Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Marché de l’art : l’Angleterre refuse qu’un Giacometti quitte son territoire

Agathe Lautréamont 26 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On ne présente plus le sculpteur surréaliste disparu en 1966. Ses œuvres, qu’elles soient sculptées ou peintes, ne cessent de s’arracher dans les salles de vente du monde entier. Mais parfois, il arrive que des États s’en mêlent. Illustration avec cette œuvre de l’artiste suisse que le Royaume-Uni empêche de quitter son territoire, suite à son acquisition par un acheteur étranger.

Portrait of artist Alberto Giacometti surrounded b

Alberto Giacometti en 1951 © Gordon Parks – Getty Images

C’est une sculpture de plâtre, immaculée, presque abstraite, qui est aujourd’hui au cœur de toutes les attentions en Angleterre. Intitulée « Femme », cette œuvre, considérée comme une création majeure du modernisme européen, a été achetée pour une somme de plus de deux millions de livres sterling. Problème, l’heureux acquéreur est un acheteur étranger ne résidant pas sur le territoire britannique. Or, le Royaume-Uni, désireux de conserver dans ses collections nationales cette œuvre d’Alberto Giacometti, vient d’annoncer sa décision d’interdire la sortie de la sculpture d’Angleterre.

Giacometti (1901-1966) fait partie des artistes les plus célèbres, les plus salués et surtout les plus collectionnés de son époque. En témoigne son œuvre « L’homme qui marche I », une sculpture qui avait atteint le record de 65 millions de livres lors d’une vente aux enchères en 2010. Néanmoins, si les bronzes de l’artiste suisse se rencontrent en quantité raisonnable dans les musées nationaux d’Albion, ses plâtres en revanche, sont rares. L’œuvre « Femme » représente en effet le seul plâtre pur à être présent en Angleterre.

Femme Giacometti

Alberto Giacometti, Femme, 1928-1929 © DR

L’artiste sculpta « Femme » entre 1928 et 1929. Achetée par le peintre Winifred Nicholson au milieu des années 1930 (à l’époque où le modernisme européen commençait à prendre de l’importance et se montrer influent), « Femme » est vue par les experts comme un lien important entre le style moderniste du continent européen et la sculpture moderniste britannique. Giacometti a considérablement influencé des artistes comme Henry Moore, Ben Nicholson ou encore Barbara Hepworth.

L’œuvre est donc infiniment précieuse pour l’Angleterre. À tel point que le ministre de la Culture britannique, Ed Vaizey, a placé une interdiction temporaire de sortie du territoire sur le plâtre ; l’idée étant de permettre à un potentiel autre acquéreur de réunir la somme nécessaire de 2 083 500 livres pour racheter l’œuvre à son premier propriétaire qui s’apprête à la glisser dans ses bagages avant de sauter dans le premier avion pour l’étranger. La sculpture, en plus d’être un brillant exemple du talent de Giacometti, a en sus influencé nombre de créateurs anglais. Il est donc important, aux yeux du gouvernement de Grande-Bretagne, de conserver sur son sol « Femme », pour son poids historique mais aussi pour qu’il soit davantage étudié par les historiens, de sorte à mieux comprendre l’œuvre de Giacometti et son rayonnement sur le monde de la sculpture moderne et contemporaine.

Alberto Giacometti

Alberto Giacometti en 1949 © Archive Photos – Getty Images

La décision d’empêcher la création de quitter le sol anglais a été prise suite à la consultation d’un organisme influent au Royaume-Uni, le Comité d’Examen sur les Exports d’œuvres d’art et d’objets d’intérêt culturel. Un des membres de ce comité, Richard Calvocoressi (ancien directeur de la Fondation Henry Moore) a appuyé cette décision en vantant, en plus de la beauté de l’œuvre, son rayonnement central sur le développement de la sculpture moderne. Maintenant, il reste la possibilité qu’un nouvel acheteur, britannique, se manifeste et souhaite racheter la sculpture à son premier propriétaire; ainsi l’oeuvre resterait sur le sol d’Albion. Pour ce faire, il a jusqu’au 24 mai prochain pour se manifester, c’est en effet à cette date qu’expire l’interdiction de sortie du territoire.  L’horloge tourne…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE