Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Après le MoMa, le Musée Picasso célèbre la sculpture du maître espagnol

Agathe Lautréamont 7 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après avoir triomphé au Museum of Modern Art (MoMa ) de New York, l’exposition « Picasso Sculpture » s’exporte et traverse l’Atlantique pour poser ses valises dans le Musée Picasso de Paris, dans l’écrin du somptueux Hôtel Salé. En présentant une collection incroyablement riche de plus d’une centaine de réalisations, l’ambition de l’accrochage est de présenter aux curieux un aspect peu connu de la sculpture de l’artiste espagnol : son goût pour les séries. Visite…

Picasso 1 600

Au détour des couloirs blancs, feutrées et ornés de riches moulures de l’Hôtel Salé, d’étranges créatures et créations viennent à la rencontre du visiteur. Des figures de femmes en ciment ou en bronze nous dévisagent de leurs grands yeux en amande. Des grues aux coups si fins, si graciles, semblent s’étirer vers le ciel dans un ultime élan pour toucher au firmament ; malgré leur corps de fer un peu rouillé.

Quelques pas plus loin, un éloge aux effluves chauds et à la rêverie alcoolisée comme seule sait en procurer l’absinthe. Un autre pas, et nous tombons nez à nez avec deux femmes enceintes, aux formes pleines de vie et aux visages dont la perfection des traits touche presque au divin.

Picasso 7

Plongée dans un processus

La rétrospective organisée par le Musée Picasso de Paris est un voyage unique dans un processus créatif grandiose où l’imaginaire fantasque de l’artiste espagnol touche à la grâce où aux visions ubuesques, au bruit et à la fureur comme à la poésie et à la délicatesse. Près de 160 sculptures ont été réunies pour l’occasion, certaines si imposantes qu’elles occupent des volumes ahurissants, d’autres si discrètes et intimistes qu’elles tiennent dans l’espace restreint d’une minuscule vitrine.

Tandis qu’à ses côtés, des esquisses préparatoires offrent au visiteur une plongée précieuse dans le processus créatif de Picasso : ses hésitations, ses coups de génie, ses moments d’enthousiasme ou d’abattement. Mais toujours, la force vive de la créativité reprend le dessus et offre une nouvelle surprise au promeneur de l’Hôtel Salé.

Picasso 5 600

La loi des séries

Mais ce qu’il y a de plus saisissant dans le parcours de l’exposition « Picasso Sculptures », c’est bien ce coin de voile levé sur un aspect encore peu connu de la pratique du maître du cubisme espagnol. Fasciné par l’idée de multiplicité, éternel insatisfait qui répétait, recommençait, remodelait toujours à l’infini, Pablo Picasso créait en multiples, en séries et en variations ; offrant aux visiteurs plusieurs visions, toujours saisissantes, d’une même sculpture.

Parfois, les changements sont infimes et il convient de tourner de longues minutes autour d’un couple de créations afin d’en saisir les différences qui pourtant sont là, présentes, attendant d’être découvertes à la manière d’une surprise. Pour d’autres créations de grande ampleur, les mutations sont des plus évidentes : que ce soit dans la matière exploitée pour l’œuvre (bronze, fer forgé, plâtre…), l’orientation d’un élément de la sculpture ou plus simplement son changement d’échelle.

Picasso 2 600

On a alors le sentiment d’entrer dans une sorte de jeu proposé au spectateur : comprendre le point de départ d’une série, puis suivre son cheminement dans toutes ses variations, ses aspects polymorphes absolument stupéfiants.

Fée verte et visages chimériques

Un des exemples les plus saisissants parmi ces séries de créations est sans contexte est celle dite des « Six verres d’absinthe », réalisée en 1914. Par sa transparence, par sa capacité de contenance et par toutes les promesses chimériques offertes par la boisson alcoolisée, le motif semble avoir exercé un véritable pouvoir d’attraction sur Pablo Picasso. Si l’on retrouve bien la fameuse cuillère en argent et le carré de sucre posé sur cette dernière, chaque verre a été peint dans des couleurs différentes, comme si Picasso voulait représenter les variations de notre conscience sous l’effet de la tristement célèbre « Fée Verte ».

Six grandes salles auront été nécessaires pour rendre hommage à la créativité de Picasso et de sa sculpture. Si grandes salles toutes emplies de formes fantasmagoriques, de bras étirés, de figures féminines rondes et vibrantes, de visages étranges qui nous suivent de leurs regards hallucinés. Dans nombre d’étapes du parcours, ces sculptures, imposantes ou discrètes, sont placées en résonnance avec des pièces écrites : lettres, papiers griffonnés, dessins préparatoires comme négligemment jetés sur le brouillon.

Picasso 6 600

Des photographies permettent également une immersion dans l’atelier de Pablo Picasso, où on peut le voir au travail ou nonchalamment allongé sur une chaise longue, réfléchissant à sa prochaine œuvre, peut-être ? Entre pièces maîtresses et créations inconnues, l’exposition du Musée Picasso offre un regard original et fascinant sur la sculpture de Pablo Picasso.

Photographies : © Agathe Lautréamont

PICASSO.SCULPTURES

08/03/2016 > 28/08/2016

Musée Picasso

PARIS

L’ambition de l’exposition « Picasso. Sculptures » est de faire connaître un aspect peu étudié de la sculpture de Picasso : sa dime...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE