Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les trésors de Bob Dylan révélés et bientôt exposés aux Etats-Unis

Jéremy Billault 3 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Selon une information du New-York Times, plusieurs milliers d’objets d’archive appartenant à Bob Dylan sont sortis de leur entrepôt secret pour être vendus et étudiés à Tulsa, en Oklahoma. L’information a immédiatement suscité l’enthousiasme des experts qui s’apprêtent à étudier comme jamais les dessous du travail de l’artiste.


C’était une rumeur depuis de longues années. Bob Dylan, qui a toujours été aussi discret sur sa façon de travailler que sur sa vie privée, avait un endroit secret. Un endroit dans lequel étaient entreposés près de 6000 objets qui ont façonné sa vie et sa carrière, des morceaux de création et des tranches de vie. Aujourd’hui, l’ensemble a été vendu et sera bientôt transporté vers Tulsa en Oklahoma.

Un trésor insoupçonné

C’est le New-York Times qui rapporte, non sans émotion, l’histoire de ce trésor insoupçonné. Tout a commencé avec un petit cahier auquel seuls quelques experts en « dylanologie » ont eu accès. Sur ce cahier, les paroles de Blood on the tracks, album classique de 1975 : un élément clé pour étudier et comprendre le travail de Dylan. Le fait que ces experts soient quelques privilégiés en dit long : Dylan garde et protège l’essence de son oeuvre. Pourtant, tout est vendu : des lettres, des paroles de chansons, des enregistrements inédits, des images de concerts que personne n’a jamais vues en dehors de l’entourage de l’artiste. Pendant quelques années, l’ensemble sera étudié de près (on accorde beaucoup d’études à Dylan outre-atlantique) pour, ensuite, être exposé, présenté au grand public du côté de Tulsa.

06DEVELOPMENTS2-articleLarge

© New-York Times

Car c’est en Oklahoma que se situent les acheteurs. Oui, il y en a plusieurs. Ou plutôt, il s’agit d’une coalition. D’un côté, l’université de Tulsa qui compte bien étudier les moindres recoins de chacun des 6000 objets qui, selon les experts, apporteront une nouvelles façon d’étudier Dylan. D’autre part, il y a la George Kaiser Family Foundation, fondation qui porte le nom d’un milliardaire ayant fait fortune dans le pétrole qui compte exposer ses acquisitions au Gilcrease Museum à Tulsa. « Je suis moins un afficionado de Dylan qu’un admirateur de sa place dans l’Histoire de l’Amérique » a déclaré M. Kaiser au Times.

Hall of folk

La ville de Tulsa n’est également pas anodine. C’est la ville d’où est originaire Woody Guthrie, idole de Dylan et de beaucoup d’autres (Peete Seeger pour ne pas le citer). La fondation s’est d’ailleurs offert les archives de Guthrie, aux côtés desquelles seront présentées celles de Dylan. Et c’est probablement le ceci qui explique le cela, le pourquoi du comment, la réponse à la question qui a immédiatement suivi la découverte. Pourquoi Dylan accepte-t-il de vendre ce bien si précieux ? Pourquoi rendre public ce qu’il a toujours protégé au point que cela en devienne une rumeur sans cesse remise en question ? L’intéressé explique son choix : « Je suis heureux que mes archives aient trouvé un foyer et qu’elles restent aux côtés du travail de Woody Guthrie. Cela signifie beaucoup pour moi et c’est un immense honneur. »

DYLAN

© New-York Times

Derrière ce transfert d’archives (qu’on estime entre 20 et 60 millions de dollars), c’est un nombre de perles insoupçonnées qui feront enfin surface. Outre les manuscrits tachés de café de morceaux devenus des classiques, il y a là de l’Histoire, des personnalités de légende qui apparaissent via des objets saisissants de vitalité. Comme ce porte-feuille des années 60. A l’intérieur, plusieurs papiers : l’un d’entre eux  contient le numéro de Johnny Cash, un autre est tout simplmeent la carte de visite d’Ottis Redding. On croisera aussi des lettres, des contrats, des mots de remerciement (de Barbra Streisand entre autres) et, comme le remarque le Times, un enregistrement tout particulier. Surtout pour Tulsa. Dans une répétition pour sa tournée “Rolling Thunder Revue” en 1975, Dylan chante entourré de quelques musiciens une chanson qui n’est pas de lui. Cette chanson, c’est le mythique « This Land is Your Land » d’un certain… Woody Guthrie. A Tulsa, la boucle sera bouclée.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE