Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

Dans la Marne, 3500 objets datant de la Première Guerre mondiale retrouvés par des archéologues

Agathe Lautréamont 3 mars 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est une découverte exceptionnelle qui vient d’être faite dans le département de la Marne. Sur la petite commune de Boult-sur-Suippe, une équipe d’archéologues se livraient à des fouilles, lorsque ces derniers mirent au jour deux anciens cimetières de soldats allemands. En plus des corps des militaires, 3500 objets datant de la Grande Guerre ont été retrouvés.

@ radio france

Des objets retrouvés par les archéologues © Glicksman – Garcia / Radio France

Qui aurait cru qu’un tel trésor historique pouvait dormir dans le sol de la petite ville de Boult-sur-Suippe, à une quinzaine de kilomètres au nord de Reims ? Mercredi 2 mars, l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (plus connu sous l’acronyme INRAP) a annoncé avoir excavé un nombre exceptionnel d’objets ayant appartenu à des soldats allemands qui combattirent lors de la Première Guerre mondiale.

Les travaux ont débuté en 2013 en vue de la construction d’un lotissement sur cette ville du département de la Marne. Or, ce que les chercheurs ignoraient, c’est que le terrain destiné à accueillir des habitations était déjà occupé… Dans son sol, se trouvaient deux anciens cimetières où avaient été inhumés (à l’époque à titre provisoire) un peu plus de cinq cent soldats allemands enrôlés pour le conflit de 14-18.

france bleue

Une des tombes  © Glicksman – Garcia / Radio France

Qui étaient ces hommes ? Des recherches dans les archives et des indices retrouvés dans leurs affaires n’ont pas tardé à livrer la clé de l’énigme. Ces soldats faisaient partie de la 19e division d’infanterie de Basse Saxe et ont pris part aux batailles qui se sont déroulées au mois d’avril 1917 ; période où la sanglante bataille du Chemin des Dames a eu lieu (187 000 victimes, morts ou blessés, côté français et 163 000 côté allemand).  Ces hommes tués lors de l’assaut ont été enterrés avec leurs « barda » militaire : cartouchières, baïonnettes, masques à gaz, casques…

D’autres pièces, plus personnelles, ont de même été mises au jour comme des objets de propagande à l’effigie du dernier empereur allemand Guillaume II, des porte-monnaie, des lunettes ou encore des dentiers !  Quant à l’identité des défunts, seulement huit ont pu être retrouvées grâce à leurs plaques d’identité qu’ils portaient autour du cou. Les autres sont hélas en trop mauvais état pour être déchiffrées… En tout et pour tout, ce sont 3500 objets qui ont été découverts par le groupe d’archéologues.

kaiser

Un miroir à l’effigie de l’empereur © Glicksman – Garcia / Radio France

La découverte, en plus de revêtir une valeur historique indéniable, est bien sûr émouvante. Ces cimetières étaient en effet supposés être provisoires. Après la guerre, des fossoyeurs spécialisés se sont chargés d’exhumer tous ces cadavres afin de les déplacer dans d’autres cimetières officiels, entre 1925 et 1927. Seulement, nombre de corps ont pu être « oubliés » par ces entreprises à la besogne délicate et c’est probablement le cas de ceux retrouvés à Boult-sur-Suippe.

Comme l’explique Bruno Duchêne, responsable de l’opération de fouilles au micro de France Bleue Champagne-Ardenne : « Nous avons retrouvé des soldats complets, donc des soldats oubliés, donc des soldats qui n’ont pas de sépultures officielles. » D’où l’intérêt de travailler à découvrir l’identité de ces morts. Les études anthropologiques sont toujours en cours afin de tenter d’établir un profil sanitaire et biologique de ces hommes et établir les causes précises des décès.

Gliskman Garcia

Des effets personnels de soldats  © Glicksman – Garcia / Radio France

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE