

Habitant aujourd’hui à Paris, la photographe continue d’explorer les terres de son enfance sous toutes leurs facettes, mais par un cheminement dans ses souvenirs, puis dans ses voyages au sein d’autres contrées préservées, originelles. De ses pérégrinations aux Pays-Bas et en Islande, elle emporte avec elle une part de ces éléments furieux et indomptables, des clichés, qu’elle va ensuite retravailler. Comme des taches de peinture dépliées, dans un surprenant jeu de miroir, Olga Ityguilova bâtit un monde inouï.

SPIRIT, tirage numérique, 52,2 x 69 cm, 2015

Spirit © Olga Ityguilova

Explorer des mondes inconnus

Fascinée par l’élément aqueux, l’artiste a décidé de centrer cette première série d’images, baptisée « Hidden World » (littéralement « monde caché »), sur l’eau. Chutes, cascades, gorges, lacs sont ses sujets d’élection. Grâce à la variété des motifs offerte par ce thème, Olga Ityguilova recompose ses clichés pour en extraire une autre signification, jetant un pont entre clichés et peintures.

Certains traits d’une finesse époustouflante évoquent la gravure, certaines formes chimériques font penser à une esthétique empreinte de gothique. L’eau devient sculpture, les cascades se font dentelle de pierre tandis que d’une image à une autre, on pense à ces peintures symétriques qui constituent le fameux « Test de Rorschach ». Outil d’analyse psychologique, ce test consiste à montrer plusieurs planches de taches symétriques à une personne évaluée, qui doit les interpréter à sa guise. À partir de ce qu’il « voit », un profil pourra être établi.

Et étrangement, l’effet est similaire face aux œuvres de la photographe. D’un premier coup d’œil, on décèle dans ses formes chaotiques et disparates tantôt le visage buriné d’un chamane, tantôt un corbeau fondant sur nous. Un nouveau coup d’œil révélera ensuite, face à la même œuvre, une chaîne montagneuse au relief torturé ou un fantôme surgissant de limbes fascinants.

BIRD, tirage numérique, 99 x 105 cm, 2015

Bird © Olga Ityguilova

Voyage intérieur

L’exposition est d’autant plus émouvante qu’en plus de nous faire perdre nos repères esthétiques et spatiaux, l’artiste y a inséré une grande part d’elle-même. Dans une quête de l’émotion vive face aux forces de la nature, Olga Ityguilova réactive les émerveillements ressentis durant son enfance et tout dans le même temps expose son monde intérieur à celui de l’extérieur ; nous, qui arpentons son univers secret et caché, celui de l’imaginaire délivré et de l’appétit pour le fantastique.

Pas de retouche dans le travail photographique d’Olga, mais un simple jeu que nous avons tous pratiqué étant enfants. Comme quand on créait des papillons imaginaires avec une feuille de papier pliée constellée de touches de peinture, l’artiste coupe sa photographie à un certain point avant de la dupliquer pour créer ce fameux effet de miroir, si déboussolant et subjuguant à la fois. Tout ce qu’il reste à faire au spectateur, c’est se laisser porter par son imaginaire, qui prendra le relais et saisira la magie de chaque image, dans ce qu’elle recèle de plus insoupçonné.

OLAGA ITYGILOVA – HIDDEN WORLD

24/02/2016 > 02/04/2016

Loo & Lou Gallery - Georges V

PARIS

La galerie Lou & Loo présente pour la première fois le travail de la photographe Olga Ityguilova, née en Sibérie et basée à Paris depu...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE